plante exotique

Présentation, description ou toute autre information concernant les plantes exotiques, notamment des conseils de culture

Episcia ‘Cleopatra’ pour les amateurs de feuillage panaché

Episcia 'Cleopatra', Gesnériacées, plante d'intérieur, Paris 19e (75)Cette variété d’Episcia présente un feuillage tricolore vert pâle, blanc et rose sur lequel se détache des fleurs d’un rouge vermillon éclatant. Curieux mélange, plus surprenant que véritablement joli.

Comme tous les épiscias, ‘Cleopatra’ doit être cultivée dans une atmosphère humide. Je garde mon jeune plant dans un grand terrarium, sous éclairage artificiel. Et cela semble plutôt lui réussir. J’ai maintenant 6 espèces et variétés qui poussent bien, toutes à l’abri d’un terrarium.

Belles exotiques rustiques mais à la croissance trop lente

Potée d'achimènes, Gesnériacées, en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
J’aime les plantes exotiques et j’aime les cultiver sur mon balcon parisien quand elles sont soit-disant rustiques. Mais la rusticité souvent suffisante de ces végétaux pour Paris intramuros ne garantit pas la réussite de la culture l’année suivante. C’est le cas avec mes potées d’achimènes et de Seemania ‘Evita’ pourtant couvertes de fleurs l’été dernier.

Seemania nematanthodes ‘Evita’ en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75), 12 juillet 2018, photo Alain Delavie
Cliquez sur les liens pour découvrir ma potée d’achimènes et de Seemania nematanthoides ‘Evita’ en pleine floraison l’année dernière.

Les deux potées et les petits bulbes laissés dans le terreau ont passé l’hiver en plein air sur mon balcon. Quand le froid s’est fait plus sévère, j’ai protégé les potées en les enveloppant avec du plastique à bulles et du voile d’hivernage. Cela a permis aux plantes de bien résister à la rigueur hivernale. Mais au printemps, leur démarrage a été très lent et tardif. Et ensuite la croissance a profité de périodes chaudes précoces, mais cela n’a pas suffit pour permettre à ces deux plantes de repousser avec vigueur. Résultat, nous sommes presque à la moitié du mois de juillet, mais les jeunes pousses dans mes deux potées sont encore bien petites. Alors qu’à côté, mon pied de Cosmos atrosanguineus ‘Chocamocha’ a formé une belle touffe avec une profusion de fleurs parfumées.

J’avais le même problème avec mes Hibiscus coccineus qui démarraient très tardivement au printemps, d’autant plus que l’hiver avait été froid. Mais dès qu’il faisait plus chaud, leur croissance était très rapide. Mais certaines années, les floraisons se sont fait attendre jusqu’en fin d’été.

Mes essais avec des bégonias soit disant rustiques se sont aussi soldés par des échecs, la repousse étant trop faible, trop lente et bien trop tardive.

Il faudrait les racheter chaque année au printemps ou au début de l’été, déjà bien poussées. Non seulement cela finit par revenir cher, mais ces plantes ne se trouvent pas forcément d’une année à l’autre. Jusqu’ici, je n’en ai pas encore vu dans les jardineries. L’année prochaine, je remettrai des bégonias tubéreux ou autre chose, selon ce que je pourrai trouver…

Le noir intense du Zamioculcas ‘Raven’

Zamioculcas 'Raven', Aracée, plante d'intérieur, Paris 19e (75)
Il y a quelques mois je vous présentais cette nouvelle variété de Zamioculcas au feuillage noir. Au début du printemps, mon pied a donné de nombreuses nouvelles pousses feuillées, d’abord vertes foncées, mais la belle couleur noir est vite apparue au fur et à mesure de leur développement. Et le noir est désormais bien intense.

Beaucoup de plantes ont des teintes variables et la couleur recherchée tend parfois à s’estomper ou disparaître. Mais chez ce Zamioculcas ‘Raven’, la teinte foncée est bien affirmée et stable.

Rhapis excelsa ‘Chigo nishiki’ (Kannonchiku)

Rhapis excelsa 'Chigo Nishiki', palmier nain, plante d'intérieur, Paris 19e (75)
Depuis des années je rêvais de trouver et d’acheter un palmier nain (Rhapis excelsa) à feuillage panaché, mais plus particulièrement les variétés appelées « kannonchiku » qui se caractérisent par un très faible développement et qui font l’objet de sélections et de collections au Japon. Des raretés à prix souvent délirants que je n’avais vues qu’en photos jusqu’à présent. Et j’ai pu enfin en acquérir un exemplaire (variété  ‘Chigo Nishiki’) sur eBay… sans me ruiner.

Rhapis excelsa 'Chigo Nishiki', palmier nain, plante d'intérieur, Paris 19e (75) (suite…)

Désherbage délicat d’un opuntia

Oxalis, mauvaise herbe, dans une potée d'Opuntia en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
Quelques semaines après avoir rempoté mon pied d’Opuntia picardoi (Tunilla erectoclada) , des jeunes pieds d’oxalis et des brins d’herbes sont apparus. Et bien sûr, ils ont poussé enchevêtrés dans les raquettes couvertes d’aiguillons redoutables. Le désherbage s’est révélé particulièrement délicat pour ne pas me faire piquer.

Désherbage de mauvaise herbe, oxalis, dans une potée d'Opuntia en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
L’arrachage à la main n’a pas été concluant pour les oxalis. Les feuilles se sont détachées, mais je n’ai pas pu extirper la racines. Et en quelques jours, des nouvelles feuilles ont repoussé. Connaissant le caractère particulièrement envahissant de l’oxalis, j’ai donc employé les grands moyens. En fait une pince à épiler pour attraper la base des plantes et les arracher avec les racines.

Désherbage de mauvaise herbe, oxalis, dans une potée d'Opuntia en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75) Arrachage en évitant de se frotter aux raquettes bardés d’aiguilles acérées et qui ne demandent qu’à se ficher dans la peau de celui qui s’y frotte. Je pense avoir déraciné les pieds d’oxalis et je ne me suis pas piqué. Mon cactus peut pousser !

La Suzanne-aux-yeux-noirs part à l’assaut de mon balcon

Potée de Thunbergia 'Tangerine', Calibrachoa, Pelargonium, Solenostemon en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75), 24 juin 2018, photo Alain DelavieLa vigueur de mon pied de Thunbergia ‘Tangerine’ est telle que la plante a déjà lancé ses longues tiges dans tous les sens à la recherche d’endroits sur mon balcon pour s’agripper. Je suis obligé de contrôler souvent son exubérance en palissant les nombreuses pousses. Et les fleurs continuent à apparaître, se succédant sans relâche.

Dans la potée, tout à beaucoup poussé. Le pied de calibrachoa orange vif est toujours couvert de fleurs. Le coleus prend de l’ampleur, avec toujours son festival de couleurs vives. Et dans une potée voisine, le pied de Begonia Summerwings pousse aussi comme un fou. C’est devenu une grosse touffe couverte de fleurs rouge vermillon.

Inutile de vous dire que je dois souvent arroser !