Participer à des vendanges parisiennes

Vigne, raisins, photo Fotolia / milamonO
Du 15 au 18 septembre 2015, les Parisiens sont invités à une activité originale et conviviale : vendanger, aux côtés de professionnels, deux des vignobles entretenus par la Ville de Paris. L’occasion d’un prélude à la première édition de la fête des vendanges de Paris qui se tiendra le 4 octobre.

La Ville de Paris entretient plusieurs vignobles sur son territoire. Cinq d’entre eux sont vendangés chaque année et produisent du vin. Un œnologue est mandaté pour conseillers les agents municipaux dans la culture de ces vignes et suit attentivement toutes les étapes menant à la vinification.

Ces espaces originaux de nature en ville ont un rôle patrimonial et une vertu pédagogique. Dans cet esprit, la Ville de Paris organise mercredi et samedi deux vendanges participatives, ouvertes à tous :

Pour s’inscrire, adresser un courriel à l’adresse suivante : fetedesvendangesparis@gmail.com

Les vendanges des vignes du  Parc de Bercy ont eu lieu aujourd’hui mardi. Le 4 octobre, de nombreuses autres animations autour des vignes seront organisées dans les arrondissements à l’occasion de la fêtes des vendanges de Paris : au parc de Bercy (12e), au parc Georges Brassens (15e), aux vignes de Montmartre (18e), au jardin Chaufournier (19e) et au parc de Belleville (20e). Au programme : conseils viticoles de plantation, culture et entretien ; quiz autour de la vigne ; visites guidées des vignobles, randonnées et dégustations.

Commentaires (2)

  1. jpp

    Je voulais écrire : « pratiquement aucun traitement phytosanitaire » !

  2. jpp

    Si le ban des vendanges parisiennes est ouvert, je vais vendanger celle de Saint-Serge ! Mais comme la cueillette se fait traditionnellement pour la Saint-Serge (c’est à dire vers le 10 Octobre), on voit l’avance qu’ont pris les raisins cette année.
    Graine de jardins consacre une de ses mini conférence (le 8 octobre) à la vigne. j’essaierai de glisser quelques mots sur la vigne de St-Serge, de cépage Verdelet.Sa particularité est d’être un « hybride producteur direct » , voie alternative à la greffe, réponse la plus courante à la maladie du phylloxéra. Les hybrides producteurs directs (comme le noah) ont été interdit après 1930 , officiellement à cause de leur trop fort taux d’éthanol . On peut penser qu’il s’agissait plutôt de concurrence entre grands et petits vignerons. Le verdelet se consomme comme raisin de table, il peu aussi donner du vin. Très robuste et vigoureux , il ne nécessite pratiquement autrement traitement phytosanitaire. Ce qui fait que la recherche se tourne aujourd’hui vers ce type de cépage …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *