Quel avenir pour la Petite Ceinture ?

La Petite Ceinture de Paris en 2012La Ville de Paris et Réseau Ferré de France (RFF) ont lancé une concertation sur le devenir de la Petite Ceinture Ferroviaire parisienne avec les Parisiens, les habitants des communes limitrophes et tous les acteurs concernés (institutionnels, élus, professionnels et associatifs).

Avant l’élaboration de tout projet précis, RFF et la Ville de Paris sollicitent l’avis des habitants de Paris et de la métropole mais aussi de tous les acteurs concernés ou intéressés pour imaginer quels pourraient être les usages futurs de la Petite Ceinture et de ses emprises : maintenir la possibilité de circulation de trains au sein du réseau dont RFF est responsable, ou la faire évoluer vers des modes de déplacements plus légers comme un tram, vers des espaces verts, voire des aménagements urbains.

Un site internet participatif a été mis en ligne : http://lapetiteceinture.jenparle.net/
C’est un espace d’information sur la Petite Ceinture où vous trouvez surtout la possibilité, au travers d’une série de questions, de partager et discuter votre vision de la Petite Ceinture aujourd’hui et de ses évolutions souhaitables, de vous exprimer sur le devenir de cet espace et les fonctions et usages à y privilégier.

Ce site participatif fait partie d’une consultation citoyenne plus large.
Des réunions – ateliers dans les arrondissements, des visites, un colloque permettront d’échanger sur le devenir de la petite ceinture. Tous ces débats trouveront leur point d’orgue le 14 février 2013 à l’occasion d’une réunion de synthèse publique. Dans les mois qui suivront, avec les contributions des Parisiens, il sera temps de concrétiser la mutation de la Petite Ceinture et de faire émerger des projets plus précis. Parmi les idées qui fusent déjà, les rails pourraient disparaître sur le tronçon sud qui accueillerait des jardins; à l’est, les rails permettraient la circulation d’un nouveau tramway qui pourrait s’arrêter à la future gare de RER Rosa Parks dans le XIXe arrondissement de Paris. À suivre !

Carte de la vocation fonctionnelle des secteurs de la Petite Ceinture de Paris – proposition de l’Apur

Commentaires (5)

  1. rm

    Je suis riveraine de la rue Belliard et je pense que cette décharge à ciel ouvert mérite bien mieux.
    Ne pourrait-on pas envisager une sorte d’estacade surplombant le talus appuyée sur le mur du bas du talus qui permettrait d’élargir le passage piéton longeant la petite ceinture et en faire un agréable passagepour les riverains ou sportifs.

  2. nicole

    la première phrase de jpp résume toute la « philosophie » des concertations communales ……..

  3. jpp

    Si la municipalité lance une consultation…c’est qu’elle a déjà un projet bien précis dans ses cartons.
    Le principal inconvénient , pour l’instant, de la petite ceinture est la dose de pesticides déversée par Réseau ferré de France (mais il semblerait qu’il existe au moins des tronçons gérés correctement par des associations de réinsertion).
    Pour le reste, je la trouve pas si mal que ça en l’état: espace de rêveries, d’explorations botaniques, d’expérimentations telle que celle qui a eu lieu sous le Pont de la rue Manin (projet pC 19), campement de SDF, promenade pour chiens…Bref tout le charme d’une friche.

  4. nicole

    ah voilà quelque chose d’intéressant !!! il y a là une importante superficie , déjà partiellement occupée par des riverains ayant organisé des jardins à vocation éphémère, puisque l’avenir de cette emprise est incertain ; pourvu que cette respiration demeure disponible, que ce soit en reprenant du service dans les transports ou en étant mise à disposition des riverains, en tous cas pas figée par les institutions !

  5. Jean

    Cette « concertation » bien ficelée par la candidate Hidalgo, consiste à faire de la Petite Ceinture un marchepied pour son accession prochaine au trône Parisien. Ne cherchez pas trop de consultation démocratique dans cette démarche médiatique.
    L’APUR, une agence aux ordres de la Mairie, lui a pondu un argumentaire sur mesure qui évacue proprement le potentiel de transport en commun de cette ligne, au mépris des exemples qui nous sont donnés par d’autres grandes villes à l’étranger, qui disposent d’une infrastructure similaire et qui soit l’utilisent, soit la remettent en service.
    Des associations ont bien noté le caractère particulier de ce site, et promeuvent la valorisation des talus et des surlargeurs au profit de jardins partagés, sans pour autant se priver de ce sillon de transport potentiellement utilisable par les Franciliens : le développement de l’offre de transports écologiques est une nécessité pour l’avenir autrement plus grande qu’un engazonnement très partiel au profit des ambitions d’une candidate…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez