Archives de mots clés: exposition

Réservation de la soirée privilège pour Orchidées Paris 2018

Exposition Orchidées Paris 2018, mars 2018Pour la première fois depuis 30 ans, Paris accueillera une exposition exceptionnelle et un congrès international d’orchidées du 23 au 28 mars 2018. Près d’une trentaine d’exposants, producteurs, grandes collections et associations présenteront leurs plus belles plantes.

Intitulé « Quel avenir pour les orchidées ? », le colloque vise à mettre en évidence la recherche de pointe et prévoir les développements dans un futur proche. Il est ouvert à toutes les personnes intéressées par les orchidées, en particulier les scientiques, chercheurs, étudiants et professionnels.

Diverses animations ponctueront cette manifestation : Confection de bouquets, réalisée par la section Art Floral de la SNHF ; Ateliers grand public sur la culture des orchidées ; Concours photographique ; Ateliers pour enfants.

Le vendredi, une masterclass adaptée aux amateurs avertis, sera consacrée aux nouvelles tendances dans la culture des orchidées.

Une soirée privilège est prévue le jeudi 22 mars 2018 de 17h à 21h avec un cocktail d’inauguration et la visite de l’exposition en avant-première. Le nombre de place est limité, réservez votre entrée sans plus tarder  : 60 € (55€ en pré-vente jusqu’au 30 novembre 2017).

Informations pratiques
Paris Event Center, Hall A, 20, avenue de la Porte de la Villette, 75019 Paris.
Métro : ligne 7, station Porte de la Villette.
eocce2018.com

Exposition « Dessiner en plein air » au Musée du Louvre

Musée du Louvre, exposition Dessiner en plein air, planche de dessinsL’exposition entend montrer la diversité de la pratique du dessin “sur le motif” ou “sur nature” en France dans la première moitié du XIXe siècle et s’attache à des figures majeures de l’art français : Delacroix, Corot, Chassériau, Valenciennes, Daubigny, ou d’autres moins connues comme le graveur Bléry…

Réalisée avec le concours exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France et le soutien du musée d’Orsay, elle réunit plus d’une centaine de dessins et eaux-fortes et permet de présenter une trentaine de carnets de croquis, instruments par excellence du dessin de plein air.

La pratique du dessin en plein air, sur le motif, est bien attestée en France (comme en Europe) au XVIIe siècle et devient courante au XVIIIe siècle. Au XIXe siècle, jugée indispensable à la formation des jeunes artistes, elle ne cesse d’évoluer et prend une place capitale dans l’histoire du dessin. Les expressions « sur nature », « d’après nature », « sur le motif »… ont cependant une signification très fluctuante, incertaine, désignant aussi bien le dessin d’observation ou d’étude scientifique que le croquis d’étude, l’exercice d’élève, le relevé d’architecte, le dessin militaire, le dessin de mémoire, les notes de voyage ou le rendu à peine esquissé d’une impression fugitive.

Musée du Louvre, exposition Dessiner en plein air, planche de dessinsLe dessin sur nature se définit progressivement comme une œuvre en soi, une œuvre achevée ayant sa propre justification, sa propre finalité. Charles Daubigny peut ainsi publier en 1862 les eaux-fortes du Voyage en bateau à partir de ses croquis pris sur le vif et relatant ses excursions sur la Seine et l’Oise à bord du Botin, bateau-atelier qui lui permettait de travailler sur le motif.

L’espace de l’atelier et le plein air ne sont pas toujours des mondes distincts, et les artistes se situent souvent dans un va-et-vient entre les deux, l’œuvre de paysagiste de Corot étant au cœur de cette indétermination. Si le sujet est bien différent de celui de la peinture de plein air, la question de la couleur, prise directement sur le motif ou retravaillée en atelier à partir de notes de plein air, s’impose aussi au dessinateur.

Commissaire de l’exposition : Marie-Pierre Salé, conservateur en chef, avec la collaboration d’Hélène Grollemund, chargée d’exposition, département des Arts graphiques, musée du Louvre.

INFORMATIONS PRATIQUES
Du 18 octobre 2017 au 29 janvier 2018, Rotonde Sully, Paris 1er (75).
Horaires : de 9h à 18h, sauf le mardi. Nocturne mercredi et vendredi jusqu’à 22h.
Tarif unique d’entrée au musée : 15 €.
Publication : catalogue de l’exposition, coédition musée du Louvre éditions / Liénart éditions. 210 pages environ, 220 illustrations, 29 €.
Achat en ligne : www.ticketlouvre.fr
Renseignements : www.louvre.fr
(suite…)

Prolongation de l’exposition « Le pouvoir des fleurs, Pierre-Joseph Redouté »

Heureux de répondre à l’engouement du public, le musée de la Vie romantique prolonge jusqu’au 29 octobre 2017 l’exposition « Le pouvoir des fleurs, Pierre-Joseph Redouté (1759- 1840) + Un parcours contemporain des métiers d’art ». Il est ainsi possible de découvrir au-delà du 1er octobre l’oeuvre de celui que l’on surnomma le « Raphaël des Fleurs » et qui incarne l’apogée de la peinture florale.

