Le clérodendron fétide (Clerodendrum bungei)

/, fleur/Le clérodendron fétide (Clerodendrum bungei)

Le clérodendron fétide (Clerodendrum bungei)

Rencontré au hasard de mes promenades parisiennes, ce petit arbuste chinois m’a séduit par l’opulence de ses inflorescences en gros pompons rose vif, très parfumées quand on s’approche.

Arbuste à floraison estivale

Clérodendron fétide (Clerodendrum bungei), parc de Montsouris, Paris 14e, juillet 2010, photo Alain Delavie

Cette espèce de clérodendron forme un petit buisson d’environ 1,20 m de hauteur. Il prend vite de l’ampleur de part et d’autre du pied mère car il drageonne beaucoup. Même si le feuillage et les rameaux sont détruits par l’hiver, la souche repart de plus belle au printemps, avec un plus grand nombre de pousses.

Arbuste à floraison estivale

Clérodendron fétide (Clerodendrum bungei), parc de Montsouris, Paris 14e, juillet 2010, photo Alain Delavie

Les feuilles sont assez grandes. Elles peuvent atteindre jusqu’à 20 cm de longueur. Elles ont une forme de coeur et sont dentées sur le pourtour. Si les fleurs sont agréablement parfumées, le feuillage dégage une odeur assez désagréable quand on le froisse. D’où le nom commun peu élogieux donné à ce bel arbuste au look exotique.

Arbuste à floraison estivale

Clérodendron fétide (Clerodendrum bungei), parc de Montsouris, Paris 14e, juillet 2010, photo Alain Delavie

Les boutons floraux réunis en corymbes sont déjà très décoratifs. De loin on dirait des bouquets de perles rose foncé.

Arbuste à floraison estivale

Clérodendron fétide (Clerodendrum bungei), parc de Montsouris, Paris 14e, juillet 2010, photo Alain Delavie

Les petites fleurs rose plus clair que les boutons floraux sont étoilées. Les cinq pétales qui les composent forment un long tube. La floraison est estivale, de la fin juillet à septembre.

Arbuste à floraison estivale

Clérodendron fétide (Clerodendrum bungei), parc de Montsouris, Paris 14e, juillet 2010, photo Alain Delavie

Arbuste à floraison estivale

Clérodendron fétide (Clerodendrum bungei), parc de Montsouris, Paris 14e, juillet 2010, photo Alain Delavie

Les fleurs donnent ensuite des baies bleu très foncé toutes aussi décoratives.

Cet arbuste apprécie une exposition chaude et ensoleillée, avec un sol riche qui reste frais pendant la belle saison. Par temps sec, le feuillage fane vite quand la plante manque d’eau. Mais il se redresse vite avec un arrosage copieux.

Le saviez-vous ?
Clerodendrum vient du grec « kleros » qui signifie chance ou destin et « dendron », « arbre ». C’est donc l’arbre de la chance.
Alexander Andrejewitsch von Bunge était un botaniste russe (Kiev 1803 – 1890) qui enseignait en Estonie à l’université de Dorpat. Il étudait la flore dans le désert de Gobi en Mongolie et en Sibérie occidentale.

By |2010-08-06T21:53:18+00:00août 7th, 2010|arbre ou arbuste, fleur|5 Comments

About the Author:

Agronome de formation et jardinier passionné depuis sa plus tendre enfance, collectionneur de plantes, Alain Delavie a exercé différents métiers toujours en étroite relation avec le monde végétal et le jardin, en commençant par celui de pépiniériste collectionneur avant de devenir journaliste, spécialisé dans le jardinage et la météorologie. Il est aujourd'hui rédacteur en chef du magazine Rustica Hebdo et conseiller éditorial du site www.rustica.fr

5 Comments

  1. Laurent 9 août 2010 at 13 h 50 min

    J’adore! J’avais trouvé la variété « Pink Diamond », mais il n’a pas résisté à l’hiver dernier (il était en pot) alors qu’il avait tenu le précédent. Mais cette année, le trichotomum donne une floraison magnifique, à l’odeur enivrante également. Quant à son feuillage, là aussi une odeur particulière qu’on aime ou pas (elle ressemble à l’odeur du feuillage de Datura); moi, j’aime

  2. jpp le jardinier 7 août 2010 at 22 h 58 min

    Nous avons aussi un clérodendron au jardin Saint-Serge. Il descend d’un cléodendron que m’a donné Sophie qui fut longtemps la jardinière rouennaise de Côté jardin (France3). Comme il y a eu repiquage , il a aussi une tige déplumée à la base. Dur de le faire redescendre…

  3. Marguerite 7 août 2010 at 9 h 03 min

    J’en ai un dans le jardin qui repart non pas de la souche mais des tiges. Pour réduire sa hauteur (il est déguingandé sinon) je le taille sévèrement et c’est ce qui a été fait, cela se voit sur la photo du dessus (fourche à droite). Je l’ai ramené de l’abbaye d’Autrey et l’ai acheté au frère Siméon himself. Je ne m’en occupe pas particulièrement et ne l’arrose pas, il ne montre aucun signe de faiblesse, l’odeur de ses fleurs est délicate mais je n’ai pas froissé les feuilles et ne suis pas tentée du coup. Il m’a fait un rejet ou bien cela provient-il d’une graine ? De l’autre coté de la terrasse à 2 m du plant initial. J’ajoute que j’y ai vu lutiner un morosphinx une année.

  4. Plantine 7 août 2010 at 8 h 40 min

    C’est très joli ! de loin on pourrait se tromper en pensant à l’hortensia.
    L’odeur de ses feuilles est sûrement faite pour ne pas se faire dévorer. D’ailleurs, pour preuve, je suis sûre que ne les a pas mangées du coup. 😉

  5. cécile 7 août 2010 at 7 h 16 min

    J’ai planté un petit plant l’automne dernier qui n’a pas repris, il faudra que je réessaie.

Leave A Comment


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies and third party services. Oui