Archive mensuelles: janvier 2011

Le romarin, un des charmes de l’hiver

Il faut vraiment passer tout à côté du romarin pour admirer ses petites fleurs bleues qui se confondent de loin avec le gris argenté du feuillage. Ce petit arbuste méditerranéen aux petites feuilles si aromatiques fait son show discret au coeur de l’hiver. Une aubaine pour les jardins, les balcons et les terrasses ensoleillés.

Floraison hivernale dans un jardin partagé parisien

Touffe fleurie de romarin dans le jardin partagé Le poireau agile, Jardin Villemin, Paris 10e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

Une floraison toute en délicatesse, en douceur. Pas d’exubérance, mais beaucoup de charme.
Cette année, la floraison est précoce à Paris, malgré le grand coup de froid de la fin de l’année 2010.

Ne vous laissez pas tenter en ce moment par les potées de romarin qui arrivent dans les points de vente de jardinage. Ce n’est pas la bonne époque pour les installer dans le jardin ou sur le balcon. Il faut patienter jusqu’aux retour des beaux jours.

Amaryllis ‘Red Lion’

La dernière potée de mes amaryllis qui vient de fleurir est on ne peut plus classique dans son aspect et sa teinte : un beau rouge opéra velouté. L’amaryllis ‘Red Lion’ est une variété très répandue qui ne peut que ravir les amoureux de couleurs intenses et de rouge.

Bulbe forcé d'amaryllis 'Red Lion'

Potée fleurie d'amaryllis 'Red Lion', janvier 2011, photo Alain Delavie

Rouge opéra, rouge pompier, rouge Hermès… Un vrai rouge, intense et chaleureux. J’adore (mon apn beaucoup moins) !!!

Bulbe forcé d'amaryllis 'Red Lion'

Potée fleurie d'amaryllis 'Red Lion', janvier 2011, photo Alain Delavie

Ma potée a des fleurs beaucoup plus petites que les autres présentées ces derniers jours. Mais ce n’est pas gênant, surtout qu’il y a quand même huit fleurs ouvertes en même temps, quatre par hampe florale. Un généreux bouquet de fleurs.

Bulbe forcé d'amaryllis 'Red Lion'

Potée fleurie d'amaryllis 'Red Lion', janvier 2011, photo Alain Delavie

Pour le moment, j’ai installé cet amaryllis et les autres dans des petits pots, juste un peu plus larges que le bulbe (un doigt d’espace de part et d’autre). Quand le temps sera venu de les sortir en plein air et de les installer pour l’été pour qu’ils refassent leurs réserves, je vais certainement les rempoter dans des pots plus grands de deux ou trois centimètres de diamètre. Avec un apport copieux d’engrais pour bulbes à fleurs et guano de chauve-souris. Le plus dur, ça va être de les garder en bonne santé jusqu’à la fin de l’hiver, car les feuilles commencent à se développer et il va falloir de la lumière pour qu’elles poussent convenablement.

L’oeil du dragon en bouquet pour le Nouvel an chinois

Le nouvel an chinois approche, puisque l’évènement pour cette année 2011 est prévu le 3 février prochain. Je suis donc allé faire un petit tour dans le quartier chinois du 13e arrondissement, en plein préparatifs pour cette grande fête. J’ai eu la surprise de trouver des bouquets d’oeil du dragon…

Rameaux couverts de chatons soyeux gris cendré (Salix)

Bouquet d'oeil du dragon, avenue d'Ivry, Paris 13e (75), 29 janvier 2011, photo Alain Delavie

Et oui, c’est cela l’oeil du dragon… Des rameaux d’arbustes couverts de petits chatons soyeux d’une couleur gris cendré presque argenté.

Rameaux couverts de chatons soyeux gris cendré (Salix)

Bouquet d'oeil du dragon, avenue d'Ivry, Paris 13e (75), 29 janvier 2011, photo Alain Delavie

On dirait de la ouate. Et au toucher, c’est vraiment très doux, tout doux.
Bien sûr, le véritable nom de l’arbre ou de l’arbuste n’était pas indiqué. Je pense à un saule, Salix caprea ou Salix cinerea ?

Rameaux couverts de chatons soyeux gris cendré (Salix)

Bouquet d'oeil du dragon, avenue d'Ivry, Paris 13e (75), 29 janvier 2011, photo Alain Delavie

En gros bouquets, ces tiges couvertes de chatons sont vraiment spectaculaires et très décoratives.
Le bouquet de dix tiges est vendu 6,90 euros. 22,80 euros par cinq bouquets.

Rameaux couverts de chatons soyeux gris cendré (Salix)

Bouquet d'oeil du dragon, avenue d'Ivry, Paris 13e (75), 29 janvier 2011, photo Alain Delavie

Un oeil du dragon chez vous, cela ne vous tente pas ?

