Cinéraire des fleuristes (Pericallis hybrida), la fleur des Râmeaux

Ces grandes marguerites aux teintes les plus inouïes forment d’énormes potées, vendues traditionnellement au début du printemps, au moment de la fête des Râmeaux.

Potée de cinéraire des fleuristes

Cinéraire des fleuristes (Pericallis hybrida), photo Alain Delavie

Cette plante fleurie est cultivée le plus souvent en pot, comme une annuelle, alors qu’il s’agit d’une plante vivace, mais non rustique. Originaire des Îles Canaries, cette espèce travaillée par les horticulteurs ne résiste pas aux températures négatives, mais elle ne supporte pas davantage les températures trop élevées de nos intérieurs. Dans une pièce, la température ne devrait pas monter au-dessus de 16° C.
Tant qu’il fait doux dehors, il est préférable de l’installer dehors, à mi-ombre, plutôt que de la garder dans la maison, souvent pas assez ensoleillée. Il est bien sûr possible de la cultiver en bordure ou dans un massif, mais il faut juste aimer les ambiances hautes en couleurs…

Potées de cinéraires des fleuristes

Cinéraires des fleuristes (Pericallis hybrida), photo Alain Delavie

Car la gamme des coloris offre des teintes plutôt vives, pas faciles à associer avec d’autres plantes hormis des végétaux verts. Les couleurs sont tellement intenses que les fleurs semblent factices ou teintées. Mais il n’en est rien, elles sont tout à fait naturelles (sic) !

Potée de cinéraire des fleuristes

Cinéraire des fleuristes (Pericallis hybrida), photo Alain Delavie

Le plus souvent, les grosses potées couvertes d’un bouquet de fleurs étoilées sont plutôt destinées aux tombes des cimetières. Mais elles peuvent très bien venir fleurir un balcon en manque de couleur et de fleurs (non, pas le mien !).

Les variétés Senetti peuvent être rabattues quand les fleurs sont toutes fanées pour permettre une deuxième floraison, sous réserver de donner de l’engrais pour plantes fleuries à la potée et d’assurer des arrosages réguliers pour maintenir la motte toujours fraîche.

Commentaires (4)

  1. LAZAROWICZ Nadine

    Je viens de la planter dans une jarre sur ma terrasse, dans le jardin,

    Je suis dans le Sud (Hérault, Agde pour la ville) dans la jardinerie où elle était, elle était présente dehors, et on m’a recommandé de la mettre en plein soleil, pas de crainte pour le frais, mais par contre lorsque les températures descendent il faut la recouvrir.

    Sinon, sous nos climats ele reste vivace puisque originaire des Canaries !

    Je vais tester sa durée de vie, mais ici tout pousse donc j’ai bon espoir car c’est vraiment une très jolie fleur et qui est très parfumée !

  2. alain of paris (Auteur de l'article)

    Bonjour,
    Première étape, baigner la plante dans un seau rempli d’eau jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de bulles qui sortent de la terre. ensuite, taille de tout ce qui est mort et desséché. Coupez les fleurs qui restent ou se forment le temps que la plante reprenne un peu plus belle allure et surtout des forces. Pour la prochaine absence, prévoir un cache-pot avec un peu d’eau au fond, pas trop quand même. Bonne chance !

  3. alison

    Bonjour,

    Quelqu’un pourrait-il me conseiller pour sauver ma pericallis hybrida? Je suis partie 7 jours durants lesquels elle n’a pas reçu d’eau et à mon retour la pièce était étouffante, la plante toute sèche. Il semble qu’elle pleure. Cependant je crois qu’une fleur reprend de l’aile…
    J’y tiens énormément!!

  4. laurent

    On les a retiré du genre Senecio?! Ca n’enlève rien à leur beauté. J’avais ramené un petit plant sauvage des Canaries, que j’avais bien pensé à rentrer. Malheureusement, après un an, un oubli d’arrosage et il n’a pas survécu. ;-(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 Partages
Partagez14
Tweetez
+11
Enregistrer
Partagez1