Archive journalières: 3 décembre 2010

Les gelées font du vide sur le balcon

Les fortes gelées ont accéléré la fin de mes fleurs annuelles qui continuaient à fleurir sur mon balcon cet automne du fait d’un temps très doux. La belle touffe de bégonia ‘Dragon Wing’ est… cuite !

Les dégâts du gel sur les potées au balcon

Grosse potée d'euphorbe 'Tasmanian Tiger', Hibiscus 'Fire Ball' et bégonia 'Dragon Wing' gelé sur mon balcon, décembre 2010, photo Alain Delavie

Une belle salade cuite jusqu’au trognon ! Quand les températures vont remonter suffisamment, je pourrai planter les plantes vivaces achetées lors des dernières grandes fêtes des plantes franciliennes et qui attendaient que la place se libère.

D’un seul coup, mon balcon s’est sérieusement vidé. Les dernières fleurs ont disparu, les feuilles caduques se sont ratatinées et ont fini de tomber. Et les plantes vivaces ont un air pitoyable, leurs feuilles retombant contre les tiges sous l’effet du froid. Il n’y a pas d’inquiétude à avoir, car elles retrouveront leur aspect normal dès que les basses températures cesseront et que la douceur s’installera. Il faudra juste veiller alors à bien arroser les mottes desséchées par le gel.

Le gel, un super désherbant !

Les fortes gelées de ces derniers jours ont au moins l’avantage d’éliminer la vermine et une partie des mauvaises herbes dans les jardins. Un bon coup de gel et toutes les adventices annuelles dégagent… Provisoirement !

Mauvaise herbe en ville en hiver

Pieds gelés de morelle noire (Solanum nigrum), décembre 2010, photo Alain Delavie

Ces grands pieds de morelle noire (Solanum nigrum) étaient encore bien fleuris et couverts de baies il y a quelques jours encore. Les températures négatives de ces derniers jours les ont littéralement cuits. Les gelées sont aussi efficaces qu’un désherbant !

Mais ne nous faisons pas d’illusions, ces mauvaises herbes ont eu le temps d’assurer leur descendance, qui repartira de plus belle à la belle saison. Le désherbage n’est que très provisoire. Et il ne concerne que les adventices annuelles, car les plantes vivaces comme les chardons, l’oseille sauvage ou le liseron se remettront très vite des fortes gelées. Elles n’y perdront tout au plus que quelques feuilles et tiges, vite remplacées au printemps.