Archives de mots clés: météo

Superbe jeu de lumière dans un sous-bois arrosé

Les rayons du soleil matinal jouant avec l'arrosage sous les arbres en automne dans le parc de Bagatelle, Paris 16e (75)
Une séance d’arrosage peut réserver quelques belles surprises quand les rayons du soleil se mettent à jouer avec les fines gouttelettes d’eau projetées par le jet ou la balancelle. C’est ce que j’ai pu admirer hier matin en traversant le parc de Bagatelle (Paris 16e) pour atteindre la roseraie.

Les rayons du soleil matinal jouant avec l'arrosage sous les arbres en automne dans le parc de Bagatelle, Paris 16e (75)
Le soleil bas sur l’horizon dardait ses rayons entre les troncs des arbres, sous les feuillages encore opulents en ce début d’automne. Et les raies de lumière ont traversé le rideau d’eau aspergé pour arroser les plantes assoiffées dans le sous-bois pentu.

Les rayons du soleil matinal jouant avec l'arrosage sous les arbres en automne dans le parc de Bagatelle, Paris 16e (75)Je n’ai pas pensé à faire une petite vidéo, dommage !

La fraîcheur bleuit mon petit calament

Calamintha nepeta ssp. nepeta en début d'automne sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
La chute importante des températures qui a accompagné l’arrivée de l’automne a fait fortement bleuir les fleurettes de mes petits calaments (Calamintha nepeta ssp. nepeta).

Calamintha nepeta ssp. nepeta en début d'automne sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
La potée est toute aussi ravissante et je trouve changement de teinte plutôt agréable. C’est un très beau bleu, plutôt doux.

Calamintha nepeta ssp. nepeta en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
Pendant tout l’été, les fleurs n’étaient pas d’un blanc pur, mais un bleu très très pâle qui blanchissait encore sous le soleil estival.

Nuage de fleurs du Calamintha nepeta ssp. nepeta en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
Une plante très robuste et rustique, mais météo sensible, ou plutôt thermosensible !

Les alcathéas ont eux aussi subi des modifications de coloris, mais moins accentués. Du rose s’est invité dans le café au lait de ‘Parkallee’ et ‘Parkfrienden’ est devenu plus rose intense. L’automne commence à marquer le balcon, les floraisons se sont ralenties pour certaines plantes, les feuillages commencent à jaunir et sécher pour d’autres… Je vais pouvoir bientôt installer mes dernières acquisitions.

23 septembre 2018, c’est l’automne !

Érable, Acer chirasawanum 'Jordan', couleurs d'automne, Pépinière Philippe Leclerc, Fête des Plantes automne, Saint-Jean de Beauregard (91), 21 septembre 2018L’équinoxe d’automne est prévu le 23 septembre 2018 à 3h53m très précisément (source : IMCCE). Cet avant dernier dimanche de septembre marque donc l’arrivée de l’automne que certains feuillages nous annonçaient déjà.

Les températures plus fraiches, le vent et la pluie se sont donnés rendez-vous pour cette fin d’été et ce début d’automne. Les variations de la météo sont très nettes, rendant plus sensible et perceptible le changement de saison.

Le jour de l’équinoxe, la durée du jour est égale à la durée de la nuit pour tous les lieux à la surface du globe terrestre. Et le jour de l’équinoxe, le Soleil se lève exactement à l’est et se couche exactement à l’ouest.

L’équinoxe d’automne se produit le 21, 22, 23 ou 24 septembre. Mais le plus fréquemment, c’est le 22 ou le 23 septembre. Il tombera le 21 septembre en 2092 et ce sera la première fois depuis la création du calendrier grégorien. il faudra attendre ensuite 2096, puis 2464, 2468, 2472, 2476, 2480, 2484, 2488, 2492, 2493, 2496 et 2497. L’automne est arrivé un 24 septembre en 1803, 1807, 1903, 1907, 1911, 1915, 1919, 1923, 1927 et 1931, il tombera de nouveau à cette date en 2303.

En photo, un magnifique érable, Acer chirasawanum ‘Jordan’, paré de ses plus belles couleurs d’automne, photographié vendredi dernier sur le stand de la pépinière Philippe Leclerc lors de la Fête des Plantes d’automne de Saint-Jean de Beauregard.

