oct 202014
 

Mini cyclamen sur mon balcon en automne, Paris 19e (75)
On trouve de plus en plus de cyclamens, petits ou grands, chez les fleuristes et dans les jardineries. En passant chez Truffaut dans le 13e arrondissement de Paris, je n’ai pas pu résister et je suis revenu avec une petite collection de miniatures toutes plus adorables les unes que les autres.

Mini cyclamen sur mon balcon en automne, Paris 19e (75)

Avec un liseré de couleur plus soutenu sur les pétales, une forme Victoria apparue récemment dans les cultures.

Continue reading »

oct 202014
 

Impatience de Nouvelle-Guinée Divine sur mon balcon en automne, Paris 19e (75)
Cette belle variété d’impatience de Nouvelle-Guinée que je vous présentais en juillet dernier n’a pas démérité et n’a jamais cessé de fleurir depuis que je l’ai installée sur mon balcon. L’arrivée de l’automne n’a pas ralenti ses ardeurs et la floraison est toujours aussi généreuse.

Il faut que je prélève quelques boutures cette semaine pour être sûr de garder la variété d’une année sur l’autre, car cette belle impatience ne devrait pas résister aux premières gelées. Heureusement, le bouturage dans l’eau est facile et mes petits pieds se sont beaucoup étalés.

oct 202014
 

Haute diversité Par le prisme de la patate, Asa Sonjasdotter, 104, Paris, octobre 2014
L’établissement artistique Le CentQuatre (Paris 19e) accueille une installation de l’artiste Åsa Sonjasdotter qui invite à une réflexion et des questionnements sur notre histoire commune à partir de la pomme de terre.

Le projet d’Åsa Sonjasdotter consiste à réintégrer la culture d’une douzaine de variétés datant de l’époque de la Révolution française (XVIIIe et XIXe siècles) à Paris et dans sa banlieue. Inspirée par les lieux de culture historique de ce légume et l’esprit de résistance face à la standardisation ainsi que la multiplication des initiatives de jardins partagées qui émergent à Paris, l’artiste suédoise explore les liens entre les hommes et les plantes, et l’influence de la modernité dans l’agriculture.

Cette installation aux allures de marché est la finalité d’un projet participatif composé d’une douzaine de variétés de pommes de terre. Ces pommes de terre illustrent chacune de manière différente la relation entre les aliments et la politique, ainsi que la mémoire historique attachée aux plantes cultivées. Ces tubercules ont été introduits en France à l’époque de la Révolution française, pour les mêmes raisons que celles qui ont déclenché la révolte, à savoir les crises financières, l’injustice sociale et le changement climatique. Les variétés cultivées à notre époque sont encadrées par la réglementation européenne, ce qui semble ironique du point de vue de ces pommes de terre étant donné que la Révolution symbolise l’émergence de la liberté et de l’égalité dans la société occidentale. Ce projet révèle, grâce aux variétés de pommes de terre et aux moments historiques auxquels elles ont fait leur apparition, le cadre de la structure narrative. Pour ce projet, les pommes de terre ont été cultivées dans des jardins et fermes de Paris et de ses environs, confrontés aux problèmes de la justice sociale, des préoccupations environnementales et de la production alimentaire durable de plusieurs manières.

Leurs modes d’engagement, via les mots et les actes, suggèrent des pistes pour une évolution de la société sur ces questions. La situation actuelle est différente de celle de la Révolution française, bien que les deux époques partagent la nécessité de trouver de nouveaux modèles de société. À travers la culture, la préparation, la dégustation et la création de nouvelles recettes de pomme de terre, dont certaines variétés sont très anciennes, notre histoire commune se révèle. Encore actuellement, l’alimentation est intimement liée à des problématiques concrètes de société. Dans cette installation, chaque variété de pomme de terre renvoie à un moment historique particulier et révèle une évolution et un développement de la société. La culture de ces anciennes variétés de pommes de terre n’a pas pour unique but de faire pousser ses propres aliments: il s’agit aussi de cultiver une conscience partagée des inquiétudes concernant les conditions de vie.

