Misère panachée de crème et de blanc (Tradescantia fluminensis ‘Variegata’)

Généreuse à souhait, éclatante en toute saison, cette belle misère (Tradescantia fluminensis ‘Variegata’) pousse facilement à la condition d’avoir suffisamment de lumière, indispensable pour conserver sa belle panachure si lumineuse.

Plante d'intérieur facile à cultivée, la misère panachée

Potée de misère panachée (Tradescantia fluminensis 'Variegata'), avril 2011, photo Alain Delavie

Certaines jeunes feuilles sont entièrement blanc crème. La panachure varie beaucoup d’une feuille à l’autre, d’une tige à l’autre. Les stries peuvent être étroites ou épaisses, certaines feuilles n’ayant que de fines striures blanc crème.

Plante d'intérieur facile, la misère panachée

Feuillage de la misère panachée (Tradescantia fluminensis 'Variegata'), avril 2011, photo Alain Delavie

L’éclairage joue un rôle important sur la panachure du feuillage. Et il ne faut pas hésiter à supprimer une pousse entièrement verte, toujours plus vigoureuse que les rameaux panachés.

Plante d'intérieur facile, la misère panachée

Feuillage de la misère panachée (Tradescantia fluminensis 'Variegata'), avril 2011, photo Alain Delavie

Hormis l’exposition claire sans soleil direct, cette plante d’intérieur n’est pas très exigeante.

Elle se contente d’un pot assez étroit, mais il faut juste veiller à l’arroser régulièrement pour conserver le substrat toujours frais, jamais détrempé ni desséché.
D’avril à septembre, on peut apporter un engrais plutôt azoté sous forme liquide, une fois par mois quand on ne veut pas être débordé par l’opulence de la potée ou chaque semaine quand on recherche l’exubérance.
Il ne faut pas hésiter à pincer l’extrémité des tiges qui s’étirent trop pour forcer les rameaux à se ramifier, les nouvelles pousses apparaissant à l’aisselle des feuilles.
Quant à la multiplication, rien de plus facile ! Il suffit de couper un fragment de tige avec au moins deux ou trois feuilles et de le laisser s’enraciner dans un verre d’eau placé près d’une fenêtre sans soleil direct. Quand les racines mesurent deux à trois centimètres de longueur, la bouture peut être repiquée dans du terreau.

Commentaires (2)

  1. alain of paris (Auteur de l'article)

    Cette misère oui ! l’autre, non… Je t’approuve !

  2. Kristin

    une belle misère…j’en veux bien des tonnes de ce genre de misère!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez1