Archive journalières: 16 avril 2011

En avril, le houx fleurit

Le houx retient notre attention au coeur de l’automne et de l’hiver, quand il se pare d’une multitude de petites baies rouge vif à maturité, mais parfois jaunes, orange, noirs ou blancs. Mais avant les fruits, il faut des fleurs… Au cours d’une balade printanière dans le Jardin des Plantes (Paris 5e), j’ai découvert plusieurs pieds d’Ilex en pleine floraison.

Floraison du houx au printemps

Fleurs de houx (Ilex), Jardin des Plantes, Paris 5e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Certes, la floraison n’est pas spectaculaire. Mais elle est élégante, charmante, très séduisante et parfaitement assortie avec le feuillage persistant brillant.

Alors le houx, arbuste persistant, arbuste à fruits décoratifs, mais aussi arbuste à fleurs !

Bon à savoir :
Le conservatoire national des houx (Ilex), l’Arboretum des Près des Culand, est situé à la Nivelle, à Meung-sur-Loire (45).
Ce parc est classé Collection Nationale par le C.C.V.S. (Conservatoire des Collections Végétales Spécialisées) depuis 1991, par la Holly Society of America depuis 1999 et il est reconnu Jardin Remarquable par le Ministère de la Culture et de la Communication depuis 2004.

Arbre de Judée à floraison blanche (Cercis siliquastrum f. albida)

Moins spectaculaire que les arbres de Judée à floraison rose vif (Cercis siliquastrum), la variété à fleurs blanches (Cercis siliquastrum f. albida) n’en est pas moins très belle au printemps, les bouquets de fleurs couvrant les rameaux et le tronc. Mais elle est beaucoup moins fréquente dans les parcs et jardins.

 

Arbre à floraison printanière : Cercis siliquastrum 'Alba'

Arbre de Judée à floraison blanche (Cercis siliquastrum 'Alba'), Jardin des Plantes de Paris, Paris 5e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

Les quelques arbres aperçus dans les parcs parisiens n’étaient pas très vigoureux, ni très fleuris, beaucoup moins dans tous les cas que les autres arbres de Judée à floraison rose plus classique. Ce sont des petits arbres à feuillage caduc, de quelques mètres de hauteur, pas très fournis. L’espèce type pousse jusqu’à 4 à 6 m de hauteur, mais peut atteindre jusqu’à 15 m dans de bonnes conditions.

Arbre à floraison printanière : Cercis siliquastrum 'Alba'

Arbre de Judée à floraison blanche (Cercis siliquastrum 'Alba'), Jardin des Plantes de Paris, Paris 5e (75), avril 2011, photo Alain Delavie

La floraison apparait directement sur les branches de deux ans et plus et sur le tronc, avant la formation des feuilles vertes en forme de coeur. Les petites fleurs ont la même forme que celles des pois ou des haricots, plantes de la même famille, celle des Fabacées. Elles donnent ensuite des grandes gousses aplaties, qui tiennent très longtemps sur l’arbre comme le montre la photo ci-dessus.

À cultiver à exposition chaude et ensoleillée, dans une terre bien drainée et calcaire ou peu acide. L’espèce type résiste bien à la sécheresse et à la pollution urbaine.

Le saviez-vous ?
Cette belle variété d’arbre de Judée à fleurs blanches a été primée lors des Journées des Plantes de Courson, au printemps 2010. Elle a reçu un Mérite dans la catégorie Arbres. Ce n’est pas une nouveauté variétale, car elle a été créée il y a maintenant fort longtemps, mais sa diffusion reste encore limitée.

Mon mini cyclamen Bellissima est toujours couvert de fleurs

Acheté quelques jours avant la Saint-Valentin (14 février pour ceux qui ont déjà oublié), ma petite potée de mini cyclamen Bellissima a continué à fleurir, sans interruption. Toujours aussi superbe et frisotté !

Potée fleurie : mini cyclamen à fleurs doubles, Bellissima

Potée de mini cyclamen Bellissima sur mon balcon, avril 2011, photo Alain Delavie

Avec le temps doux que nous avons eu à Paris, j’avais installé la potée dehors sur mon balcon, à l’abri du soleil direct. Avec les températures parfois plus fraîches, les fleurs blanches, très ondulées et frisottées, se sont teintées de rose.

Potée fleurie : mini cyclamen Bellissima

Potée de mini cyclamen Bellissima sur mon balcon, avril 2011, photo Alain Delavie

Les fleurs se sont renouvelées au fil des semaines, mais chaque fleur dure vraiment très longtemps. Et le feuillage est très joli aussi avec les nervures et les taches argentées. « Bellissima », mais oui, mais oui !

Semer des linaires du Maroc

Semblables à des petites gueules de loup, ces fleurs annuelles (Linaria maroccana) gagnent à être davantage connues et cultivées, dans les jardins ou bien en pots ou en jardinières.

Linaires du Maroc hybrides (Linaria maroccana)

Linaires du Maroc hybrides (Linaria maroccana), photo Alain Delavie

La ressemblance avec les mufliers est saisissante et ces deux plantes appartiennent d’ailleurs à la même famille botanique (Scrophulariacées), mais les linaires du Maroc forment des épis de fleurs plus petites que celles des mufliers. Je les trouve beaucoup plus gracieuses, avec un air de fleurettes sauvages.

Linaires du Maroc hybrides (Linaria maroccana)

Linaires du Maroc hybrides (Linaria maroccana), photo Alain Delavie

Les variétés hybrides que l’on trouve en graines dans le commerce ont des grandes fleurs éperonnées portées par de longs épis dressés. Les coloris sont doux ou éclatants, variant du jaune au violet en passant par le rouge et le rose. La floraison est abondante.

Ces petites fleurs ont une végétation rapide. Semées directement en place au printemps, elles fleurissent dès la fin du printemps et en été. Elles apprécient une exposition ensoleillée et une terre légère, profonde, enrichie de terreau. Quand elle se plait, elle se ressème facilement et repousse chaque année dans le jardin, donnant une belle palette de coloris.

Une petite fleur, peu encombrante, très florifère et facile à cultiver à mieux connaître.