Begonia grandis ssp. evansiana

La fin de l’été réussit bien au Begonia grandis ssp. evansiana. Son feuillage est maintenant opulent et la floraison se décide enfin à se dresser au-dessus des feuilles. Un rendez-vous attendu, qui se renouvelle chaque année.

Quand on voit la potée en fin d’été, on a du mal à imaginer que tout disparaît en hiver et que des petits bulbes dans le sol et des bulbilles tombés à terre, de nouvelles pousses vont sortir vigoureusement. Mon pied a le feuillage pourpre foncé au revers, ainsi que les noeuds des tiges et les pétioles des feuilles. Ce qui donne un dessus des feuilles beaucoup plus vert foncé que les B. grandis spp. evansiana classiques. Dont voici une photo prise avant hier dans les jardins de Claude Monet, à Giverny (27).J’ai d’ailleurs été surpris d’apprendre que le peintre célèbre connaissait déjà et cultivait cette espèce encore si peu diffusée de nos jours. Et pourtant, pour les jardins et balcons ombragés, c’est une plante plus qu’intéressante !

Les fleurs roses de mon bégonia sont assez grandes aussi. Une belle variété, robuste et prolifique, qui devient presque iridescente quand la lumière est plus faible.

J’ai aussi la variété à fleurs blanches, mais elle est submergée par les sceaux de Salomon et son développement reste toujours assez confidentiel. Pas de floraison cette année d’ailleurs !

La floraison tardive de cette espèce de bégonia parfaitement rustique fait qu’on la trouve plutôt à l’automne dans les fêtes des plantes. À surveiller en ce moment !

Commentaire (1)

  1. papymimi

    je me suis précipitée voir si mon pieds de bégonia grandis etc, qui languissait sous le cerisier avait des fleurs.Oui, oui, oui, mais des bulbilles, que nenni.
    cémoa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez