Archive journalières: 8 février 2011

Laissons Pousser s’invite au théâtre

Laissons Pousser 2011, c’est bientôt reparti. En attendant la nouvelle campagne de distribution de graines sauvages (lancement à la mi-mars), la Compagnie Pile Poil nous invite à son dernier spectacle. Rendez-vous donc mercredi 9 février à 16h30 au Sudden Théâtre. Enfants plus que bienvenus.

Le 9 février prochain à 16h30, animation « Buzz Buzz » au Sudden Théâtre.
Jacqueline et Françoise sont heureuses de vous convier au lancement de la tournée nationale du spectacle « Au grand bazar » et à la présentation de la nouvelle collection de graines sauvages…

Demandez le programme !
16h30 Spectacle
18h00 Distribution de graines sauvages et goûter festif

Des graines qui tombent Pile Poil
Au cœur du Grand Bazar, Jacqueline et Françoise sont deux abeilles perdues en ville, en quête d’un hôtel pour insectes. Elles mettront à contribution les spectateurs en leur distribuant en cadeau des sachets de graines de fleurs sauvages. Promis, en échange de tous ces semis volontaires, les abeilles butineront sans compter.

L’objectif de Laissons Pousser ?
Grâce à cette distribution fleurie, les deux abeilles comptent bien entrer en contact avec les humains de tout poil, les sensibiliser de façon festive à la protection de leur espèce et leur confier une mission : semer des fleurs sauvages sur l’espace public et privé.

Pile Poil & Cie
Compagnie de théâtre professionnelle et association à but non lucratif, Pile Poil sensibilise les publics au développement durable, au respect de la nature et aux enjeux de l’avenir de la planète pour favoriser l’émergence d’une citoyenneté active et provoquer l’envie d’agir. Associant l’art clownesque et l’environnement, sa devise est « apprendre en s’amusant » pour qu’écologie rime avec vie… et envie.

Laissons Pousser
Depuis 2010, l’association distribue des sachets de graines de fleurs sauvages, avec des villes et collectivités partenaires. Elle invite ainsi les citadins à fleurir les espaces publics urbains délaissés, pour les inciter à réinvestir leur quartier, observer la nature ordinaire, créer des liens avec leurs voisins…

SUDDEN Théâtre
14 bis, rue Sainte Isaure,
75018 Paris
.
Métro : ligne 4, station Simplon ou ligne 12, station Jules Joffrin.

Les statues du Jardin des Plantes, l’album

Le Muséum national d’Histoire naturelle conserve une importante collection de statues. La plupart ornent le Jardin des Plantes, à l’origine lieu d’enseignement de la botanique, mais aussi jardin d’agrément. Véritable catalogue de ce musée en plein air, l’album « Les statues du Jardin des plantes » analyse ces œuvres, en raconte la genèse, et fait découvrir une histoire très vivante, à la confluence de l’histoire de l’art, des sciences et des institutions.


Enrichi de nombreuses photographies, signées notamment d’Adeline Bommart et Manuel Cohen, il se fait aussi guide de visite puisqu’un plan détaillé du Jardin permet de situer chacune des statues.

De l’imposant « monument à Buffon » signé Pajou (1776) au buste de Théodore Monod par Nacéra Kaïnou (2001), certaines œuvres racontent l’histoire de l’institution à travers ses grands hommes. D’autres, par leur mode de représentation de l’animal ou de ses relations avec l’homme, témoignent du rapport de la société à la science et à la nature au cours des deux derniers siècles. L’emblématique « ours blanc » de François Pompon (1928) poursuit ainsi la lignée de la sculpture naturaliste. Enfin nymphes et amours s’inscrivent dans une tradition décorative propre à l’art des jardins. L’auteur, Françoise Serre était conservateur en chef à la Bibliothèque centrale du Muséum.

Les statues du Jardin des Plantes, l’album
par Françoise Serre
Éditions du Muséum
64 pages, prix : 12 €
Disponible dans les boutiques du Muséum National d’Histoire Naturelle.

Un coeur de roses éternelles pour la Saint-Valentin

Allez, soyons fou ! Oublions l’idée du cadeau pas cher et faisons des folies pour notre bien-aimé(e)… Aujourd’hui je vous propose un coeur flamboyant composé de roses véritables stabilisées. Amour, toujours !

Fleurs fraîches naturalisées : roses stabilisées

Coeur de roses stabilisées, photo Au nom de la rose

Ces roses naturelles ont été stabilisées par un procédé unique. Elles ont une durée de vie de 3 ans en moyenne, sans aucun arrosage et sans entretien, hormis un petit dépoussiérage délicat de temps en temps.

En vente par correspondance sur le site Internet d’Au nom de la rose.
95 euros (+ frais de livraison).

Trop cher ? Vous pouvez acheter une rose stabilisée à l’unité, présentée dans son vase rond.

Rose naturalisée : rose stabilisée

Rose rouge profond stabilisée dans son vase, photo Au nom de la rose

Cette rose stabilisée couleur rouge profond est présentée dans un petit vase boule. Idéale pour donner une touche élégante et raffinée à un intérieur. Diamètre du vase : 9 cm.
En vente aussi sur le site Internet d’Au nom de la rose (prix de vente 20 euros + frais de livraison) et dans les boutiques de l’enseigne (les adresses des boutiques Au nom de la rose).