Les iris nains, terriblement charmants et séduisants !

Depuis quelques semaines déjà, les étals des fleuristes et des jardineries se chargent de potées et de compositions de bulbes à fleurs forcés, évocateurs d’un printemps encore lointain. Jacinthes, crocus, tulipes et narcisses composent l’essentiel de la gamme. Si le parfum des jacinthes me fait souvent craquer, je résiste encore moins au charme incomparable des petits iris nains.

Bulbes à fleurs forcés : iris nains (Iris reticulata)

Potée d'iris nains forcés (Iris reticulata), février 2011, photo Alain Delavie

Ces petits iris bulbeux sont habituellement cultivés dans le jardin, car ils sont parfaitement rustiques. Mais leur floraison est un peu plus tardive, d’autant plus que l’hiver est rigoureux. Les potées de bulbes forcés permettent d’avancer la floraison au coeur de l’hiver, quand les jardins sont en léthargie et peu ou pas fleuris.

Bulbes à fleurs forcés : iris nains (Iris reticulata)

Potée d'iris nains forcés (Iris reticulata), février 2011, photo Alain Delavie

Si vous avez un rebord de fenêtre, un balcon, une terrasse ou une cour, il est préférable de laisser le plus possible votre potée d’iris nains à l’extérieur, tant qu’il ne gèle pas. À situation ensoleillée.
Ces petites plantes vivaces ne résistent guère à l’ambiance bien trop chauffée de nos intérieurs. Avec une température de 18 °C et plus, la floraison ne dure que quelques jours à peine. Tant de beauté si vite disparue, avouez que c’est dommage…

Le mieux c’est d’installer dehors votre petite potée, quitte à la rentrer quand vous revenez à la maison. Mais pour la nuit, s’il ne gèle pas, c’est retour dehors. Après la floraison, il faudra rempoter la potée sans casser la motte ni enterrer davantage les bulbes. Le substrat doit être léger, bien drainant. Le feuillage va continuer à se développer au printemps, puis finir par se dessécher en été. La plante rentre alors en repos, jusqu’à la fin de l’hiver suivant. Il faut alors veiller à laisser les bulbes complètement au sec.

Bulbes à fleurs forcés : iris nain (Iris reticulata)

Potée d'iris nains forcés (Iris reticulata), février 2011, photo Alain Delavie

Une petite potée d’iris nains forcés vous coûtera moins de 10 euros. Un petit prix pour un super cadeau de Saint-Valentin. Ces iris sont très chics, raffinés, délicats, superbes tout simplement !

Le saviez-vous ?
Iris reticulata est originaire de Turquie, d’Iran, d’Iraq, de l’ancienne URSS et du Caucase. La plante atteint une hauteur de 7 à 14 cm. Les feuilles sont linéaires et très fines. Les pétales des fleurs ont une marque jaune d’or. La plupart des plantes proposées dans le commerce horticole sont des hybrides.

Commentaires (4)

  1. alain of paris (Auteur de l'article)

    Je n’ai rien senti et déjà les fleurs se fanent…

  2. alain of paris (Auteur de l'article)

    Iris reticulata fleurit très tôt, bien avant la fin de l’hiver en effet. Les bulbes forcés avancent un peu la floraison seulement et permettent de l’avoir quand l’horticulteur le souhaite, quelle que soit la météo. Dans les jardins, ils fleurissent parfois dès janvier.

  3. jpp

    L’iris fleuri à ST-S en Janvier devait donc être un de ces iris nains donné par un visiteur et naturalisé au pied d’un arbre. Est–ce que cet iris serait non pas forcé mais sélectionné pour sa floraison précoce ?
    http://potonet.perso.sfr.fr/Stockage/iris.htm

  4. Plantine

    La couleur de ces petits Iris est tout simplement magnifique.
    Ont-ils l’odeur extraordinaire des Iris ‘normaux’ ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez