Pavot d’Islande blanc, comme un gros coquelicot immaculé

J’aime les pavots d’Islande (Papaver nudicaule), que ce soient l’espèce aux petites fleurs délicates ou les hybrides aux énormes fleurs presque factices, parés des couleurs les plus extravagantes. Mais pour mon balcon, j’ai choisi un pied d’une variété aux fleurs blanc pur.

Pavot d'Islande blanc

Pavot d'Islande (Papaver nudicaule) à grandes fleurs blanches sur mon balcon, avril 2011, photo Alain Delavie

Pour en avoir aperçu quelques uns en Islande il y a quelques années, j’avais le souvenir d’un pavot minuscule, caché dans les anfractuosités du sol rocheux, en plein soleil. Avec des petites fleurs jaunes adorables. Les hybrides proposés en jeunes plants au printemps ont des proportions démesurées, avec d’immenses fleurs dressées très haut au-dessus de la rosette de feuilles. L’effet de la vigueur hybride, des sélections horticoles et d’un forçage à l’engrais. Maousse costo les pavots !

Pavot d'Islande blanc

Pavot d'Islande (Papaver nudicaule) à grandes fleurs blanches sur mon balcon, avril 2011, photo Alain Delavie

Pavot d'Islande blanc

Pavot d'Islande (Papaver nudicaule) à grandes fleurs blanches sur mon balcon, avril 2011, photo Alain Delavie

Les grandes fleurs se renouvellent sans cesse et tiennent assez longtemps, malgré la chaleur printanière.

Pavot d'Islande blanc

Pavot d'Islande (Papaver nudicaule) à grandes fleurs blanches sur mon balcon, avril 2011, photo Alain Delavie

Les nouvelles fleurs sont un peu plus petites que celles que portait le plant quand je l’ai acheté. Mais elles restent quand même très grandes. Elles se repèrent de loin sur le balcon.

Pavot d'Islande blanc

Pavot d'Islande (Papaver nudicaule) à grandes fleurs blanches sur mon balcon, avril 2011, photo Alain Delavie

Je supprime les tiges florales dès que les fleurs fanent et perdent leurs pétales. Pas de formation de graines, le but est d’avoir des fleurs, pas des bébés pavots partout sur le balcon.

Mon pied se comportera-t-il comme une vivace, une fleur bisannuelle ou une annuelle ? Surprise, à suivre…

By |2011-04-25T20:23:34+00:00avril 26th, 2011|balcon et terrasse, fleur, plante vivace|3 Comments

About the Author:

Agronome de formation et jardinier passionné depuis sa plus tendre enfance, collectionneur de plantes, Alain Delavie a exercé différents métiers toujours en étroite relation avec le monde végétal et le jardin, en commençant par celui de pépiniériste collectionneur avant de devenir journaliste, spécialisé dans le jardinage et la météorologie. Il est aujourd'hui rédacteur en chef du magazine Rustica Hebdo et conseiller éditorial du site www.rustica.fr

3 Comments

  1. […] nombre des pétales de la fleur s’est multiplié, alors que les premières fleurs étaient vraiment simples, avec une seule corolle de pétales en avril dernier. La différence est flagrante quand on compare […]

  2. alain of paris 27 avril 2011 at 11 h 04 min

    Vivace à vie courte, présenté comme bisannuelle le plus souvent, surtout si on laisse les graines se former. Les nouveaux cultivars fleurissent désormais dès l’année du semis, en faisant un semis très précoce. Je vais essayer de le garder le plus longtemps, en coupant les fruits, inutiles dans mon jardinet urbain.

  3. Plantine 26 avril 2011 at 11 h 25 min

    Il est splendide avec son blanc immaculé !
    N’est-ce pas une vivace normalement ?

    Il me rappelle un certain Romneya coulteri (pavot en arbre), que j’ai eu sur la plate-bande caillouteuse entre le mur de la maison et la terrasse plein sud.
    Très rapidement, lui qui était réputé pour être très difficile à s’installer, s’y est plu tout de suite.
    Il était magnifique, mais, devenu tellement énorme et drageonnait tant, que j’ai dû l’arracher pour le transplanter ailleurs … où il n’a jamais voulu reprendre ! 🙁

    C’était bien ces vacances ? Bonne semaine Alain.

Leave A Comment


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies et des services tiers. Ok