parc ou jardin

Présentation et actualité des parcs et jardins publics ou privés

L’arbre aux mouchoirs du square Henri Collet (Paris 16e)

Arbre aux mouchoirs (Davidia involucrata) au printemps dans le square Henri Collet, Paris 16e (75)
Rare dans Paris, l’arbre aux mouchoirs (Davidia involucrata) fait toujours son petit effet quand on le découvre en pleine floraison, avec ses fleurs réunies en gros pompons et entourées de deux grandes bractées blanches qui ont donné le surnom de cet arbre hors du commun.

Si vous allez vous promener sans trop tarder dans le square Henri Collet, dans le 16e arrondissement pas très loin de la Maison de la Radio, vous pourrez approcher et observer ce sujet que j’ai photographié dimanche dernier. (suite…)

Petite haie libre d’arbustes à floraison printanière

Prunus, Choisya, Kerria et Forsythia fleuris au printemps dans le parc des Buttes-Chaumont, Paris 19e (75)Un forsythia, une corète du Japon, un oranger du Mexique et un petit cerisier à fleurs, il n’en faut pas plus pour composer une petite haie libre qui se couvre de fleurs aux premiers beaux jours du printemps.

On y retrouve les couleurs printanières douces ou éclatantes les plus fréquentes dans les jardins lorsque le printemps s’installe. L’oranger du Mexique (Choisya ternata) apporte une touche parfumée. Des grands classiques mais qui font le premier printemps.

O-Hanami sous les cerisiers à fleurs du Parc de Sceaux

Parc de Sceaux au printemps, Hauts-de-Seine
Le spectacle de la floraison des cerisiers à fleurs a pris du retard avec le froid hivernal tardif, mais un peu partout, ces arbres commencent à se couvrir de gros bouquets blancs ou roses. Le moment est venu d’aller faire une balade dans le parc de Sceaux, célèbre pour ses deux grands carrés plantés de centaines de cerisiers à fleurs. Avec un rayon de soleil, c’est féérique !

Cerisiers à fleurs (Prunus serrulata 'Kanzan'), bosquet Nord, parc de Sceaux, Hauts-de-Seine (suite…)

Un concours photo pour communiquer et changer de regard sur la gestion écologique

Parc départemental Jean Moulin - Les Guilands, Montreuil, Bagnolet (93)
Afin de transmettre une image positive des parcs et jardins publics gérés de façon écologique Plante & Cité lance un concours photo ouvert à tous jusqu’au 31 juillet 2018. Il permettra de désigner les vingt photos lauréates qui feront l’objet d’une exposition itinérante en France.

De plus en plus de gestionnaires d’espaces verts publics et privés s’engagent au-delà des exigences réglementaires actuelles et se mobilisent pour une gestion favorable à la biodiversité. Pour accompagner ces changements, plusieurs dispositifs de valorisation ont vu le jour, comme la démarche EcoJardin, portée par Plante & Cité et animée par l’Agence régionale de la biodiversité en Île-de-France. Néanmoins, la communication et la diffusion de ces expériences restent encore confidentielles. Le concours photo devrait permettre de valoriser les expériences de gestion écologique dans les parcs et jardins publics. Il s’intègre dans un cadre plus large d’actions de communication pilotée par Plante & Cité en 2018 qui comprend la création de galeries d’images, des vidéos témoignages, etc. L’ensemble de ces actions bénéficie du soutien de l’Agence française pour la biodiversité, dans le cadre du plan Ecophyto visant à réduire l’usage des pesticides. L’objectif est de proposer un meilleur accompagnement et entraînement des gestionnaires publics et privés vers la suppression des produits phytosanitaires et la mise en place de pratiques vertueuses pour la biodiversité en puisant dans les viviers d’expériences existantes et reconnues.

Pelouse fleurie, Parc floral de Paris, Paris 12e (75)
(suite…)

Exposition « Des Jardins, Art de vivre & savoir-faire »

Exposition "Des Jardins, Art de vivre & savoir-faire", IESA, Paris, mars et avril 2018
L’art des jardins passionne les spécialistes comme les amateurs. Leur histoire est l’objet de recherches scientifiques rigoureuses, les jardins et le jardinage suscitent aussi un engouement populaire. La richesse du sujet a permis aux étudiants de Mastère 1 de l’IESA d’aborder le thème sous des angles originaux, grâce au prêt de nombreuses œuvres inédites provenant de collections privées.

