juil 312015
 

Rosa chinensis 'Sanguinea', pépinière Laïta, voyage de presse dans le Finistère (29)
La pépinière Laïta installée à Clohars-Carnoët dans le Finistère est spécialisée dans les roses et proposent notamment de nombreuses espèces et variétés anciennes. Une visite de la roseraie attenante au point de vente permet de découvrir des petites merveilles. Comme ces deux variétés de roses de Chine, Rosa chinensis ‘Sanguinea’ et R. chinensis ‘Viridiflora’.

Rosa chinensis 'Viridiflora', pépinière Laïta, voyage de presse dans le Finistère (29)
Rosa chinensis ‘Sanguinea’ forme un arbuste sans épines à feuillage vert, semi persistant et sain. Les jeunes pousses sont rouges. La floraison très longue peut débuter dès le mois de février quand l’hiver est doux et se prolonge jusqu’à l’hiver suivant.

La rose verte, Rosa chinensis ‘Viridiflora’, serait une mutation naturelle d’un rosier de Chine, peut-être ‘Slater’s Crimson China’. C’est la seule véritable rose de couleur verte existante. Cette fleur n’a plus de pétales, mais ce sont les sépales vert nuancé de bronze et de rose qui forme la rose. Elle fleurit jusqu’à la fin de l’été.

juil 302015
 

Carex phyllocephala 'Spark Plug' sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
J’ai déniché cette plante vivace l’an dernier sur le stand de la pépinière La Roche Saint-Louis, véritable caverne d’Ali Baba pour les passionnés de plantes à feuillage panaché. Et plus je vois pousser cette laîche, plus je me félicite de l’avoir achetée et de la voir prospérer sur mon balcon parisien.

C’est la version tétraploïde et naine de la grande laîche à feuilles persistantes ‘Sparkler’. Le feuillage est persistant et présente une superbe panachure blanche très lumineuse. La plante à une forme très graphique qui évoque celle du faux papyrus et elle ne dépasse pas 30 cm de hauteur. En été (en ce moment sur mon balcon) des petits épis blanc crème plutôt discrets apparaissent au sommet des pousses.

Cette plante vivace est rustique jusqu’à -10 °C. C’est suffisant pour Paris intramuros. Sa culture en pot est très facile à exposition ombragée ou mi ombragée. Prévoir des arrosages réguliers pour maintenir le substrat toujours frais.

juil 302015
 

Tinantia pringlei (Commelinacées) sur mon balcon en été, rue de Nantes, Paris 19e (75)
Après un hiver au repos sans feuillage et une reprise de végétation assez lente et tardive au printemps dernier, mon pied de Tinantia pringlei a reformé une belle touffe de feuillage vert couvert de petites taches pourpres. Les petites fleurs sont vite apparues et se renouvellent sans cesse au fil des jours.

Une excellente plante exotique facile à vivre pour les balcons pas trop ensoleillés. Cette plante vivace ressemble à s’y méprendre à une misère, mais elle vit très bien toute l’année dehors où elle supporte les frimas parisiens en perdant tout son feuillage et en entrant en repos. Mais dès que les températures s’adoucissent au printemps, les premières feuilles apparaissent et la plante redonne un beau feuillage touffu, d’abord dressé puis étalé à retombant. Quelques feuilles sont attaquées par les othiorhynques, mais ces insectes ne semblent pas l’apprécier et la laissent se développer sans l’abimer. En fin de printemps et en été, la croissance s’accélère et le pied prend alors un beau volume surtout si on l’arrose régulièrement. Il faut d’ailleurs le surveiller pour qu’il n’étouffe pas les plantes voisines.

Mes articles précédents sur Tinantia pringlei :
Tinantia pringlei, la misère rustique
La fin de l’été va bien à ma potée de Tinantia
Deux pieds de Tinantia, deux feuillages différents
Tinantia pringlei fidèle au rendez-vous
Tinantia pringlei a bien résisté à l’hiver
Tinantia pringlei fleurit davantage le matin
En quelques semaines, une grosse potée de Tinantia pringlei
Première floraison de mon Tinantia pringlei
Tinantia pringlei, un faux air de misère
Tinantia pringlei

juil 302015
 

Tomate cerise 'TomTato' sur mon balcon en été, rue de Nantes, Paris 19e (75)
Hier matin quand je suis parti travailler, mon pied de tomate ‘TomTato’ portait plusieurs belles tomates cerises arrivant à complète maturité. Mais hier au soir quand je rentré, plus une seule tomate orange ou rouge, quelques vertes seulement. Les grappes avaient été complètement pillées !

Et le sol de mon balcon était collant et couvert de graines de tomates… Il me reste un beau pied de tomate presque aussi grand que moi, mais des tomates, il n’y en a presque plus. Plutôt décevant.

juil 292015
 

2015 représentation d'une forêt au printemps, photo ©Fons Laure / Fotolia
La liste des rendez-vous jardin pour le deuxième semestre de 2015 s’allonge au fil des semaines. N’oubliez pas de regarder régulièrement la page Agenda de mon blog Paris côté jardin pour vous tenir informé et pour y découvrir les nouveaux événements que je viens d’inscrire.

Des rendez-vous dont je vous reparlerai quand le moment sera venu avec plus d’informations. Mais notez et réservez les dates dès maintenant…

J’ai ajouté aussi un certain nombre de conférences proposées par la Ville de Paris.