2 février 2011 – Paris côté jardin

Archive journalières: 2 février 2011

Les rendez-vous « Forêts » au Muséum

L’Année internationale des forêts débute officiellement aujourd’hui, le 2 février 2011. Le Muséum National d’Histoire Naturelle proposera au cours des prochains mois de nombreux rendez-vous.

2011 a été proclamée Année internationale des forêts par l’Assemblée générale des Nations Unies : « il faut des efforts concertés de sensibilisation à tous les niveaux pour renforcer la gestion durable, la conservation et le développement viable de tous les types de forêts, dans l’intérêt des générations présentes et futures ».

L’enjeu est international par l’ampleur du domaine concerné (environ 1/3 de la surface du globe) et la menace que représentent l’exploitation et la destruction des forêts pour la biodiversité. Les forêts abritent environ les 2/3 des espèces animales et végétales recensées.

La forêt est l’affaire de tous, des espèces qui y vivent et des hommes qui l’exploitent ou s’y promènent. Réserve de nourriture, d’énergie, de matériaux, sa préservation est essentielle au maintien de la biodiversité. Pour mieux la gérer, il faut mieux la connaître.

Au Muséum, la forêt mobilise de nombreux chercheurs dans plusieurs disciplines. De plus, les jardins botaniques et zoologiques offrent une grande diversité d’espèces dont la mise en valeur, par des parcours balisés, donnera un bel aperçu des arbres des forêts du monde.

Les rendez-vous « Forêts » au Muséum :

Un week-end de sensibilisation tous publics

Du 10 au 13 février, en partenariat avec le Ministère de l’Ecologie, sur le thème couplé : forêts et chauves-souris, avec notamment un spectacle, des projections de films, des débats avec des chercheurs.

Des parcours « arbres »

À l’Arboretum de Chèvreloup du 1er avril au 15 novembre : des parcours balisés (3 parcours différents de 1 à 3 heures de marche) permettent aux visiteurs d’admirer 40 arbres remarquables.
Dans les allées du Jardin des Plantes et dans les Grandes Serres du 15 avril au 30 octobre : un circuit ponctué de totems mène de la Grande Serre pour l’évocation des forêts de Guyane, des Antilles ou de la Réunion, à la Serre de Nouvelle-Calédonie pour les forêts endémiques, et enfin à la Serre de l’Histoire des plantes pour découvrir les forêts qui ont disparu. Le parcours serpente dans les allées du Jardin, dans le labyrinthe où depuis le XVIIIème de nombreuses espèces méditerranéennes ont été plantées ; il passe par le Jardin écologique, représentatif des forêts d’Île-de-France. L’allée Cuvier accueille les informations sur les forêts des montagnes de France, en surplomb du Jardin alpin. Enfin, dans l’axe de la perspective, un bosquet d’arbres et d’arbustes présente quelques-unes des espèces ligneuses des forêts d’Île-de-France.

Un cycle de conférences « La forêt : son rôle, son état, vie et mœurs de ses habitants »

Le lundi à 18 h.
28 février : Les forêts françaises.
7 mars : Forêt, climat et cycle du carbone.
14 mars : La dynamique et l’architecture des arbres en forêt guyanaise.
28 mars : Quelle(s) forêt(s) en France en 2100 ?
4 avril : Des forêts et des hommes sous les tropiques, une vieille cohabitation.
2 mai : Est-il bon pour la santé de vivre en forêt équatoriale ?
16 mai : Nouveaux regards sur les Pygmées aujourd’hui en Afrique centrale.
23 mai : Forêts du Brésil : cueillette à l’extractivisme, biodiversité.
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places).
Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution, 36, rue Geoffroy Saint-Hilaire, Paris 5e.

Un cycle de films « L’usage de la forêt »

Samedi 12 février à 16h : L’homme qui plantait des arbres et Les hommes de la forêt 21.
Lundi 14 février à 18h : Voyage vers la forêt et L’origine de la pomme ou le Jardin d’Eden retrouvé.
Samedi 12 mars à 15h30 : Le bruit du canon et Arbres, un voyage immobile.
Lundi 11 avril à 18h : D’une rare crudité et Secrets de plantes : l’if, aux frontières de la vie.
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places).
Auditorium de la Grande Galerie de l’Evolution, 36, rue Geoffroy Saint-Hilaire, Paris 5e.

Un chercheur / un livre

Les Grandes Serres du Jardin des Plantes, Plantes d’ici et d’ailleurs
Lundi 31 janvier à 18h : Les principaux acteurs de la rénovation de ce palais de verre et de métal nous invitent à la rencontre de plantes remarquables et de leur histoire évolutive. Ils nous racontent l’histoire des Serres et les coulisses de cette rénovation. Présentation suivie d’une dédicace avec : Dario de Franceschi, paléobotaniste, département Histoire de la Terre, Muséum ; Eric Joly, directeur du Jardin des Plantes ; Denis Larpin, responsable scientifique des collections tropicales du Muséum.
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (120 places).
Auditorium de la Grande Galerie de l’Evolution, 36, rue Geoffroy Saint-Hilaire,Paris 5e.

