Archive journalières: 10 septembre 2015

Nouvelles fleurs pour mon gardénia ‘Perfumed Petticoats’

Fleur du Gardenia jasminoïdes 'Perfumed Petticoats' sur mon balcon en fin d'été, Paris 19e (75)
À peine installée sur mon balcon parisien, ma potée de Gardenia jasminoides ‘Perfumed Petticoats’ me gratifie de deux nouvelles fleurs au parfum incomparable.

Gardenia jasminoïdes 'Perfumed Petticoats' sur mon balcon parisien en été, Paris 19e (75)
Avec toujours cet aspect cireux des pétales, d’une blancheur parfaite tant que la fleur ne se fane pas.
Pour le moment, j’ai laissé mon gardénia tel quel dans son pot d’origine. Mais plus je réfléchis, plus j’ai envie d’installer ce bel arbuste à feuillage persistant dans un pot design plus haut que large pour l’avoir plus près du regard… et du nez !

3ème été de floraison pour mon Bidens ‘Pirate’s Pearl’

Bidens ferulifolia 'Pirate's Pearl' en fleur sur mon balcon en fin d'été, Paris 19e (75)
Mon pied de Bidens ferulifolia ‘Pirate’s Pearl’ passe sa troisième belle saison sur mon balcon parisien et se montre toujours aussi vigoureux et florifère. 3 étés et 2 hivers toujours dehors, l’air parisien lui réussit plutôt bien.

Cette plante proposée plutôt comme fleur annuelle pour la décoration estivale des balcons, des terrasses et des jardins est suffisamment robuste et rustique pour passer l’hiver dehors dans Paris intramuros avec un voile d’hivernage quand le temps devient plus froid. Et dès le retour du printemps, elle redémarre vite et pousse beaucoup. À installer dans un gros pot ou dans une grande jardinière pour s’éviter des arrosages et des apports d’engrais trop fréquents.

Dans mon top 10 des meilleures fleurs pour balcon pour ce XXIème siècle !

Inauguration d’un toit potager dans la rue d’Aboukir (Paris 2e)

Pénélope Komitès, adjointe à la Maire de Paris, inaugure aujourd’hui, jeudi 10 septembre, 220m² de cultures sur le toit d’un site ERDF, en présence de Jacques Boutault, Maire du 2e arrondissement, de Christian Vivès, Directeur d’ERDF à Paris, et de Nadine Lahoud, Fondatrice de Veni Verdi.

Logo Mairie de Paris
Ce projet d’agriculture urbaine, à l’initiative d’ERDF à Paris, entreprise de service public, gestionnaire du réseau de distribution d’électricité, a été conçu en étroite collaboration avec la Ville de Paris et en partenariat avec l’association Veni Verdi. Il représente une surface cultivable de 220 m², qui a déjà permis la production de 110 kg de légumes variés en trois mois.

Cette initiative participe à la création d’un nouveau modèle d’agriculture sur les toits de Paris. L’association gestionnaire, Veni Verdi, développe avec ce toit potager un véritable projet économique, participant à la création d’emplois et favorisant l’insertion de personnes en situation de précarité et renforçant les circuits courts. « Il est important que nous offrions plus d’espace pour les agriculteurs urbains au cœur de nos villes, afin de contribuer à développer une filière productive innovante et créatrice d’emplois. Ces projets contribuent au développement économique sociale et écologique de notre Capitale. » rappelle Pénélope Komitès.

Deuxième édition du meet-up « Végétalisons Paris »

Pénélope Komitès, adjointe à la Maire, organise aujourd’hui jeudi 10 septembre la deuxième édition du meet-up « Végétalisons Paris« . Cette rencontre permettra de poursuivre la réflexion collective sur le développement de nouveaux espaces de nature en ville.

Logo de la Mairie de Paris
Anne Hidalgo a fait du développement de la nature à Paris une priorité. Elle place au cœur de son ambition un nouveau modèle urbain, où la nature n’est plus uniquement dans les parcs et jardins, mais aussi au pied des immeubles, sur les trottoirs, les toits, les façades et les murs. D’ici 2020, Paris devrait compter 100 hectares de toitures et façades végétalisées, dont un tiers spécialement consacré à la production de fruits et de légumes.

Exploitation maraîchère sur les toits des Galeries Lafayette, Paris 9e (75) (suite…)

La forêt linéaire de Paris va s’agrandir et franchir le périphérique

La forêt linéaire est un projet novateur pour la Métropole parisienne, qui participe directement au développement de la biodiversité et de la nature en ville. Située le long du périphérique, elle compte aujourd’hui près de 3000 arbres et offre, sur 300 mètres de long, un espace public d’observation de la nature.

Logo Mairie de Paris
Dans le cadre du Grand Projet de Renouvellement Urbain du Nord-Est de Paris, la ville de Paris a créé une forêt urbaine, pour les habitants du nouvel écoquartier Claude-Bernard en bordure du périphérique. Cette démarche novatrice pour la Métropole participe au développement de la biodiversité et de la nature en ville.

Cette forêt linéaire relie actuellement le canal Saint-Denis aux espaces verts de la Porte d’Aubervilliers, formant ainsi une continuité écologique au nord de Paris. Plantée en pleine terre, elle abrite des milieux riches et variés : une prairie arborée, une forêt et un taillis dense. Ces espaces, d’une superficie de 11520m², comportent 12800 plantes vivaces, 2840 arbres de différentes tailles, 720 plantes grimpantes et 2.000 arbustes. Sur 300 mètres de long, les Parisiens et les visiteurs peuvent aussi profiter d’un espace public d’observation de la nature.

« Fin septembre, je proposerai au Conseil de Paris de poursuivre cet aménagement », annonce Pénélope Komitès, adjointe à la Maire de Paris en charge des espaces verts, de la nature et de la biodiversité. Cette extension, qui contribue  aux objectifs de mandature de créer 30 hectares d’espaces verts et de planter 20.000 nouveaux arbres à Paris. »

La Ville de Paris investira 5 millions d’euros pour la réalisation d’une seconde forêt linéaire le long du boulevard périphérique côté Nord; et d’une réserve écologique, ayant pour vocation d’accueillir la flore et la faune. « Cet aménagement paysager viendra renforcer notre action en faveur du développement de la biodiversité et de la nature en ville. C’est aussi un moyen concret de lutter contre le dérèglement climatique et la pollution, ainsi que de contribuer au rafraichissement des espaces publics », se réjouit l’adjointe à la Maire.