Archive journalières: 3 juillet 2012

Bégonia Dragon Wing, un bégonia XXL

Jardinière de bégonia Dragon Wing, photo Alain Delavie

En fouillant dans mes archives de photos, je suis tombé sur cette jardinière spectaculaire de bégonia Dragon Wing, photographiée dans le sud-est de la France il y a déjà pas mal d’années. La démonstration que ce beau bégonia si facile à cultiver et pourtant encore trop peu répandu peut prendre de belles proportions quand le contenant est suffisamment grand.

Les dimensions du contenant ne sont pas la seule cause de la taille imposante et presque démesurée de ce magnifique bégonia. Il faut en fait pouvoir le garder d’une année sur l’autre en l’abritant dans une serre ou une véranda hors gel pendant la mauvaise saison. Avec beaucoup de lumière en hiver et une température qui reste toujours positive, Dragon Wing continue à pousser et repart de plus belle au printemps quand on le remet dehors. Un palissage est nécessaire car les tiges souples sont très cassantes, la moindre bourrasque de vent un peu forte pouvant provoquer des dégâts importants.

Roses trémières, toujours plus hautes vers le ciel

Rose trémière dans les Jardins du Ruisseau, Paris 18e (75)

Jour après jour, les grandes chandelles fleuries des roses trémières s’étirent et s’allongent un peu plus, toujours plus hautes vers le ciel et le soleil. On peut rêver à des fleurs aussi grandes que les immeubles…

Rose trémière dans les Jardins du Ruisseau, Paris 18e (75)

Rose trémière dans les Jardins du Ruisseau, Paris 18e (75)

Sur la première photo, je n’avais pas vu au moment d’appuyer sur le déclencheur la petite abeille qui fait du sur place devant une des immenses corolles… Belle coïncidence !

Souvenirs, souvenirs… et dépit !

Aster x frikartii '€˜Wunder von Stäfa'€™ sur mon balcon, en début d'été. Paris 19e (75). 30 juin 2011

Il y a un an à la même époque, mon balcon était foisonnant et fleuri. Cette année, c’est l’horreur ! Avec les travaux de ravalement qui ont débuté début avril et n’en finissent toujours pas… de ne pas finir, les plantes que je dois mettre pendant la semaine à l’abri à longueur de journée périclitent de plus en plus. Et pour cause, ce ne sont pas des plantes d’intérieur.

Curieusement, certaines plantes résistent très bien (enfin pour l’instant). C’est le cas notamment d’un gros pied d’hosta plantain (Hosta plantaginea ‘Grandiflora’) qui ne bouge pas, toujours aussi volumineux et vigoureux. Il en est de même pour la potée de corète du Japon (Kerria japonica ‘Pleniflora’) et le pied de sarcococca qui supportent vraiment bien leur condition provisoire (mais qui dure !) de plantes d’intérieur. Les liriopes tiennent bien le coup aussi, quelle que soit la variété, panachée ou non. Mon abutilon ‘Ines’, mon pavonia ‘Miski’ et l’hibiscus trouvés lors des dernières Journées des Plantes de Courson supportent relativement bien l’épreuve qui n’en finit pas. Mon beau pétunia au coloris si chaud et inhabituel survit, mais au fil des semaines, les fleurs puis les boutons ont disparu et l’aspect est de moins en moins reluisant.

Par contre le piéris, les vergerettes (Erigeron karvinskianus), tous les asters d’été et le petit fraisier des bois pourtant si vigoureux, tous ont dépéri à vue d’oeil en deux semaines à peine, malgré le retour au grand air chaque week-end.

Les travaux devaient durer trois mois, avec le mois de retard pris dès le début plus quelques erreurs flagrantes (peintures faites avant la réfection du toit et bonnes à refaire ensuite), ils ont l’air parti pour au moins quatre dans le meilleur des cas. Comme je ne peux pas déplacer les grosses jardinières (chacune 80 cm de longueur quand même) que j’ai du rentrer dans ma salle à manger depuis la fin avril, chaque jour supplémentaire met en péril un peu plus la vie des plantes qui y sont installées. Manque d’air, de lumière et d’arrosage mais dans une moindre mesure… Bref, la cata ! (suite…)

Du nouveau dans les espaces verts du 18e

Aujourd’hui mardi 3 juillet 2012, inauguration du réaménagement du square Raymond Souplex et signature de deux chartes Main Verte.

Fabienne Giboudeaux, adjointe chargé des espaces verts, et Daniel Vaillant, maire du 18e arrondissement, inaugureront mardi 3 juillet à 17h le réaménagement du square Raymond Souplex à l’angle de la rue Marcadet et de la rue Moncalm dans le 18ème. Situé au sommet d’un petit gymnase enterré, cet espace vert de 450 m2 datant des années 1980 vient d’être entièrement réaménagé pour un coût de 120 000€.

Plus tôt dans la journée, Fabienne Giboudeaux signera deux chartes Main Verte, entre la Ville et deux jardins associatifs du18e qui ont souhaité rejoindre le réseau des 60 jardins partagés Main Verte :

  • Le jardin partagé Ecobox à 14h30 (7 impasse de la Chapelle).
    Jardin sur dalle constitué de palettes, ce projet illustre les possibilités de végétalisation d’espaces délaissés, avec une forte dimension sociale dans ce quartier particulièrement dense.
  • Le super potager productif des scouts musulmans à 15h30 (32 rue Myrha).
    Installé sur une friche, ce projet vise à former les habitants du quartier de la Goutte d’Or à un jardinage alimentaire respectueux de l’environnement, tout en enrichissant le paysage.