Archives de mots clés: adventice

Une mauvaise herbe… sur le toit de la Philharmonie de Paris

Adventice, mauvaise herbe, plante sauvage, toit, belvédère de la Philharmonie de Paris, Paris 19e (75)
Une graine a été germer et s’enraciner sur le toit de la Philharmonie de Paris et s’est développée fièrement sans une once de terre avec pour seuls arrosages les eaux de pluies. Rien n’arrête les mauvaises herbes !

Adventice, mauvaise herbe, plante sauvage, toit, belvédère de la Philharmonie de Paris, Paris 19e (75)
Ou quand la nature reprend petit à petit un peu de ses droits… Et cette sauvageonne devrait bientôt se ressemer pour assurer sa descendance.

Rien n’arrête le liseron, surtout pas la canicule !

Tapis de liseron dans l'herbe en été, Paris 16e (75)Les herbes folles commencent à souffrir de la chaleur et de la sécheresse qui l’accompagne, mais le liseron, adventice redoutable, résiste et fleurit même de plus belle. Increvable !

Dans cette prairie urbaine photographiée non loin du parc de Bagatelle (Paris 16e), le liseron des champs ou petit liseron (Convolvulus arvensis) a étendu ses longues tiges en tous sens pour finir par former un tapis dense qui se couvre de petites fleurs en trompettes évasées sans cesse renouvelées au fil des jours. C’est plutôt joli comme ensemble je trouve. Mais cela montre la robustesse et l’incroyable vigueur de cette plante sauvage vivace, si redoutée dans les jardins…

Les pissenlits ensoleillent les parcs et les jardins

Pissenlits au printemps dans le parc François Mitterrand, Cergy (95)
Avec l’arrivée du printemps et des premiers beaux jours, les pissenlits sortent de leur discrétion et illuminent les prairies, les pelouses, les plates-bandes et tous les autres endroits où ils se sont installés, souvent sans l’accord du jardinier.

Pissenlits au printemps dans le parc François Mitterrand, Cergy (95) (suite…)

Pavés parisiens enherbés

Herbe dans les pavés du parc de Bercy en fin d'automne, Paris 12e (75)

Ces festons herbeux vert vif tout autour des pavés ne manquent pas de charme et cette allée perd de sa rigueur.

Herbe dans les pavés du parc de Bercy en fin d'automne, Paris 12e (75)Pas propre, pas nette diront certains, chassons ces mauvaises herbes que l’on ne sauraient voir… Et pourtant, avec quelques coups de cisailles pour garder l’herbe assez courte, cela permet de rétablir un équilibre entre le minéral et le végétal. En ville, je trouve cela plutôt pas mal…

Un tapis de mousse et ça pousse !

Tapis de mousse avec sedum, Cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)
La mousse s’installe la première sur une surface minérale où rien d’autre ne pousse, puis peu à peu, d’autres plantes viennent s’implanter dans cette couche végétale protectrice qui leur assure une source de nourriture et d’humidité, certes limitée, mais suffisante pour certaines espèces pionnières.

Tapis de mousse avec sedum et Geranium robertianum, Cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)Sur ce mince tapis végétal constitué par la mousse, ce sont des sedums et des géraniums herbe-à-Robert qui se sont semés et qui ont poussé. Les premiers supportent les périodes de sécheresse, les géraniums un peu moins surtout sur de longues périodes, d’où leurs dimensions modestes. Et les réserves en éléments nutritifs sont limitées, provenant de l’accumulation des poussières et de la décomposition des plus vieilles mousses. Mais cela suffit pour ce retour de la végétation sur un sol inerte et minéral. En fait l’élément limitant, c’est l’eau surtout… et l’envie de nettoyage des humains !

La jolie floraison du liseron des haies

Liseron des haies (Calystegia sepium) en été dans le parc floral, Paris 12e (75)Les grandes fleurs blanches en forme d’entonnoir du liseron des haies (Calystegia sepium) ne manquent pas de charme, surtout quand elles fleurissent ainsi regroupées.

Et bien sûr, l’attrait est plus grand quand le pied de ce liseron ô combien envahissant et difficile à éradiquer n’est pas dans son jardin…