Paris côté jardin

L'actualité parisienne et francilienne vue par un jardinier urbain, un jardinier parisien, citadin dans l'âme, amoureux des plantes et des jardins, mais aussi journaliste et auteur spécialisé dans les jardins et le jardinage. Tout ce qui se passe dans Paris et en Ile-de-France en relation avec les jardins, les plantes, le jardinage et la nature.

Mes derniers articles

Cyclamen Indiaka

Cyclamen persicum Indiaka, Les Cyclamens Morel, plante d'intérieur,potée fleurie, Paris 19e (75)
Cette nouvelle variété de cyclamen des fleuristes, une création de Morel Diffusion SAS, donne une floraison très généreuse avec des grandes fleurs bicolores aux coloris « flashy ».

(suite…)

Fenêtre sur jardins, un univers de partage

"Fenêtre sur jardins, un univers de partage", journée d’étude de la bibliothèque de la SNHFLa Société Nationale d’Horticulture de France est héritière des académies du XVIIIe siècle. Cette société savante réunit encore aujourd’hui professionnels, amateurs éclairés, érudits autour de l’horticulture : la « sœur de l’Agriculture, la science des jardins » telle que décrite par le Vicomte Héricart de Thury, membre fondateur et premier président de la Société.

Le jardin y est étudié sous différents angles, tant d’un point de vue botanique que technique ou encore sociétale. Tous les types de jardin sont représentés, en atteste notamment la présence des jardins ouvriers dans les pages du bulletin de la Société et ce, dès leur création à la fin du XIXe siècle.

De Félicie Hervieu à Sedan à l’abbé Lemire à Hazebrouck en passant par le père Volpette à Saint-Etienne, les jardins ouvriers constituent un phénomène social pourvu d’une histoire qui s’inscrit dans le mode de vie populaire. Résultant d’enjeux politiques et sociaux, les discours liés à ces jardins ont évolué au fil du temps : au début du XXème siècle la Ligue du coin de terre et du foyer y voyait un moyen d’assistance aux plus démunis aussi bien qu’une possibilité de moraliser les familles en attachant l’ouvrier à son usine et en le maintenant loin du cabaret. Lors de la deuxième guerre mondiale, ils sont l’occasion d’un retour à la terre et un moyen de remédier à la pénurie alimentaire. Également sujet de critique ils ont été considérés comme un symbole de la domination patronale et la source de l’individualisme petit-bourgeois.

La journée d’étude de la bibliothèque de la SNHF, organisée en partenariat avec la BnF, rassemblera des détenteurs de fonds, bibliothèques, archives et chercheurs autour de cet objet. Il s’agit d’ouvrir, l’espace d’une journée, le dialogue entre ces différents profils afin de comprendre les visions, les besoins et attentes de chacun, confronter, échanger, débattre autour de la riche histoire du jardin ouvrier et ses multiples dimensions.

Informations pratiques

20 novembre 2018, de 9h à 17h30
Amphithéâtre de la SNHF, 84, rue de Grenelle, 75007 Paris.

Organisateurs : Société Nationale d’Horticulture de France, Bibliothèque nationale de France

Publics cibles : Professionnels des bibliothèques, archives, paysage, étudiants et chercheurs.
Entrée libre sur inscription via le formulaire en ligne.Socé

Lancement de la 5e édition de BirdLab, une application ludique au service de la science

Logo du Muséum national d'Histoire naturelleAujourd’hui 17 novembre 2018 débute la cinquième saison de BirdLab, une opération de sciences participatives portant sur le comportement des oiseaux en nourrissage tout au long de l’hiver. Le principe : reproduire en temps réel, grâce à un jeu sur smartphone ou tablette, les interactions entre les individus de 24 espèces s’alimentant sur des mangeoires. Une application ludique qui permet de faire avancer la recherche, proposée par le Muséum national d’Histoire naturelle via son programme Vigie-Nature, AgroParisTech et la LPO.

