La filière Semences et Plants exporte l’équivalent de 18 Airbus

Le dynamisme remarquable des exportations françaises de semences et plants ne faiblit pas malgré un contexte économique tendu et permet à la filière d’atteindre le niveau exceptionnel de 1 234 M€. Malgré le bond des importations à 568 M€ (+19%), le solde excédentaire de la balance commerciale atteint un nouveau record de 666 M€.

Ainsi, la filière semences et plants participe à hauteur de 18.6% au solde de la balance commerciale du commerce extérieur français des produits agricoles, sylvicoles et piscicoles qui accuse un recul de 5% en raison d’un net ralentissement des ventes agricoles qui avaient atteint un niveau exceptionnellement élevé en 2010/11. Les entreprises de la filière, en majorité des PME et des coopératives, ont commercé cette année avec près de 155 pays.

La croissance des exportations tirée par les semences de maïs
À l’exception des fourragères et des florales, les exportations de toutes les espèces progressent et le maïs affiche la plus forte croissance. Avec 494 M€ (+54 M€), il représente à lui seul 40% des exportations de la filière. Le trio de tête, constitué du maïs, des potagères (avec 283 M€, soit +42 M€) et des oléagineux (avec 180 M€, soit +29 M€), représente quant à lui près de 80% du total exporté. Cette année, malgré une production nationale record, il a fallu faire appel aux marchés extérieurs de production en contre-saison (Amérique du Sud), afin de pallier la demande supplémentaire française en maïs et tournesol induite par les ressemis de printemps suite au gel de février. Ces importations imprévues ont influencé en partie le solde de la balance commerciale.

L’Union Européenne confirme son rang de première zone cliente de la France
Plus de 70% des exportations de semences françaises sont à destination de l’Union Européenne, avec l’Allemagne qui affirme son poids prépondérant au sein de la zone (221 M€). En termes d’espèces, le maïs et les potagères ont contribué à part égale (+61 M€) à l’augmentation des exportations vers l’Union européenne (+100 M€ sur la période). Les oléagineux et les betteraves ne sont pas en reste avec une contribution supplémentaire de plus de 20 M€ chacun.

Pays tiers : toujours cap à l’Est
Le solde excédentaire des échanges de la France avec les pays tiers enregistre une hausse de 9% pour atteindre la valeur record de 216.5 M€ grâce à des exportations qui ne cessent de se développer (+16.5%), car cette année les importations ont fortement progressé (+31%).
La croissance des exportations sur la CEI Occidentale, première zone cliente hors UE (135 M€) ne faiblit pas, avec deux pays phares : La Russie (69 M€) et l’Ukraine (55 M€), boostée par les ventes de maïs (+87%) et de tournesol (+17%).
Les ventes de semences repartent à la hausse vers le Maghreb (+5%). Elles gagnent 10% sur le Proche et Moyen Orient, mais les importations en hausse de 11% stabilise le solde bénéficiaire de la balance commerciale avec la zone à 40 M€. Les exportations vers l’Afrique sub-saharienne (25 M€) continuent quant à elles d’afficher une croissance rapide et régulière : +20% en moyenne sur quatre ans.
Les exportations vers l’Asie reprennent (+11%) et totalisent 18 M€.
Si le solde de la balance commerciale reste négatif vers les Etats Unis (-20 M€), il enregistre une amélioration de +12% grâce à des exportations qui ne cessent de progresser depuis trois ans maintenant, en particulier des potagères.
Par contre, le déficit ce creuse de nouveau avec l’Amérique Latine (-17 M€) et le Chili notamment.

(Source : GNIS, 14 novembre 2012)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez