Archives de mots clés: potée

Vider l’excès d’eau dans les soucoupes et cache-pot sur balcon et terrasse

Cache-pot rempli d'eau après un orage au printemps sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)Après les averses diluviennes qui ont détrempé la capitale, un tour des potées exposées dehors aux intempéries s’impose pour vider l’eau en excès dans les soucoupes et les cache-pots.

Mon balcon est en principe assez protégé des pluies car son exposition au nord-est et l’avancée du toit qui le surplombe font que l’eau qui tombe ne vient pas le mouiller complètement. Mais les orages successifs depuis quelque temps ont exceptionnellement douché toute la façade de mon appartement et de mon immeuble. Ça a été le grand lessivage !

Et les cache-pots et soucoupes de mes potées et jardinières se sont remplis d’eau. Au point de déborder pour certains. Les plantes étant en pleine végétation et certaines ayant des dimensions assez conséquentes, l’eau a été bu le plus souvent entre deux orages. Mais certaines potées ont eu besoin de mon intervention car c’était la piscine ! Et pour mes cactées et plantes grasses, j’ai carrément enlevé les soucoupes ou les cache-pots pour permettre au substrat de s’assécher très vite entre deux averses.

Ma potée de Chamaelobivia ‘El Gigante’ en pleine floraison

Chamaelobivia 'El Gigante', Cactacées, potée fleurie au printemps sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
J’ai pu enfin profiter de la superbe floraison de ma potée de Chamaelobivia ‘El Gigante’ car pour une fois, j’étais chez moi dans la journée au moment où les fleurs se sont épanouies. Une floraison spectaculaire, mais très éphémère, chaque fleur ne durant qu’une journée. Heureusement il y a de nombreux boutons floraux et chaque jour, c’est un nouveau festival.

Chamaelobivia 'El Gigante', Cactacées, potée fleurie au printemps sur mon balcon parisien, Paris 19e (75) (suite…)

Le bel épanouissement de ma Liriope muscari ‘Okina’


Les nouvelles feuilles d’abord dressées et d’un blanc pur de ma Liriope muscari ‘Okina’ se sont allongées et commencent à se courber, donnant un aspect moins raide au bouquet de feuillage immaculé. Et le vert commence à envahir petit à petit le limbe foliaire.

Liriope muscari 'Okina' au printemps sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
La potée a pris une belle ampleur et le jeune feuillage encore blanc recouvre presque entièrement les plus vieilles feuilles vert foncé qui se sont formées les années précédentes. Le contraste est saisissant et cela vaut bien une floraison !

Liriope muscari 'Okina' au printemps sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)Le vert foncé se dessine petit à petit sur le blanc des jeunes feuilles. Mais il forme d’abord un fin réseau qui ne manque pas d’élégance.

Suspension fleurie et colorée sur mon balcon parisien

Suspension de Calibrachoa, coléus, Thunbergia 'Tangerine' et Pelargonium 'Tricolor' au printemps sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
Comme je l’espérais, ma suspension fleurie prend de plus en plus d’ampleur et se pare d’un joli festival de teintes chaudes. Le mariage entre une suzanne-aux-yeux-noirs, un coléus, un calibrachoa et un géranium zonale est plutôt réussie et chacun y va de sa touche de couleur.

Calibrachoa, Thunbergia 'Tangerine' et Pelargonium 'Tricolor' au printemps sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
Le géranium zonale (Pelargonium ‘Tricolor’) s’est mis à fleurir, apportant une nouvelle couleur vive à sa palette déjà bien vive. Le rouge vif de ses fleurs s’accord bien avec le orange éclatant du calibrachoa et le orange cuivré bordé de jaune d’or de la suzanne-aux-yeux-noirs (Thunbergia ‘Tangerine’).

Thunbergia 'Tangerine', Calibrachoa et coleus au printemps sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
Le coléus pousse moins vite que le calibrachoa et la suzanne-aux-yeux-noirs, ces derniers lancent des tiges parmi les feuilles colorées du premier, mais avec quelques pincements, j’arrive à maintenir chacun à sa place, en laissant quelques mariages bienvenus comme ces quelques fleurs cernées de feuilles multicolores.

La floraison de la suzanne-aux-yeux-noirs est plutôt une bonne surprise. Même avec une exposition mi ombragée et le soleil seulement le matin jusqu’à midi, cette plante exotique grimpante pousse à vue d’oeil et ne cesse de donner de nouvelles fleurs bien colorées. Je palisse les nouvelles pousses régulièrement sur la rambarde qui sépare mon balcon de celui de ma voisine. Petit à petit, j’obtiens des guirlandes fleuries qui entourent la suspension.

Cette composition fleurie exige des arrosages abondants et réguliers. et de temps à autre, j’enlève les fleurs fanées ou ce qui en reste car le calibrachoa et la suzanne-aux-yeux-noirs sont autonettoyants.

Composition de thunbergia, pélargonium, coléus et calibrachoa

Potée de Thunbergia 'Tangerine', Pelargonium 'Tricolor', Calibrachoa, coléus (Solenostemon) au printemps sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)Il m’arrive parfois d’acheter des plantes qui me plaisent sans trop savoir où je vais les installer et encore moins à côté de quelles autres fleurs je vais les planter. Et puis quand tout est sur mon balcon, des idées viennent, s’imposent comme cette composition qui réunit un coléus, un calibrachoa, un géranium zonale et une Suzanne-aux-yeux-noirs. Un joyeux mélange avec beaucoup d’orange et de vert.

Tout a commencé avec la suzanne-aux-yeux-noirs (Thunbergia ‘Tangerine’) pour laquelle j’avais craquée. Son emplacement s’est vite imposé car je voulais qu’elle puisse enrouler ses longues tiges sur un support sans faire de l’ombre aux autres plantes du balcon. J’ai déjà bien assez de ma clématite ‘Blue River’ qui occupe beaucoup d’espace sur la rambarde.

Et puis je me suis dit que le pied de cette liane exotique allait rester vert, sans grand intérêt. J’ai alors trouvé ce coléus incroyable aux feuilles dentelées largement éclaboussées d’orange vif. De mon voyage en Belgique, j’ai rapporté le géranium zonale tricolore. Et le petit calibrachoa à grandes fleurs simples orange vif. En déballant tout, le mariage est devenu évident. Aussitôt imaginé, aussitôt planté !

Mais depuis la plantation, un vent du nord frisquet souffle et balaye la potée qui aurait bien besoin de plus de chaleur. Je vais être obligé d’attacher les tiges de la suzanne-aux-yeux-noirs qui n’arrivent pas à se fixer toutes seules à cause des courants d’air trop violents.

Petit cactus mais bardé d’épines

Opuntia picardoï au printemps sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
J’ai du prendre les précautions les plus grandes pour rempoter mon petit pied d’Opuntia picardoï couvert de petites épines très agressives à la fois pour me protéger des piqures redoutables et pour ne pas casser les petites raquettes. Et je m’en suis sorti quand même avec quelques fines épines fichées dans le pouce. Cette petite miniature sait se défendre !

Cette petite boule d’épines a bien résisté à l’hiver parisien et même à la neige qui lui est tombée dessus. Sa rusticité s’est vérifiée. Il ne lui reste plus qu’à pousser et prendre de l’ampleur. Et bien sûr, je suis impatient de la voir fleurir…