Archive journalières: 1 février 2011

La tonnelle aux jasmins d’hiver du parc de Passy (Paris 16e)

Je connaissais mal le 16e arrondissement de Paris où je n’allais pratiquement jamais. Mais depuis que je participe à l’émission Week-end à Paris chaque dimanche matin sur France Bleu 107.1, je découvre petit à petit des coins de cette partie de la capitale. Au hasard d’une promenade, je me suis retrouvé dans le parc de Passy, installé à flanc de la rive de la Seine, pas très loin du Trocadéro. Un grand parc tranquille d’allure contemporaine qui offre quelques floraisons en hiver, notamment sur la tonnelle centrale.

Plantes grimpantes sur tonnelle : lierre et jasmin d'hiver

La tonnelle du parc de Passy, Paris 16e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

Une grande tonnelle située dans la perspective de l’avenue du parc de Passy et de la rue Lyautey.

Le parc de Passy a été inauguré en 2004. Descendant la colline de Passy pour arriver près de la Seine, il occupe une superficie de 1,3 hectares. Il est dominé par une allée d’arches fleuries. Une grande pelouse centrale accueille le public. Le jardin des haies et le jardin des fougères agrémentent l’ensemble. Une aire de 200 m2 regroupe sur un sol souple des jeux pour les enfants.

Trop craquants, les minis phalaenopsis

Le phalaenopsis est l’orchidée préférée des Français. À juste titre, car elle est non seulement belle, très florifère mais aussi relativement facile à cultiver dans un intérieur. Plus délicate, sa version miniaturisée n’en est pas moins une tentation à laquelle il est difficile de résister…

Orchidées miniatures : minis phalaenopsis

Potées fleuries de minis phalaenopsis, janvier 2011, photo Alain Delavie

Même dans un petit studio, ce modèle réduit d’orchidée trouve sa place. Donc l’excuse du manque de place n’est pas valable pour refuser cette mini plante qui offre toutes les qualités esthétiques des plus grandes. Et au fil des semaines et des mois, les horticulteurs nous offrent davantage de coloris, donc davantage de tentations…

Il lui faut de la lumière, beaucoup de lumière sans soleil direct. Mais sa petite taille permet de l’installer sous une lampe horticole, bien en vue. Imaginez un petit aquarium (Nano cube 10 litres par exemple) avec quelques unes de ces petites potées qui trouveraient dans cet espace clos et éclairé des conditions de culture assez favorables, sous réserve de ne pas trop les arroser.

Le prix peut toutefois faire tiquer. Presque dix euros pour une aussi petite plante fleurie que l’on est pas vraiment sûr de pouvoir garder et faire refleurir, ça en arrête plus d’un… Mais en allant dans le quartier chinois et plus précisément dans l’immense supermarché des Frères Tang, avenue d’Ivry (Paris 13e), j’en ai trouvé des superbes à 5,90 euros pièce.

Et voilà, deux phalaenopsis en plus. Le premier acheté en décembre dernier est maintenant défleuri, mais il se porte bien. J’essaie de l’arroser dès qu’il en a besoin. En fait c’est plus facile et moins pénible que je ne le pensais. On remplit le cache-pot avec de l’eau douce tempérée. On attend qu’il n’y ait plus de bulles qui s’échappent et on vide toute l’eau en laissant le petit pot bien s’égoutter avant de le replacer dans son mini cache-pot.

Les fleurs de mon premier mini phalaenopsis étaient beaucoup plus grosses que celles des deux plantes que je viens d’acheter. Resteront-ils tous des miniatures… À suivre !