Archive journalières: 28 juillet 2013

Bégonia ‘Dragon Wing’, beau par tous les temps !

Jardinière de bégonia 'Dragon Wing' en plein été dans le cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)

Chaque année, je ne taris pas d’éloges pour cette variété exceptionnelle de bégonia, mais une fois encore, il confirme sa robustesse, sa facilité de culture et son abondante floraison, malgré une météo difficile qui passe d’un extrême à l’autre. Avec des arrosages réguliers mais sans plus, le bégonia ‘Dragon Wing’ fleurit sans discontinuer du printemps jusqu’aux gelées, quel que soit le temps.

Jardinière de bégonia 'Dragon Wing' en plein été dans le cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)

Tant qu’il n’y a pas de grêle ou de tornade, ce beau bégonia continue sa croissance vigoureuse et ne cesse de fleurir. Jamais malade, rarement attaqué par des parasites, cette fleur d’été est vraiment sans soucis.

J’ai préféré planter des némésias cette année. Et bien j’ai eu tort, car aujourd’hui j’aurai d’énormes touffes de bégonias ‘Dragon Wing’ couverts de fleurs alors que mes plants de némésias ont cessé de fleurir et sont souffreteux depuis que le thermomètre a dépassé les 30 °C. Ceci étant, ce bégonia est de plus en plus difficile à trouver en jeunes plants à l’unité au printemps.

Rideaux de bambous

Rideau de petits bambous plantés dans une jardinière en rebord de fenêtre dans la rue Fizeau, Paris 15e (75)

Avec leur feuillage persistant, léger mais suffisamment dense pour servir d’écran, les bambous font d’excellents rideaux végétaux. J’en ai photographié deux exemples dans Paris, à chaque fois les bambous étant cultivés dans une jardinière.

Rideau de bambous plantés dans une jardinière, impasse Santos-Dumont, Paris 15e (75)

Dans le premier exemple, l’écran est plus efficace que dans le deuxième.
Il faut bien sûr choisir des espèces de bambous adaptées à chaque situation, notamment pour le rebord de la fenêtre où la hauteur est fortement limitée. Dans les deux cas, il faut veiller à arroser régulièrement la jardinière pour que le sol reste toujours frais sans jamais se dessécher. Il faut tailler les cannes qui se dessèchent en les coupant à la base. Le volume de terre étant restreint, un apport d’engrais pour gazon ou de corne torréfiée est nécessaire au début du printemps, juste avant la pousse des nouvelles cannes. Un tuteurage discret est utile dans le deuxième cas pour maintenir les cannes bien droites et en rang le long de la baie vitrée à dissimuler.

Forte chaleur et orages, un temps difficile pour nos jardins

Ciel d'été au-dessus de Paris

La succession des températures étouffantes ou brulantes avec les épisodes orageux souvent venteux et accompagnés de fortes pluies, quand ce n’est pas de grêle, malmène les plantes de nos jardins qui doivent résister à des conditions extrêmes et des changements brusques. La versatilité de notre climat dit tempéré ne s’est jamais aussi bien exprimée que cette année, plutôt difficile pour les plantes et les jardiniers.