Affiche de l'exposition Le pouvoir des fleurs, Pierre-Joseph Redouté (1759-1840), Musée de la Vie romantique, Paris 9e (75), avril à octobre 2017

Entre science et beaux-arts, Pierre-Joseph Redouté incarne l’apogée de la peinture florale ; surnommé le « Raphaël des Fleurs », il est devenu un modèle encore célébré aujourd’hui grâce à l’élégance et à la justesse de son interprétation d’une nouvelle flore venue orner les jardins entre la fin de l’Ancien Régime et la Monarchie de Juillet.Grâce à la générosité du Muséum national d’histoire naturelle, le musée de la Vie romantique organise pour la première fois en France, une exposition consacrée à Redouté et à son influence. (suite…)

Exposition « Hubert Robert et la fabrique des jardins »

Affiche de l'exposition "Hubert Robert et la fabrique des jardins", château de la Roche-Guyon, septembre à novembre 2017

L’exposition entend à travers les œuvres réunies au Château de La Roche-Guyon (Val-d’Oise) présenter un aspect largement inconnu de l’œuvre du peintre paysagiste Hubert Robert (1733-1808), homme des Lumières et artiste visionnaire, son rôle dans la composition des paysages et l’invention des ruines, monuments et mémorials pour les jardins.

C’est la première fois, qu’une exposition consacrée à Hubert Robert et les jardins est organisée. Elle rassemble environ 70 œuvres, dont nombre n’ont jamais été exposées, issues de collections publiques et privées. Elles bénéficient de nouvelles identifications, révisions et interprétations. Peintures, dessins, gravures ou bien encore maquettes sont mis en regard par le commissaire d’exposition Gabriel Wick, spécialiste de l’histoire des jardins, avec des recueils de gravures publiés au début du XIXème siècle. Des photographies vont permettre de faire le portrait actuel des fabriques et paysages liés à Hubert Robert. Le château de La Roche-Guyon, fief de la famille La Rochefoucauld, de leur fille et de son époux, le duc et la duchesse de Chabot, principaux mécènes du peintre, est le lieu idéal pour accueillir cette exposition, du 9 septembre au 26 novembre 2017.
(suite…)

Exposition Céramique chez la fleuriste Thalie (Paris 5e)

Exposition Céramique, Claire Albrecht, fleuriste Thalie, Paris 5e (75), septembre à novembre 2017Pour sa première exposition parisienne, la jeune céramiste Claire Albrecht – Alb.Céramique – a l’honneur d’être accueillie par la la Maison Thalie – jolie boutique de fleurs du 5ème arrondissement. Elle y présentera une collection V-gétal in situ du 29 septembre au 1er novembre 2017.

Formée au tournage par le maitre Italien Augusto Tozzola, puis aux pratiques de l’émail et du décor au coeur de la Puisaye, pays du Grès, cette ancienne fleuriste fait un choix à la fois naturel et audacieux en se spécialisant dans la création de vases originaux et de contenants pour végétaux. Elle travaille alternativement la faïence, la porcelaine et le grès. Chacune de ses pièces est tournée par ses soins, et émaillées avec ses propres recherches de couleurs.

Soirée de vernissage de l’exposition et rencontre avec Claire Albrecht le jeudi 28 septembre 2017 à partir de 18h.

Biennale d’Issy 2017 : Paysages, pas si sages

Yann MONEL, Tiers paysage #4, 2014, photographie sur dibond © Yann Monel | Barthélémy TOGUO, Jugement dernier XVI, 2016, aquarelle sur papier marouflé sur toile © Barthélémy Toguo. Courtesy Galerie Lelong | François BARD, Le silence des songes, 2012, huile sur toile © François Bard | Brigitte SILLARD, Palétuvier, 2015, photographie sur dibond © Brigitte Sillard
63 artistes investissent les salles du Musée Français de la Carte à Jouer d’Issy-les-Moulineaux autour de la thématique « Paysages, pas si sages », inspirée d’une citation du philosophe Merleau-Ponty : « L’artiste fabrique un spectacle qui se suffit. »

Quel regard portent les artistes sur le paysage qui nous entoure ? Contrairement à leurs aînés des grands courants picturaux (classique, baroque, romantique, réaliste, impressionniste…) qui se sont passionnés pour le paysage, les plasticiens contemporains ne l’abordent plus seulement pour l’idéaliser ou le traduire. Les artistes de la Biennale d’Issy nous livrent leur vision du monde et de son évolution avec lucidité, de manière parfois engagée ou encore teintée d’humour. En photographie, peinture, sculpture, dessin ou vidéo, ils s’attachent aussi bien aux aspects les plus alarmants de l’intervention humaine sur Terre qu’à l’évocation de la majesté et de la puissante beauté de la nature.

Sous la conduite de sa présidente, Chantal Mennesson, la Biennale d’Issy réunit une soixantaine d’artistes qui tous, reconnus ou moins connus du grand public, s’emparent d’un même thème pour investir les salles du Musée Français de la Carte à Jouer et des Médiathèques d’Issy-les-Moulineaux. Parmi ces 63 artistes, la moitié d’entre eux ont été choisis dans le cadre de l’appel à candidatures lancé autour du thème « Paysages, pas si sages », l’autre étant des artistes directement invités à présenter une œuvre s’inscrivant dans la thématique ou faisant partie de collections privées.

Philippe DESLOUBIÈRES, Germination 047B, 2016, acier peint © Philippe Desloubières | JR, 28 mm Women Are Heroe Action in Kibera Slum into the Wild Kenya, 2017, lithographie © JR - Social Animals. Courtesy Idem Paris | Rubén FUENTES, Pachamama, 2016, acrylique sur toile © Rubén Fuentes. Courtesy Galerie Felli | ANOY, Wall of Peace, 2015, photographie sur toile © Anoy
Pour ouvrir cette 12e édition de la Biennale, et à l’occasion des Journées du Patrimoine, la ville d’Issy-les-Moulineaux a invité le plasticien JR à intervenir le samedi 16 septembre avec son projet Inside Out : un camion photomaton permettant à chacun de venir se photographier pour créer une grande fresque à partir de tous les portraits réalisés. En 2017, la Biennale offre ainsi aux Isséens, aux Parisiens, ainsi qu’à tous les publics, l’opportunité de prendre part à une œuvre collective et participative qui offrira un grand paysage de visages. (suite…)