Archive journalières: 28 décembre 2010

L’amaryllis se prend pour le haricot magique…

Juste avant Noël, je me suis dépêché d’installer deux gros bulbes d’amaryllis forcés sur des vases remplis d’eau pour qu’ils démarrent, en attendant d’être rempotés rapidement à mon retour. Du 23 au 27 décembre, en quatre jours seulement, l’évolution et la transformation de ces bulbes à fleurs est impressionnante.

Bulbes forcés d'amaryllis cultivés en hydroponie

Bulbes forcés d'amaryllis (Hippeastrum) mis en culture sur des vases remplis d'eau, 23 décembre 2010, photo Alain Delavie

Le 23 décembre, juste intallés, les bulbes montrent à peine leurs boutons floraux, d’une couleur blanc crème sans vert. Les bulbes étaient même un peu mous et fripés du fait du rempotage tardif en saison.

Bulbe forcé d'amaryllis cultivé en hydroponie

Bulbe forcé d'amaryllis (Hippeastrum) mis en culture sur un vase rempli d'eau, 23 décembre 2010, photo Alain Delavie

Des pousses naissantes sans chlorophylle. Et quelques jours plus tard, le 27 décembre très exactement, le changement est radical après cette mise en culture en hydroponie.

Bulbes forcés d'amaryllis cultivés en hydroponie

Bulbes forcés d'amaryllis (Hippeastrum) mis en culture sur un vase rempli d'eau, 27 décembre 2010, photo Alain Delavie

Les boutons floraux ont beaucoup poussé et se sont teintés de vert tendre.

Bulbes forcés d'amaryllis cultivés en hydroponie

Bulbes forcés d'amaryllis (Hippeastrum) mis en culture sur un vase rempli d'eau, 27 décembre 2010, photo Alain Delavie

Les bulbes se sont gonflés d’eau aussi.

Bulbe forcé d'amaryllis cultivé en hydroponie

Bulbe forcé d'amaryllis (Hippeastrum) mis en culture sur un vase rempli d'eau, 27 décembre 2010, photo Alain Delavie

Mêmes les racines ont pris de l’ampleur et de la turgescence.
Bulbes XXL, croissance XXL !

Si je ne les rempote pas, il faut que je trouve d’autres vases plus volumineux, sinon les bulbes tomberont emportés par le poids des tiges et des fleurs qui vont se diriger immanquablement vers la lumière.

Mon cotoneaster sapin de Noël

Les fruits de mon petit pied de Cotoneaster suecicus ‘Julliette’ prennent enfin une belle couleur rouge vif. Cela donne à l’arbuste déjà fortement panaché un air de sapin de Noël.

Arbuste persistant à fruits décoratifs

Potée de Cotoneaster suecicus 'Julliette' couvert de baies rouges sur mon balcon, 27 décembre 2010, photo Alain Delavie

Les fruits de ce Cotoneaster original ont mis plusieurs mois avant de se teinter de rouge vif. Toute la fin de l’été et en automne, ils ont longtemps gardé une belle coloration rose crème nacrée qui s’accordait bien avec la panachure des petites feuilles.

Le froid de ces dernières semaines n’a pas abimé le feuillage ni les petits fruits d’ailleurs. Et ces derniers n’ont pas encore attiré les oiseaux qui se bâfrent depuis quelques jours des baies de mon Sarcoccocca situé en rebord du balcon. Une pitance abondante, mais dévorée très tôt cette année, bien plus tôt que les années antérieures. Il faut dire que le froid nous a touché de bonne heure et se prolonge.