L’équipe de l’exposition s’est attachée à reconstituer l’atmosphère d’un cabinet d’amateur de jardin. Par ce premier univers, le visiteur est directement plongé au centre de la conception scientifique d’un jardin au XVIIème siècle. Dans son cabinet de curiosités, cet amateur érudit est un bourgeois qui occupe son temps par la lecture d’ouvrages scientifiques autour de l’art du jardin. Pour rendre l’atmosphère de ce cabinet, un tableau représentant une vue du parterre de l’Orangerie du jardin de Saint-Cloud est présenté au mur. C’est aussi l’occasion de présenter des œuvres prestigieuses tels que l’Hiver du sculpteur Girardon ou encore des planches botaniques chinoises d’une très belle qualité de Jean-Yves Platt.

L’exposition se poursuit en offrant au visiteur une réflexion sur le jardin en tant que cadre du portrait. En s’appuyant sur des chefs-d’œuvre tels que la fameuse représentation de Mme de Pompadour en Belle Jardinière par Carle van Loo, une brève histoire du portrait au jardin sera présentée aux curieux. Le visiteur sera ensuite invité à se plonger dans différentes atmosphères de jardins grâce à des décors peints par l’artiste Lazare Tozzi représentant un jardin oriental, un jardin dit à la française, un jardin anglais ou encore italien. Costumes et accessoires seront proposés aux visiteurs désirant se faire photographier et réaliser leur propre portrait de jardin. Pour finir, les toiles seront mises en parallèle avec trois décors de castelet du peintre Jacques Chesnais (1907-1971) de la collection Olivier Morand.

Longtemps présenté comme le parent pauvre de l’histoire du paysage, le jardin potager, récemment redécouvert, a pourtant traversé l’histoire. Les fonctions de ce lieu, dédié initialement à la production alimentaire et médicinale, se sont développées pour atteindre de nouveaux usages : la décoration, les loisirs, l’usage dans un cadre bénéfique pour la santé, le maintien de la biodiversité ou encore créer du lien entre les habitants d’un quartier avec les jardins partagés. L’aspect manifeste et écologique du jardin potager sera représenté par des œuvres inédites, telles qu’une charrette de maraîcher du XIXème siècle, deux planches de l’Encyclopédie de D’Alembert et Diderot et l’incroyable collection de melons prêtés par la Maison Prévôt, restaurant gastronomique de Cavaillon spécialisé sur ce produit culinaire régional.
(suite…)

La Fondation Monet rouvre ses portes le 23 mars 2018

Jardin de Monet, Giverny (27)
Quelques 637 988 visiteurs s’y sont pressés l’an passé. Deuxième destination touristique de Normandie derrière le mont Saint-Michel, la Fondation Monet rouvre ses portes le 23 mars 2018. Et il y a de la nouveauté dans l’air !

Pavot, tulipes, giroflées, myosotis, Jardin de Monet, Giverny (27) Chaque quatrième vendredi de mars, au 84 de la rue givernoise Claude Monet, le rituel est immuable. Intarissables puits d’inspiration du génie impressionniste, qui y planta son chevalet entre 1883 et 1926, le Clos Normand et le jardin d’eau s’extirpent d’une douce hibernation.

Eremurus, giroflées, tulipes, Jardin de Monet, Giverny (27) Avant que les tulipes, myosotis et autres élégants iris n’entrent en scène, les précoces fritillaires et narcisses pavanent. Jadis baptisée « Le Pressoir », la bâtisse au crépi rose, où le temps s’est délicieusement arrêté, s’éveille au rythme du va-et-vient des premiers visiteurs.

Jardin de Monet, Giverny (27)Relais de jardiniers…
Dirigée, depuis le 26 mars 2008, par M. Hugues R. Gall, la Fondation Monet orchestre, cette année, son trente-neuvième lever de rideau. Une saison des plus singulières puisque Gilbert Vahé, chef-jardinier historique de la restauration du domaine, raccroche son sécateur ! Après trente-cinq années dédiées à l’eden impressionniste, l’intéressé goûtait, depuis le 1er juin 2011, à une retraite méritée. Mais, suite au départ, début 2017, de son successeur James Priest, il avait accepté de reprendre du service pour assurer l’intérim. Dès le 1er avril, Gilbert Vahé transmettra le relais à Jean-Marie Avisard, membre de l’équipe des mains vertes du domaine depuis trente ans. Responsable, depuis 1991, de la moitié Est du Clos Normand, Rémi Lecoutre est, quant à lui, nommé chef jardinier adjoint. Le changement dans la continuité !

Pavot, myosotis, Eremurus, giroflées, tulipes, Jardin de Monet, Giverny (27) (suite…)