Archive journalières: 2 janvier 2013

La viorne d’hiver embaume les jardins parisiens

Viorne d'hiver (Viburnum x bodnantense) le long du canal Saint-Martin, Paris 10e

Sous le soleil hivernal parisien, le spectacle qu’offrent les viornes d’hiver (Viburnum x bodnantense) est double, autant pour le plaisir des yeux que celui du nez. À découvrir en ce moment en parcourant la capitale où de nombreux sujets ont été plantés. Mes photos ont été prises le long de l’avenue Jean Jaurès (Paris 19e) et du canal Saint-Martin (Paris 10e), ainsi que dans le parc de Bercy (Paris 12e).

Viorne d'hiver (Viburnum x bodnantense) le long du canal Saint-Martin, Paris 10e

(suite…)

Peupliers persistants dans Paris

Peupliers avec leur feuillage en plein hiver au bord du Canal Saint-Martin, Paris 10e (75)

Il faut le voir pour le croire : certains peupliers qui bordent le canal Saint-Martin dans le 10e arrondissement de Paris n’ont toujours pas perdu leur feuillage alors que le mois de janvier commence. Preuve s’il en est de la douceur extrême de l’automne et du début de l’hiver.

Peuplier avec son feuillage en plein hiver au bord du Canal Saint-Martin, Paris 10e (75) (suite…)

Pensez à recycler votre sapin de Noël

Point de collecte des sapins de Noël dans le parc de Bercy en hiver, Paris 12e (75)

Votre sapin de Noël perd de plus en plus ses aiguilles et vous en avez assez de le voir, pensez à le recycler en le déposant dans un des nombreux points de collecte que propose la Ville de Paris dans ses parcs et jardins.

Cette opération de recyclage a plusieurs objectifs :

  • Elle valorise les déchets verts. Les sapins sont broyés puis répandus au pied des massifs et sur les sentiers dans les espaces verts parisiens. Ce geste écologique limite l’apparition d’herbes folles et permet de réduire l’évaporation de l’eau.
  • Elle incite les Parisiens à recycler leur sapin plutôt que de le déposer sur la voie publique.Une affiche est apposée sur la grille d’entrée des jardins participant à l’opération et un fléchage indique le point de collecte. (suite…)

Soigner l’azalée des fleuristes en hiver

Azalée des fleuristes, jardinerie Truffaut, Paris 13e (75)

Plante cadeau souvent offerte pendant les fêtes de fin d’année, l’azalée des fleuristes est une belle plante d’intérieur relativement exigeante qui supporte mal les intérieurs surchauffés, les arrosages avec une eau trop calcaire et le manque de lumière.

Pour conserver la belle potée longtemps fleurie, sans voir les boutons se flétrir les uns après les autres, il faut d’abord lui trouver l’emplacement qui lui convient dans l’appartement ou la maison. En effet, pas question de la laisser dehors pendant l’hiver, car cet arbuste ne supporte pas les gelées qui peuvent arriver d’un jour à l’autre. À l’intérieur, il faut lui trouver une pièce fraiche, la moins chauffée possible (entre 12 et 16 °C) en évitant la proximité d’un radiateur, d’une cheminée, d’un four et toutes les pièces où il fait plus de 18 °C. Quand la chaleur est trop élevée, l’azalée devient très sensible aux attaques d’araignées rouges qui prolifèrent d’autant plus que l’atmosphère est sèche ce qui est presque toujours le cas quand on chauffe beaucoup. En cas de forte attaque, le feuillage finit par tomber et la plante peut dépérir.Installez votre potée à proximité d’une fenêtre, mais à l’abri des rayons directs du soleil. La plante a besoin de beaucoup de lumière pendant la mauvaise saison. Évitez aussi les zones de courants d’air (proximité avec une porte souvent ouverte par exemple).

Dans un intérieur un peu trop chaud pour le bien-être de cette plante fleurie, il faut installer la potée sur un grand plateau rempli de billes d’argiles et d’eau, le liquide ne devant pas toucher la base du pot. Ce procédé permet d’augmenter l’hygrométrie autour de la plante et évite des aspersions avec de l’eau douce qui abiment les fleurs.

L’arrosage est une opération souvent problématique. Le pot de l’azalée est peu volumineux, le substrat se dessèche vite et se réhumidifie ensuite difficilement. Il faudrait maintenir le sol toujours frais, sans jamais noyer la plante, ni la laisser se dessécher. Attention, si vous ne surveillez pas l’état du substrat, vous risquez de vous apercevoir que votre azalée crève de soif bien trop tard. Quand l’eau manque, son feuillage devient plus terne dans un premier temps, puis les feuilles s’affaissent. Mais à ce stade, c’est trop tard, vous aurez du mal à récupérer la plante qui va perdre des feuilles et devenir moins belle. Faites tremper le pot dans un seau d’eau une fois par semaine et laissez le tant que des bulles s’échappent. Laissez ensuite la potée s’égoutter avant de la réinstaller dans sa soucoupe ou son cache-pot. Attention, l’eau d’arrosage ne doit pas être calcaire et elle doit être à température de la pièce.

Tant que la plante est fleurie, il n’est pas question de la rempoter, mais vous pouvez lui donner un engrais pour plantes fleuries. Les engrais pour hortensias et autres plantes de terre de bruyère sont recommandés.

Dernier geste utile, le nettoyage des fleurs au fur et à mesure qu’elles fanent. Celles-ci prennent une couleur marron pas très jolie et elles ne tombent pas toutes seules. Il faut donc les enlever régulièrement pour garder un bel aspect à la potée fleurie.