La morelle rouge porte bien son nom !

Aussi dénommée douce-amère, morelle grimpante ou herbe à la fièvre, la morelle rouge (Solanum dulcamara) fait partie de ces mauvaises herbes attrayantes qui pourraient très bien être cultivées tant elles sont décoratives. Après les grappes de petites fleurs violettes, voici venu le temps des baies rutilantes qui se repèrent de loin.

Mauvaise herbe à fruits décoratifs

Fruits de la morelle rouge ou morelle douce-amère (Solanum dulcamara), square Colbert, Paris 11e, septembre 2010, photo Alain Delavie

On ne peut guère plus rouge !

Cette plante sauvage est vivace et se comporte comme une liane ou un arbuste sarmenteux, qui s’agrippe au moindre support à sa portée. Elle a de grosses racines charnues. Les tiges volubiles et assez fines sont velues et portent des feuilles ovales dans le bas, trilobées vers l’extrémité. Le feuillage est aussi duveteux et caduc.
Cette morelle pousse vite comme toute mauvaise herbe digne de ce nom et peut atteindre jusqu’à 4 m de hauteur. Quand les baies sont rouge vif, elles sont arrivées à maturité. Elles peuvent être cueillies pour récupérer les graines qu’elles contiennent. Attention toutefois à ne pas vous faire envahir…

Toutes les parties de la plante sont toxiques pour les êtres humains et les animaux familiers. Prudence donc avec les fruits, encore plus lorsqu’ils sont verts.

Commentaire (1)

  1. Sylvaine

    Je pensais qu’elle étais annuelle car elle se sème dans mon jardin les printemps humides.
    Cette année, un beau pied s’est installé sur le tas de bois mort et trace!
    En ce moment, elle est couverte de belles baies bien rouges qui n’ont aucun succès auprès les oiseaux lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Partages
Partagez1
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez