Archive journalières: 10 juillet 2012

La renouée persicaire, une peste qui ne manque pas de charme

Renouée persicaire ou pied-rouge (Polygonum persicaria), 3 juillet 2012, photo Alain Delavie

Fréquente dans les endroits dégagés et suffisamment humides des jardins, cette renouée annuelle (Persicaria maculosa) pousse vite et beaucoup, couvrant vite les plates-bandes où elle entre en compétition avec les fleurs et les légumes qu’elle arrive à étouffer sous son opulence.

Renouée persicaire ou pied-rouge (Persicaria maculosa)

Mais quand on regarde cette plante annuelle d’un peu plus près, son feuillage vert vif maculé de pourpre noir (d’où son nom commun de fer à cheval) et sa floraison en épis rose vif et blanc ne sont pas dénués d’intérêt. Installée dans un endroit où elle ne gêne pas, cela pourrait être une plante fort sympathique. (suite…)

En attendant (désespérément) les tomates du jardin…

Affiche publicitaire pour les tomates Savéol, métro parisien, station Lamarck-Caulaincourt, ligne 12, Paris 18e (75)

Les tomates de nos jardins n’étant pas prêtes à murir, il faut donc regarder du côté des primeurs pour contenter ses envies de légumes du soleil. Les grandes affiches de Savéol qui sont visibles depuis quelques semaines dans les stations du métro parisien mettent en avant la diversité des variétés proposées par le leader français sur le marché de la tomate.

Affiche publicitaire pour les tomates Savéol, métro parisien, station Lamarck-Caulaincourt, ligne 12, Paris 18e (75)

Je sais, rien ne vaut la tomate cueillie mure à point à la fraiche dans le jardin ou sur le balcon. Mais quand le soleil a décidé de jouer les abonnés absents, de tomates, il n’y a point. Savéol le sait et nous tente au moment où nous sommes le plus en mal de soleil et de fruits ou légumes d’été… Depuis le mois de juin, une nouvelle vague d’affichage nationale en 4×3 est visible avec l’accroche : « Croquez la Savéol qui vous plaît ! »

‘Noire de Crimée’, ‘Coeur de Boeuf’ (ce n’est pas la vrai, mais un type avec les fruits côtelés), ‘Ananas’, ‘Carmen’, ‘Cerise’, ‘Cocktail’, ‘Coeur de pigeon’ noire ou rouge ou orange, ‘Romanella’, ‘Torino’ allongée… la gamme proposée par la coopérative agricole Savéol comporte plus d’une vingtaine de variétés anciennes, classiques ou plus modernes. Soit une production de 80 000 tonnes de tomates par an !

Je ne les ai pas encore goûtées, mais les assortiments dans les rayons des épiceries sont vraiment très alléchants. Même si nous ne sommes pas encore dans la pleine saison des tomates et que la sagesse jardinière conseille de patienter encore…

Un autre grenadier parisien

Grenadier à fleurs doubles dans le boulevard Voltaire, Paris 11e (75)

Après les grenadiers à fleurs simples du cimetière Saint-Vincent sur la butte Montmartre (Paris 18e), voici un grenadier à grosses fleurs doubles s’épanouissant dans le boulevard Voltaire (Paris 11e), pas très loin de la place de la Nation.

Grenadier à fleurs doubles dans le boulevard Voltaire, Paris 11e (75)

Une petite touche d’exotisme dans la capitale décidément boudée par l’été.

Fleurs fragiles, un tuteur s’impose !

Massif de dahlias et de cléomes tuteurés dans le parc des Buttes Chaumont, Paris 19e (75)

Les averses violentes dues aux orages à répétition accompagnées de fortes bourrasques de vent malmènent les fleurs portées par des tiges hautes. Pour éviter l’irréparable, la mise en place d’un tuteurage est recommandé, sinon gare aux espoirs de floraison mis à terre…

Les jeunes cléomes ont souvent un aspect dégingandé et dès qu’ils portent un gros épi de fleurs, la tige risque de plier sous les assauts répétés du vent. Pour cette espèce, il faut prévoir autant de tuteurs que de tiges florales comme cela a été fait dans cette corbeille installée dans le parc des Buttes-Chaumont (Paris 19e). Les dahlias ont aussi souvent besoin parfois d’un soutien discret, autant pour protéger les nombreuses fleurs que les grosses tiges cassantes comme du verre. La liste est longue des fleurs d’été qui pourraient être maintenu par un tuteur. Dans tous les cas, la pose est plus facile tant que les plantes ne sont pas encore trop volumineuses. Il ne faut donc plus tarder.