Quelques mesures pour aider les plantes à supporter les fortes chaleurs

  • Ombrez les plantes qui montrent des signes importants de stress sous l’effet de la chaleur excessive, soit en les abritant sous un parasol, un arbre ou dans une zone dépourvue de soleil quand elles sont cultivées en pot, soit en construisant une ombrière provisoire pour les végétaux en pleine terre. Quand les températures restent au-dessus de 25 °C, abritez les plantes potagères les plus sensibles à la chaleur (salades, radis, épinards, etc.) avec des arceaux recouverts d’une toile d’ombrage. Pour les tomates, vous pouvez installer des piquets pour faire une petite pergola, à recouvrir sur le dessus uniquement de cannisses ou de paillassons. Ponctuellement, vous pouvez disposer une ombelle ou un vieux parapluie récupéré et débarrassé de sa toile, sur lequel vous aurez tendu une toile d’ombrage. Ce système permet d’apporter une ombre fraîche à quelques pieds de cerfeuil ou de persil par exemple. Il faut juste veiller à bien fixer la protection, pour éviter qu’elle ne s’envole au premier coup de vent.
  • Ombrez la serre, la véranda et les châssis où vous cultivez encore des plantes. Il faut installer des volets ou des panneaux opaques qui empêcheront le soleil d’atteindre les vitres.
  • Installez des jeux d’eau et un aérateur pour oxygéner l’eau du bassin.
  • Au moins deux heures après le coucher du soleil, arrosez copieusement les végétaux pour les réhydrater pendant la nuit. Attention toutefois de ne pas noyer les cactées et autres plantes grasses qui ralentissent leur croissance par fortes températures.
  • Mouillez les murs entourant le jardin, le sol et les parois de la serre ou de la véranda, ainsi que le sol des allées pour créer une atmosphère plus humide, arrosez la pelouse (toujours après le coucher du soleil). Ces surfaces mouillées vont rapidement sécher, mais l’évaporation de l’eau s’accompagne d’un petit abaissement de la température.

En cas d’orage

  • Arrêtez toutes vos activités jardinières à l’extérieur.
  • Ne restez pas dans le jardin, encore moins sous un arbre ou une tonnelle en métal, et rentrez à l’abri.
  • Si vous vous trouvez en ville ou en pleine nature, recherchez une situation qui présente le moins de danger possible. Cessez les activités tels que la baignade, la pêche, le vélo, le bateau, la pratique du golf, de l’escalade ou certaines opérations de bricolage (réparation de toiture, travaux électriques).
  • Avant de partir en promenade, consultez les prévisions locales données par Météo-France ou le réseau français de surveillance des orages et de prévention du risque foudre, Météorage.

Et pour vous aider à mieux cerner ou anticiper cette météo capricieuse, voici une sélection de dictons de circonstances :
« Hirondelle volant haut, Le temps sera beau. Hirondelle volant bas, Bientôt il pleuvra. » »Le martinet rasant le sol annonce l’orage. »
« Cloportes en foule sur les murs, Le mauvais temps est sûr. »
« Si la fleur du mouron se referme : pluie. »
« Quand les bonnes ou les mauvaises odeurs montent plus fort dans le nez, c’est signe de pluie. »

Avec le forfait Navigo, voyagez librement en Île-de-France jusqu’au 18 août 2013

Jusqu’au 18 août 2013, votre forfait Navigo vous permet de circuler librement sur l’ensemble des transports en commun d’Île-de-France, y compris au-delà des zones de validité de votre forfait.

Le STIF a voté le dézonage du forfait Navigo du 13 juillet au 18 août 2013. Cette mesure permet aux porteurs de forfaits Navigo mois, Navigo annuel, Solidarité Transport mois et Améthyste de circuler librement sur l’ensemble de la région (au-delà des zones de validité de leur forfait) du 13 juillet au 18 août. Pour les lignes Noctilien, cette mesure a débuté durant la nuit du 12 au 13 juillet et se terminera durant la nuit du 17 au 18 août.

Par ailleurs, les voyageurs utilisant un Navigo zones 1-5 bénéficient pour les mois de juillet et août d’une réduction de 7,5 % de leur forfait Navigo mois et Solidarité Transport mois.

Cette mesure s’inscrit dans la continuité de la mise en œuvre du dézonage pendant les week-ends et jours fériés pour les forfaits Navigo mois, Navigo annuel et Solidarité Transport mois depuis le 1er septembre 2012 et pour les forfaits Améthyste depuis le 1er mars 2013.

Le saviez-vous ?La carte Navigo donne aujourd’hui accès à 16 lignes de métro sur plus de 200 km, près de 1500 lignes de bus sur 25 000 km, 5 lignes de RER sur plus de 600 km, 8 lignes de trains régionaux sur 920 km, 4 lignes de tramway et 1 ligne de T Zen.
Navigo favorise l’intermodalité. En plus des différents modes de transports en commun, elle permet de passer du vélo au métro ou au RER, de la voiture au train…