(suite…)

Amaryllis ‘Sydney’

Les floraisons de mes bulbes d’amaryllis forcés se suivent de plus en plus vite. C’est au tour maintenant de l’amaryllis ‘Sydney’ de déployer ses immenses trompettes rouges et blanches. Attention les yeux, beautés impressionnantes…

Bulbe forcé d'amaryllis (Hippeastrum)

Amaryllis 'Sydney' en pleine floraison, 29 janvier 2011, photo Alain Delavie

Grandes fleurs simples en forme de trompette évasée, blanches avec des marques ou des stries rouges.

Bulbe forcé d'amaryllis (Hippeastrum)

Amaryllis 'Sydney' en pleine floraison, 29 janvier 2011, photo Alain Delavie

La texture de la fleur fait penser au papier crépon…

Bulbe forcé d'amaryllis (Hippeastrum)

Amaryllis 'Sydney' en pleine floraison, 29 janvier 2011, photo Alain Delavie

Bulbe forcé d'amaryllis (Hippeastrum)

Amaryllis 'Sydney' en pleine floraison, 29 janvier 2011, photo Alain Delavie

Je devais avoir deux potées différentes d’amaryllis, car les étiquettes indiquaient ‘Sydney’ pour un bulbe, ‘Toronto’ pour l’autre, mais en faite je me retrouve avec deux potées de la même variété, ‘Sydney’. Très belle, il n’y a rien à redire, d’autant plus que tous les boutons floraux ne sont pas encore épanouis. Encore de belles floraisons en perspective.

Bulbes forcés d'amaryllis (Hippeastrum)

Deux potées d'amaryllis 'Sydney' en pleine floraison, 29 janvier 2011, photo Alain Delavie

Trois variétés d’amaryllis, trois belles floraisons. Vivent les amaryllis !

Et je vous souhaite un bon dimanche…

Le festival des mahonias

Plus spectaculaires que les jasmins d’hiver, les mahonias se remarquent de loin avec leur lumineuse floraison hivernale jaune vif qui n’est pas sans évoquer celle de certains mimosas, toutes proportions gardées et puissance du parfum mise à part. À défaut de généreux mimosas, vivent les mahonias !

Petite balade le long du canal Saint-Martin, dans le 10e arrondissement de Paris,

Arbustes persistants à floraison hivernale

Mahonias fleuris le long du canal Saint-Martin et du quai de Valmy, Paris 10e (75), janvier 2010, photo Alain Delavie

Avouez que cette petite haie fleurie est des plus sympathiques au coeur de la grisaille et de l’hiver.

Arbustes persistants à floraison hivernale

Mahonias fleuris le long du canal Saint-Martin et du quai de Valmy, Paris 10e (75), janvier 2010, photo Alain Delavie

Arbustes persistants à floraison hivernale

Mahonias fleuris le long du canal Saint-Martin et du quai de Valmy, Paris 10e (75), janvier 2010, photo Alain Delavie

Avec leur feuillage de houx très graphique et leurs épis de petites clochettes jaune vif qui font penser au mimosa, Mahonia x media ‘Charity’ et les autres variétés de Mahonia x media comptent parmi les rares stars des jardins en hiver.

On traverse la rue pour faire un petit tour en photos dans le jardin Villemin,

Le saviez-vous ?
Le nom de genre Mahonia est un hommage au botaniste Bernard Mac Mahon (1775-1816).
Irlandais d’origine, il s’était compromis dans une rébellion contre le gouvernement britannique et émigra en Amérique où il fonda le jardin botanique de Philadelphie.

Quelques fleurs de soucis malgré l’hiver

Les soucis, c’est à longueur d’année me direz-vous ! Oui peut-être, mais pas les fleurs de soucis, du souci, de la fleur que les botanistes appellent Calendula… Et pourtant, au coeur d’un petit jardin partagé parisien endormi par le froid hivernal, un pied donne encore quelques marguerites ensoleillées, d’un bel orange qui fait chaud au coeur.

Fleur en hiver dans un jardin parisien

Petit pied de souci encore fleuri dans le jardin partagé Le poireau agile, jardin Villemin, Paris 10e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

La fleur mérite bien son ancien nom de faux safran, non ?
Quelle idée d’avoir baptisé cette plante fleurie du triste nom de souci… Mais en fait l’appellation de souci dérive du latin « solsequi », qui indique que la fleur suit le parcours du soleil dans le ciel pendant toute la matinée et jusqu’au début de l’après-midi, quand le capitule se referme. Capitule qui se referme aussi quand le mauvais temps arrive.

Facile à cultiver, très florifère, robuste à toutes épreuves, cette petite fleur de la famille des Astéracées se cultive le plus souvent comme une plante annuelle, mais les touffes résistent souvent aux hivers et vivent quelques années. Des semis spontanés ne sont pas rares.

Il paraît même que planter des soucis entre les rangs de poireaux éloigne les vers ou les chenilles. Semés entre les pieds de tomates, les soucis repousseraient le ver de la tomate.

Avec les soucis, y’a pas de soucis !