Les listes des noms de tempêtes 2018-2019

Logo Météo FranceDepuis 2017, Météo-France, le service météorologique espagnol et le service météorologique portugais d’une part, et leurs homologues britanniques et irlandais d’autre part, établissent deux listes de noms pour les tempêtes qui toucheront l’Europe dans les mois à venir. Le service qui prévoit d’émettre le premier l’alerte donne le nom de la tempête à partir de la liste préétablie pour son groupe. La tempête garde ensuite le même nom durant tout son cycle de vie, même si elle touche ensuite les pays de l’autre groupe.

Et voici les prénoms sélectionnés pour 2018-2019 :

France / Espagne / Portugal

Adrian
Beatriz
Carlos
Diana
Étienne
Flora
Gabriel
Helena
Isaias
Julia
Kyllian
Laura
Miguel
Nicole
Oscar
Patricia
Roberto
Sara
Teo
Vanessa
Walid

(suite…)

Été 2018, au 2e rang des étés les plus chauds après 2003

Selon le bilan provisoire de Météo France en date du 28 août 2018, l’été 2018 a été marqué en France par des températures presque toujours supérieures aux valeurs de saison et par une vague de chaleur exceptionnelle, la plus forte depuis 2006, du 24 juillet au 8 août. En moyenne sur la saison et sur la France, la température a été supérieure à la normale, de près de 2 °C, plaçant 2018 au 2e rang des étés les plus chauds, loin derrière 2003 (+ 3.2 °C). La région parisienne aux Hauts-de-France, l’écart à la normale en 2018 a été plus proche de celui de 2003 avec seulement quelques dixièmes de degrés d’écart.

Logo Météo France
En moyenne sur la saison et sur la France, la température a été supérieure à la normale (moyenne de référence 1981-2010), de près de 2 °C, plaçant 2018 au 2nd rang des étés les plus chauds, loin derrière 2003 (+ 3.2 °C). De la région parisienne aux Hauts-de-France, l’écart à la normale en 2018 a été plus proche de celui de 2003 avec seulement quelques dixièmes de degrés d’écart. On a rele- vé plus de 30 °C durant 26 jours à Paris-Montsouris cet été et durant 21 jours en 2003. De même à Lille-Lesquin (Nord), les maximales ont dépassé 30 °C durant 15 jours cet été et 11 jours en 2003.

La pluviométrie a été contrastée. Malgré un mois d’août globalement peu arrosé hormis des Cévennes à la région Provence – Alpes – Côte d’Azur et en Corse, les précipitations de cet été ont été excédentaires sur l’est de la Bretagne et les Pays de la Loire, le sud de l’Aquitaine et de Midi-Pyrénées ainsi que sur les régions méditerranéennes. Elles ont en revanche été déficitaires des côtes normandes aux frontières du Nord et du Nord-Est ainsi que sur le centre du pays. Ce déficit associé aux fortes températures a ainsi contribué à un assèchement important des sols superficiels sur le quart nord-est du pays. En moyenne, sur la France et sur la saison, la pluviométrie est à ce jour légèrement déficitaire*.

L’ensoleillement, excédentaire (moyenne de référence 1991-2010) sur la quasi-totalité du pays, a été exceptionnel sur le nord, le nord-est et le centre de l’Hexagone où il est proche des records de 2003, voire d’ores et déjà localement supérieur comme au Touquet (Pas-de-Calais), à Langres (Haute-Marne), Bourges (Cher) et Nevers (Nièvre). Il a été plus conforme à la saison sur le piémont pyrénéen, la région Provence – Alpes – Côte d’Azur et la Corse.

(Été météorologique : juin – juillet – août; bilan provisoire au 28 août 2018, source Météo France)

Vent et ciel rougeoyant au coucher du soleil

Ciel rouge au coucher du soleil, Paris 19e (75)Samedi soir, un vent du nord-est est venu rafraîchir un peu l’atmosphère étouffante de la capitale. Et ce vent bienvenu s’est accompagné d’un embrasement du ciel quand le soleil s’est enfin couché, cessant de surchauffer Paris et ses habitants.

Le vent s’est maintenu toute la nuit et cela a permis à mon appartement de se rafraîchir. J’ai pu dormir sans souffrir de la chaleur, et au petit matin, quel plaisir de se lever avec un semblant de temps plus frais ! Cela n’a pas duré, les températures sont vite remontées dans la journée pour dépasser allègrement les 30°C.