Une seconde vie pour le jardin d’Orient de l’Institut du monde arabe

Exposition Jardins d'Orient, Institut du Monde Arabe, Paris (75), avril à septembre 2016
Clos depuis le 25 septembre dernier, le jardin éphémère de l’Institut du monde arabe se déploie localement à partir du samedi 8 octobre 2016. Une seconde vie permise par des partenaires et des associations d’Île-de-France à qui l’IMA confie les arbustes et autres plantes.

La Main Verte, association coordonnant l’ensemble des jardins partagés de la capitale, organise ce samedi de 10h à 16h une remise de plantes aux bénévoles d’une trentaine de jardins parisiens.

La Fondation Good Planet utilisera certaines plantes pour le réaménagement du jardin du domaine de Longchamp, lieu dédié à l’écologie (Bois de Boulogne, ouverture au printemps 2017). L’École du Jardin des Plantes, l’Université Pierre et Marie Curie UPMC voisine et les Apprentis d’Auteuil comptent également parmi les receveurs de végétaux qui ont fait la luxuriance du jardin oriental revisité. Cette remise aura lieu le lundi 10 octobre, en concomitance avec le démontage de l’impressionnante structure de l’anamorphose de François Abélanet.

L’École du Breuil qui forme des professionnels de l’horticulture et du paysage, recevra de l’IMA des plantes destinées à la création d’un jardin méditerranéen.

Enfin, les Jardins de Gally, qui a assuré l’entretien des plantes pendant toute la durée de l’exposition, s’est porté acquéreur des arbres et d’une grande partie des rosiers afin de créer, à Versailles, un jardin sur la thématique des parfums.

L’Institut du monde arabe a reçu quelques 200 000 visiteurs qui, du 19 avril au 25 septembre, ont arpenté les allées de ce jardin exceptionnel, première tentative d’interprétation contemporaine de l’art millénaire du jardin arabe-musulman.

Commentaires (4)

  1. jpp

    Merci Alain. La température dans la serre (vasistas ouvert il est vrai) est descendue à 5° la nuit dernière. Donc pas de doute : j’ai rentré les impatiens, du moins celles qui ne sont pas sacrifiées pour maintenir un peu de vie au jardin.
    Mais j’ai découvert récemment es impatiens vivaces…J’espère que c’est la solution !

  2. Alain Delavie (Auteur de l'article)

    En effet, difficile de trouver des indications de température. Ainsi les hibiscus roses de Chine ne devrait jamais avoir une température en dessous de + 12 °C. Les impatiences, remplies d’eau, devraient effectivement être rentrées sans plus attendre. D’autant plus que l’acclimatation tardive dans un univers clos et plus chaud est souvent plus difficile si on attend trop. Les nuits deviennent vraiment très fraiches, il va falloir lever le pied côté arrosage pour les bégonias tubéreux. Les dahlias supportent encore, mais il ne faudrait pas que l’on descende à 0°C…

  3. jpp

    A part ça, la sécheresse et le temps très chaud pour la saison me posent beaucoup de problèmes : par exemple, les impatiens font la gueule mais la terre est mouillée (au moins en surface ) : faut-il les rentrer ? Il y a des milliers d’ouvrages sur la jardinage mais rien de précis sur les températures de gel des végétaux (comme par ailleurs pas de tableau récapitulatif des températures et durée de germination), etc…

  4. jpp

    Une belle fin pour un jardin …qui ne cassait pas quatre pattes à un canard …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *