Archive journalières: 30 septembre 2015

« Jardin d’automne, jardin divers » les 3 et 4 octobre 2015 au Domaine de Villarceaux

Le Domaine de Villarceaux en automne
Fort de son site patrimonial et de ses jardins remarquables, le Domaine de Villarceaux, que l’on surnomme « la perle du Vexin », invite dans son cadre enchanteur, à moins d’une heure de la capitale, curieux et amateurs d’histoire et de nature à s’évader le temps d’un week-end.

Samedi 3 et dimanche 4 octobre 2015, pour la seconde année consécutive, il donne tout particulièrement rendez-vous aux amateurs de végétaux et de botanique pour participer à un événement qui leur est dédié : la fête des plantes, qui met à l’honneur pépiniéristes, horticulteurs et arboriculteurs… Des passionnés qui ne demandent qu’à partager leur enthousiasme et leur énergie.

Grâce à l’investissement des Amis du domaine – l’association qui aide régulièrement l’équipe de Villarceaux pour l’organisation des grands rendez-vous culturels -, le Domaine de Villarceaux propose pour la deuxième année consécutive à ses visiteurs de rencontrer des artisans passionnés qui aiguiseront leur curiosité en leur délivrant des tonnes d’information sur les espèces et la vie des plantes. Un large choix sera présenté et proposé à la vente aux amateurs, qui ira des plantes annuelles ou vivaces, aux simples bulbes, arbres, rosiers, … jusqu’aux plantes rustiques ou plantes rares. Quels que soient leur âge et leurs goûts, néophytes et initiés pourront trouver un vaste éventail de plantations et d’objets décoratifs pour leur jardin, terrasse, balcon, ou simplement déambuler au cœur de cet événement convivial.

Pour le visiteur ce sera l’occasion de découvrir ou redécouvrir le Domaine de Villarceaux sous un autre jour et de profiter des couleurs automnales de son parc et de ses jardins.Et pour se plonger dans l’histoire du domaine, il lui sera possible de découvrir les cabinets peints du manoir de Ninon de Lenclos – célèbre résidente du Domaine – et les salons du château XVIIIe siècle, qui présente depuis peu un fameux clavecin Kroll. Pour clôturer cette journée champêtre, les plus gourmands pourront même repartir avec des pots de miel récoltés à Villarceaux : un délice rendu possible grâce à la gestion 100% écologique du domaine !

Nouveau site internet dédié au jardin de la Fondation Cartier

Capture d'écran du site Internet du jardin de la Fondation Cartier, Paris 14e (75)
Le jardin de la Fondation Cartier pour l’art contemporain est une œuvre commandée à l’artiste Lothar Baumgartner. Loin du parc à l’anglaise ou du jardin à la française, son Theatrum Botanicum crée un genre nouveau qui échappe à toute nomenclature. Visible depuis le boulevard Raspail, ce jardin, sauvage en apparence, entoure le bâtiment de Jean Nouvel, semblant même y pénétrer. Le jardin abrite aujourd’hui la sculpture de Giuseppe Penone, « Biforcazione » (1987-1992), l’œuvre de Ian Hamilton « Finlay, L’ordre présent est le désordre du futur (Saint-Just) » (1987), ainsi que le Mur végétal commandé à Patrick Blanc à l’occasion de l’exposition « Étre nature » en 1998.

Le bilan écologique
Un bilan écologique, dressé en août 2012 par le Muséum national d’Histoire naturelle est à l’origine d’une réflexion plus large sur le jardin de la Fondation Cartier. Lieu privilégié pour la conservation de la nature, le jardin accueille un nombre important d’espèces animales et végétales dont les populations sont en régression au niveau régional et national. On trouve dans le jardin plus de 200 espèces végétales, de nombreuses espèces de papillons, abeilles ou bourdons, ainsi que certaines espèces d’oiseaux ordinairement sensibles à l’urbanisation. Une forte activité de chauve-souris a également été observée, allant jusqu’à 1000 passages par nuit, lorsque le nombre de passages enregistrés dans la capitale se situe plutôt autour de la centaine. Au cours d’une enquête menée entre juillet et septembre 2012 pour étudier la réaction du public face au <ahref= »http://jardin.fondationcartier.com/fr/ » target= »_blank »>jardin de la Fondation Cartier, l’adjectif le plus récurrent proposé par les visiteurs pour décrire le jardin est le mot « sauvage ». En dépit de son apparence de prairie sauvage, le jardin de Lothar Baumgarten est un jardin cultivé, vivant, en construction.

Jardin.fondationcartier.com
Aujourd’hui, un site Internet entièrement dédié au jardin permet au public d’accéder à la richesse des contenus documentaires et scientifiques, photographiques et audiovisuels produits depuis plus de trois ans. Le visiteur pourra y découvrir la faune et la flore du jardin de la Fondation Cartier, exemple atypique et captivant de biodiversité urbaine. Ce site sera également le relais des préoccupations environnementales de l’institution, à travers la rediffusion des Nuits de l’Incertitude(Bat Night, Nuit du Miel, …) et la (re)découverte des expositions qui explorent des thèmes voisins.