Logo LPO
En ville ou à la campagne : observer les oiseaux pour mieux les comprendre

Pour participer, il suffit d’installer deux mangeoires dans son jardin ou sur son balcon, de les garnir de graines de tournesol et d’attendre quelques jours que les oiseaux les repèrent. Ensuite, il ne reste plus qu’à reproduire sur l’écran de l’application les allées et venues des oiseaux entre les mangeoires lors de parties de cinq minutes. Une opération qui se veut ludique et pourtant indispensable à l’avancée des connaissances.

La mangeoire : un reflet du paysage alentour

La grande quantité de données fournies par BirdLab a déjà permis aux chercheurs d’établir des liens entre le contexte paysager et la diversité des espèces observées. Les résultats confirment que, selon le milieu où elles se trouvent, les mangeoires montrent des différences spécifiques. Ainsi dans les milieux forestiers, par exemple, on observe davantage d’oiseaux dits « forestiers » (geai des chênes, grimpereau…) et dans les milieux agricoles, des oiseaux « agricoles » (verdier, pigeon ramier…).

Mais, contre toute attente, au milieu de l’hiver, dans les régions dominées par les grandes cultures, on assiste à une diminution des populations d’espèces « agricoles ». L’hypothèse avancée par les scientifiques est qu’à ce moment de l’année, lorsqu’il n’y a plus de graines dans les champs, les oiseaux quittent ces régions pour trouver des ressources dans des paysages plus diversifiés. En revanche, les espèces urbaines et forestières, moins dépendantes des graines, ne changent pas d’habitat au cours de l’hiver. Des résultats qui laissent penser que la mangeoire est un bon reflet du paysage alentour.

Édition 2016-2017 : une saison exceptionnelle !

Avec 10 268 parties réalisées durant l’hiver dernier, les participations ont atteint un niveau un record ! Cette dynamique doit être maintenue sur le long terme car plus les « joueurs » seront nombreux, plus les chercheurs obtiendront des résultats scientifiques probants.

Pour en savoir plus : http://vigienature.mnhn.fr/vigie-manip/birdlab

Chrysanthème ‘Goshoma Haru’ toutes plumes au vent

Chrysanthemum 'Goshoma Haru' en automne sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
Les fleurs de mon chrysanthème ‘Goshoma Haru’ se sont complètement épanouies, prenant un aspect encore plus ébouriffé et plumeux. Même si je ne raffole pas du rose, je trouve ce chrysanthème vraiment très original et je ne me lasse pas de contempler les toupets qui frémissent au moindre souffle de vent.

Chrysanthemum 'Goshoma Haru' en automne sur mon balcon parisien, Paris 19e (75) (suite…)

L’or du Begonia grandis pourpre PB 03-719

Feuille dorée du Begonia grandis pourpre PB 03-719 en automne sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)Il y a quelques jours je vous montrais les belles couleurs d’automne de ma potée de Begonia grandis pourpre PB 03-719 sur mon balcon parisien, mais depuis le jaune des feuilles s’est intensifié pour prendre une superbe teinte dorée qui contraste avec le rouge pourpre du revers.

Les petites bulbilles fixées sur les tiges grossissent et sont de plus en plus visibles. Pour le moment, elles sont encore bien agrippées. La météo douce et pas trop ventée ne déshabille pas la potée trop vite, je peux profiter pleinement des beaux coloris de l’arrière-saison. Tant mieux !

Jeunes pousses de calanthe en attente du printemps

Potée de calanthe avec des nouvelles pousses en automne sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)En un été, mon pied de calanthe, une orchidée rustique, a doublé le nombre de ses pousses. Des nouvelles très vigoureuses sont sorties de terre à la périphérie du feuillage sans pour autant s’épanouir davantage.

Heureusement que j’ai rempoté mon orchidée après sa floraison car le pot d’origine n’aurait jamais pu permettre à ces nouvelles pousses de pousser de cette façon. Elles sont déjà bien développées, mais attendent-elles l’arrivée du printemps pour poursuivre leur croissance ? Fleuriront-elles ? Si l’hiver ne les malmène pas, la potée devrait prendre beaucoup d’ampleur au retour des beaux jours. Je suis très impatient de voir ça !