Archive journalières: 28 janvier 2014

Codonanthe crassifolia

Codonanthe crassifolia, Gesnériacées, plante d'intérieur, Paris 19e (75)
Voici une de mes plantes d’intérieur préférée, que je cultive avec plus ou moins de bonheur mais toujours autant de plaisir depuis des dizaines d’années maintenant. J’ai perdu de nombreux pieds, parfois par négligence, quelquefois par attaques violentes de cochenilles et aussi par manque de place, la concurrence étant rude dans mon intérieur où je n’arrive pas à caser toutes mes envies. Profitant d’un bel arrivage chez Truffaut Paris, je viens d’en acheter une nouvelle potée déjà très bien poussée.

Au premier abord, on a du mal à croire que cette plante exotique est une cousine du saintpaulia ou du streptocarpus, deux Gesnériacées couramment cultivées. L’air de famille est plus flagrant quand on la compare à un columnéa ou un aeschynanthus, d’autres plantes d’intérieur à port retombant. Et quand on ne regarde que les fleurs, il y a un grand air de ressemblance avec la petite Primulina tamiana.

Codonanthe crassifolia, Gesnériacées, plante d'intérieur, Paris 19e (75)
Cette plante à feuillage luisant d’un beau vert foncé a un port étalé à retombant. Il faut la cultiver en suspension (elle est d’ailleurs le plus souvent vendue sous cette forme). Les tiges fines d’abord herbacées puis ligneuses atteignent jusqu’à 50 à 60 cm de longueur. La floraison apparaît le long des tiges pratiquement à longueur d’année si la plante reçoit suffisamment de lumière. Une fleur donne parfois un fruit, une jolie baie ronde, verte devenant orange brillant à maturité.

Avec une lumière intense (sans soleil direct) et des arrosages réguliers avec une eau douce non calcaire, le codonanthe pousse sans problème. Par contre il ne supporte pas les coups de soif, ni un excès d’humidité. Il apprécie des bassinages fréquents, surtout en hiver quand le chauffage dessèche l’atmosphère. Les vieilles tiges ont tendance à se dessécher. Il faut de temps à autre nettoyer la plante pour éliminer les rameaux morts, souvent recouverts par les jeunes pousses.

Si vous cultivez le codonanthe en suspension, ne faites pas comme moi. N’oubliez pas de l’arroser fréquemment pour garder le terreau toujours frais. Surveillez aussi les éventuelles attaques de cochenilles farineuses qui apprécient beaucoup cette pauvre plante, comme les araignées rouges.

La multiplication par bouturage d’extrémité de tige est facile et rapide. Pour obtenir très vite une belle potée, placez plusieurs boutures dans un pot, en les plaçant tout autour contre la paroi.

J’ai installé ma nouvelle potée sur une console près d’une grande baie vitrée. Je peux admirer la potée tout à loisir et son entretien est facile. Elle va pouvoir s’étaler et retomber autant qu’elle le souhaite sans être gênée par d’autres plantes. À suivre !

Fleurs et floraison, journée de conférences et d’échanges le 30 janvier 2014

Adaptées à leur environnement et accompagnant les saisons, comment les plantes à fleurs captent-elles les signaux qui distinguent les périodes de l’année ? Comment les fleurs se développent-elles ? Comment se forment les fruits et les graines ? La SNHF et la Société Française d’Orchidophilie (SFO) se proposent d’explorer les différentes facettes de cet aspect fondamental de la vie des plantes lors de cette journée de conférences et d’échanges.

Affiche de la journée de conférences et d'échanges Fleurs et floraison, SNHF, ParisProgramme *
8h30 Accueil.
9h15 Ouverture : Henri Delbard, Président de la SNHF, Pierre Laurenchet, Président de la Société Française d’Orchidophilie (SFO), Fabienne Giboudeaux, Adjointe au Maire de Paris, chargée des espaces verts.
9h30 Fleurs et floraison : variations sur un thème imposé. Marianne Delarue, maître de conférences, Institut de biologie des plantes, Université Paris-Sud.
9h50 L’architecture de la fleur et sa sexualité. Alain Jouy, Président d’honneur de la Société Française d’Orchidophilie (SFO).
10h10 De la fleur à la graine. Aline Raynal-Roques, professeure, Muséum National d’Histoire Naturelle.
10h30 Discussion.
11h00 Pause.
11h30 La floraison des arbres fruitiers et l’alternance de production, Baptiste Guitton, lauréat du prix de thèse SNHF 2013.
11h55 Floraison des arbustes ornementaux, incidence des tailles. Pascal Prieur, auteur, formateur, Les Arbusticulteurs.
12h20 Fertilisation et fleurissement, Hervé Brutelle, technicien de secteur, Everris France.
12h45 Discussion.
13h15 Déjeuner.
14h30 Les fleurs en ville : de la fleur au fleurissement. Brigitte Carmine, ingénieur agronome, ingénieur horticole.
14h55 D’où sont issues les fleurs des rosiers qui nous enchantent ? Jacques Mouchotte, ancien Directeur de recherche Meilland International.
15h20 Les orchidées, comment faire refleurir nos orchidées ? Alain Benoît, responsable orchidées tropicales, Société Française d’Orchidophilie (SFO).
15h45 Discussion.
16h15 Pause.
16h30 La fleur et l’art, Françoise Piquet-Vadon, peintre botaniste, membre de la Société Française d’illustration botanique (SFIB).
17h00 Synthèse de la journée, Yvette Dattée, Présidente du conseil scientifique de la SNHF.
17h10 Clôture et remerciements.
17h15 fin.
* sous réserve de modifications

Cliquer pour vous inscrire en ligne

Affiche de la journée de conférences et d'échanges Fleurs et floraison, SNHF, Paris
Informations pratiques

Société Nationale d’Horticulture de France
84, rue de Grenelle, 75007 Paris.
Tarif : 45 € et 36 € pour les adhérents.
Tarifs pour participants avec convention* : 100 € et 80 € pour les adhérents.
Tarif sans le buffet : 20 € et 16 € pour les adhérents.
*Convention de stage et attestation de présence seront établies, pour les entreprises et collectivités. Numéro d’agrément SNHF : 11 75 42778 75.
Tél. : 01 44 39 78 78.
Courriel : info@snhf.org

www.snhf.org