Fermes et jardins de culture de pomme de terre :

Haute diversité, Par le prisme de la patate
Le CentQuatre
5, rue Curial, 75019 Paris. Métro : ligne 7, station Riquet.
Jusqu’au 26 octobre 2014, du mardi au dimanche de 14h à 19h. Accès libre.

oct 192014
 

Quai de l'Oise, canal de l'Ourcq, parc de la Villette, Paris 19e (75)
Sous un ciel d’azur bien dégagé, le canal aussi bleu, des passants nombreux profitant de la douceur et du soleil, des pêcheurs… Que c’est bon cet été revenu !

Il fallait en profiter, déjà les nuages ont envahi le ciel parisien en cette fin de week-end et la météo nous annonce le retour de la fraîcheur et de la pluie.

oct 192014
 

Prévisions météorologiques dimanche 19 octobre 2014, Île-de-France, Météo France
S’il n’y avait les feuillages et les floraisons d’automne pour nous rappeler la saison, on se serait cru en plein été hier dans Paris où la température est montée jusqu’à 25,1 °C (sous abri à l’ombre), avec un ressenti de 3 à 6°C supplémentaires. Et ce dimanche s’annonce aussi beau et chaud !

D’une manière générale, l’écart aux normales des températures (pour un mois d’octobre) affiche un excédent de +2,5°C à l’échelle de la France. Ce mois d’octobre doux est dans la continuité du mois de septembre anormalement chaud cette année (malgré l’absence de vague de chaleur cet été). (Source : La Chaine Météo)

Une chaleur dont il faut profiter car une dégradation est prévue à partir de lundi, avec une forte baisse des températures. Mais pour le moment, c’est l’été !

oct 182014
 

Thomas Grenon, directeur général du Muséum National d'Histoire Naturelle et Jennifer Flay, directrice de la FIAC, FIAC Hors les Murs au Jardin des Plantes, Paris 5e (75)
Hier vendredi 17 octobre, Jennifer Flay, directrice de la FIAC, et Thomas Grenon, directeur général du Muséum national d’Histoire naturelle, en présence des galeristes et des artistes, ont présenté la 4ème édition du parcours FIAC Hors les Murs au Jardin des Plantes. Un nouveau parcours inédit de performances, de conférences et de plus d’une vingtaine d’oeuvres d’art pour la plupart créées en 2014.

Thomas Grenon, directeur général du Muséum National d'Histoire Naturelle et Jennifer Flay, directrice de la FIAC, FIAC Hors les Murs au Jardin des Plantes, Paris 5e (75)
La présentation s’est déroulée dans la rotonde de la Ménagerie du Jardin des Plantes où est installée une création de Julien Salaud : Printemps (Faune de cerf).

Printemps (Faune de cerf), Julien Salaud, présentée par la Galerie Suzanne Tarasiève, FIAC Hors les Murs au Jardin des Plantes, Paris 5e (75)
Structure en bois, peaux de chevreuil, fils de perles, taxidermie de cerf, clous et fils de coton.
347 x 106 x 246 cm.
Présentée par la Galerie Suzanne Tarasiève (Paris) jusqu’au 2 novembre 2014.

Julien Salaud est né en 1977. Il vit et travaille à Orléans. En 2013, il a présenté l’oeuvre Printemps (Nymphe de cerf) au Muséum national d’Histoire naturelle. 2014 marque la métamorphose de cette pièce, une mue vers un état hybride mi humain, mi animal. La Nymphe devient Faune, un corps de cerf accueillant un buste humain. Évocation du mythologique Centaure, le Faune de cerf introduit dans le travail de Julien Salaud un mode de narration proche des légendes, amplifiant les items créés par l’imaginaire de chacun.

Continue reading »