Archive journalières: 11 octobre 2010

Volubilis et renouée du Turkestan, duo d’automne

Surprise de l’automne, au hasard d’une balade dans Paris : un doux mélange d’une fleur d’ipomée bleu ciel et d’un brouillard de fleurettes de l’opulente renouée du Turkestan. Un duo de charme !

Plante grimpantes à floraisons automnales

Ipomée volubilis et renouée du Turkestan, cimetière de Montmartre, Paris 18e, octobre 2010, photo Alain Delavie

Ces deux lianes sont aussi volubiles l’une que l’autre, la renouée étant quand même plus vigoureuse du fait de sa grande rusticité. Mais l’accord des grosses fleurs de l’ipomée et des grappes de petites fleurs de la renouée est particulièrement réussi.

Avis, à ne pas planter dans tous les jardins, encore moins sur un petit balcon !
L’ipomée se ressème énormément et même si elle périt aux premiers gels (en climat doux elle est vivace et elle repart de la souche après quelques gelées légères), ses graines germent au printemps avec une abondance qui tourne parfois à l’invasion. Quant à la renouée du Turkestan (Fallopia baldschuanica), elle est tellement vigoureuse et prolifique qu’elle donne des immenses lianes en quelques mois qui peuvent atteindre jusqu’à 10 m de longueur.

Tricyrtis ‘Imperial Banner’

Les lis des crapauds me surprennent toujours. Leurs fleurs étranges me fascinent, mais je n’ai pas encore craqué pour l’une des espèces ou variétés que l’on trouve plus fréquemment à l’automne. Il s’en est fallu de peu que je ne cède pour ‘Imperial Banner’, au feuillage décoratif pendant toute la belle saison.

Lis des crapauds 'Imperial Banner' à feuillage panaché

Tricyrtis 'Imperial Banner', Hortus Veneris, septembre 2010, photo Alain Delavie

Les Tricyrtis sont originaires du Japon. Leur surnom peu élogieux de lis des crapauds provient des nombreuses tâches présentes sur les pétales des fleurs. Fleurs qui me font irrémédiablement penser à celles des orchidées…

Ces plantes vivaces à feuillages caducs fleurissent en fin d’été et surtout en automne. Selon les espèces ou les variétés, les fleurs présentent un large choix de couleur, du blanc pur au violet foncé.

Rustiques, les lis des crapauds peuvent supporter des températures très basses en hiver, jusqu’à -15 °C. Faciles à cultiver, ils apprécient une exposition ensoleillée ou mi ombragée avec un sol frais et humifère.

Lis des crapauds 'Imperial Banner', à feuillage panaché

Tricyrtis 'Imperial Banner', Hortus Veneris, septembre 2010, photo Alain Delavie

Tricyrtis ‘Imperial Banner’ présente des feuilles blanc crème panachées et bordées de vert vif. Ce feuillage lumineux est attrayant du printemps à l’automne, bien avant l’apparition de la floraison tardive.

Lis des crapauds 'Imperial Banner' à feuillage panaché

Tricyrtis 'Imperial Banner', Hortus Veneris, septembre 2010, photo Alain Delavie

Et quelle floraison ! Des petites fleurs semblables à des orchidées blanches ponctuées de violet vif avec des taches dorées au coeur.

Lis des crapauds 'Imperial Banner' à feuillage panaché

Tricyrtis 'Imperial Banner', Hortus Veneris, septembre 2010, photo Alain Delavie

Cette variété est une mutation de Tricyrtis ‘Empress’.
Elle était proposée par la pépinière Hortus Veneris lors de la dernière Fête des Plantes, Fruits et Légumes d’hier et d’aujourd’hui à Saint-Jean-de-Beauregard (91).

Et pour finir, un lien vers le site de la pépinière galloise Farmyard Nurseries (UK) qui détient la collection nationale de Tricyrtis pour le Royaume-Uni : Tricyrtis ‘Jewels of the Orient’.