Le Bar des Sciences

Mercredi 16 mars à 19h30 : Ce débat convivial, animé par Marie-Odile Monchicourt, journaliste à France Info, réunit chercheurs du Muséum, intervenants extérieurs et public.
Café restaurant La Baleine, Jardin des Plantes, 47, rue Cuvier, Paris 5e.

Et aussi :

  • Des ateliers pour enfants lors des dimanches de l’Office National des Forêts, du 18 mai au 10 juillet, dans le Jardin des Plantes ;
  • Des animations sur le thème de la forêt lors de la Fête de la nature, du 18 au 22 mai.

Un site internet dédie sera mis en ligne courant 2011, présentant les travaux de recherche menés au Muséum dans ce domaine, et proposant des interviews vidéo des scientifiques.

Garrya elliptica, trop beau !

Le spectacle qu’offre un grand sujet de Garrya elliptica couverts de chatons est un de ces petits plaisirs uniques que l’hiver nous réserve dans les jardins pourtant endormis et souvent enlaidis par le froid. Pas de couleur éclatante, mais des grappes de chatons démesurément longs, teintés de vert amande et d’argent, d’une grande élégance. Beau, tout simplement…

Arbuste à feuillage persistant et floraison hivernale

Garrya elliptica couvert de chatons en hiver, parc de Passy, Paris 16e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

Ce sujet aperçu dans le parc de Passy est particulièrement bien proportionné et offre une floraison que l’on voit trop rarement.

Arbuste à feuillage persistant et floraison hivernale

Garrya elliptica couvert de chatons en hiver, parc de Passy, Paris 16e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

Arbuste à feuillage persistant et floraison hivernale

Garrya elliptica couvert de chatons en hiver, parc de Passy, Paris 16e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

Les chatons sont très allongés et pointus. Ils ont presque un petit côté animal…

Arbuste à feuillage persistant et floraison hivernale

Garrya elliptica couvert de chatons en hiver, parc de Passy, Paris 16e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

Le feuillage satiné au revers et brillant sur le dessus est aussi attrayant. Un bel ensemble.

Arbuste à feuillage persistant et floraison hivernale

Garrya elliptica couvert de chatons en hiver, parc de Passy, Paris 16e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

D’origine américaine, le garrya est un arbuste dioïque. L’espèce présente des individus mâles et d’autres femelles.
Ce sont les fleurs mâles qui apparaissent sous la forme de longs chatons gris vert. Ces derniers peuvent atteindre jusqu’à 20 cm de longueur. Ce qui explique la nette préférence pour les sujets mâles dans les jardins. Les chatons femelles, plus discrets, donnent des petits fruits noirs.

Double luck bamboo

Luck bamboo, lucky bamboo ou cannes chinoises… Les appellations changent pour ces rameaux de dracaena porte-bonheur très à la mode et plus que jamais d’actualité en cette période de nouvel an chinois. Suite à ma visite chez Tang Frères dans le 13e arrondissement de Paris le week-end dernier, je suis revenu avec deux présentations de cette curieuse plante d’intérieur.

Lucky bamboo, Dracaena sanderiana

Double luck bamboo en forme de coeur, janvier 2011, photo Alain Delavie

Deux rameaux de Dracaena sanderiana (le véritable nom latin du lucky bamboo, qui n’est pas un bambou en fait), torsadés et réunis pour former un petit coeur.

Lucky bamboo, Dracaena sanderiana

Double luck bamboo en forme de coeur, janvier 2011, photo Alain Delavie

C’est demain le nouvel an chinois, mais nous ne sommes plus très loin de la Saint-Valentin !
Je suis curieux de voir l’aspect de la chose quand les jeunes pousses vont sortir au niveau des noeuds des tiges…

Lucky bamboo, Dracaena sanderiana

Double luck bamboo en forme de pyramide, janvier 2011, photo Alain Delavie

Et une présentation plus traditionnelle en forme de petite pyramide à deux rangées de cannes chinoises. Le tout dans une céramique chinoise à la couleur flashy. J’ai pris celle en orange. Rien d’étonnant, n’est-ce pas ?

Des achats qui ne m’ont pas ruiné :
– 3,50 euros le double luck bamboo en coeur,
– 6,50 euros pour la forme en pyramide dans une céramique.
Des petites idées de cadeaux pas chers et amusants.

Pour garder longtemps votre lucky bamboo, les soins sont très simples :
– placer la plante à la lumière, sans soleil direct,
– maintenir la base de la canne dans de l’eau (quelques centimètres suffisent), changée une fois par semaine,
– une température supérieure à 15 °C est recommandée.

Tous mes voeux de bonheur et de chance !