Archive journalières: 4 mai 2011

Exposition « Extensions tentaculaires » par Alexis Tricoire

Alexis Tricoire expose du 2 mai au 13 juillet 2011 à la Maréchalerie, centre d’art contemporain à Versailles (78) situé sur le domaine national du château.


Artiste-designer né à Paris en 1967, Alexis Tricoire est diplômé de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs depuis 1994.
En 2006, il co-signe la scénographie de l’exposition Folies Végétales à l’Espace EDF Electra à Paris avec Patrick Blanc.
En 2007, afin d’illustrer la complémentarité entre nature et bâti, il réalise avec ce dernier les murs végétaux du Salon Batimat.
Il développe ensuite plusieurs projets de ce type dont une scénographie végétale pour un restaurant à Bruxelles, une plate-forme pédagogique pour le Lycée horticole de Caen, ainsi qu’une installation au Jardin des Tuileries à Paris pour Jardins, Jardin en 2009 et 2010.
Durant l’été 2010, le Château de Versailles lui ouvre exceptionnellement les bosquets du Jardin français du Petit Trianon. Il y présente un parcours destiné à découvrir et comprendre la nature et ses mutations.

Alexis Tricoire expérimente dans son travail les rapports entre l’univers végétal et l’architecture dans notre civilisation. Son intervention à La Maréchalerie est pour lui l’occasion de questionner sa volonté de favoriser une intégration qualitative et différenciée du végétal en milieu urbain. Avec Extensions tentaculaires, c’est la lutte entre le végétal et l’urbain qui est mise en exergue. L’installation suggère de manière symbolique l’invasion de l’élément naturel par la ville et laisse la question ouverte sur l’issue de cette confrontation.

Sophie Bommart a réalisé l’installation sonore de Extentions tentaculaires.

Colonne ADN, double colonne verte conçue pour le projet Balades en Yvelines sera visible dans la cour de la Forge de l’école d’architecture durant le temps de l’exposition et jusqu’au mois de septembre, prolongeant cette réflexion sur l’écosystème et les frontières entre l’homme et la nature. Elle fait écho par sa forme à l’histoire de l’architecture tout en introduisant un questionnement sur l’avenir des bio-carburants et des énergies du futur.
Dans le cadre de son exposition à La Maréchalerie, le designer Alexis Tricoire se joint à l’architecte Richard Scoffier pour réaliser un workshop avec des étudiants de 4e et 5e année. Cet espace de recherche pose les bases d’un manifeste pour l’architecture du vivant.

Vernissage aujourd’hui mercredi 4 mai 2011 à 19h
Navette gratuite au départ de la Concorde à 18h.
Rdv côté de l’Orangerie. Réservation au tél. : 01 39 07 41 12.

Informations pratiques
La Maréchalerie
5, avenue de Sceaux
78000 Versailles.

  • du 2 mai au 21 septembre 2011, parcours artistique en extérieur autour de La Maréchalerie avec des œuvres d’Alexis Tricoire, de Didier Courbot, de Vincent Ganivet et de Laurent Sfar.
  • Vernissage du parcours le samedi 7 mai 2011 en présence des artistes. Départ à 11h à La Maréchalerie, fin du parcours prévue vers 13h autour d’un pique-nique au Potager du Roi (énsp).
  • Rencontre avec Alexis Tricoire le samedi 18 juin 2011 à 15h.

Horaires d’ouverture du parcours
énsa-V / La Maréchalerie : du lundi au samedi de 14h à 18h (sauf jours fériés), fermeture en août et les samedis 16, 23, 30 juillet, et les 3 et 10 septembre.
énsp : du mardi au dimanche (sauf jours fériés), de 10h à 18h (dernière admission 17h30). Entrée payante : 4,50€ la semaine et 6,50€ le week end.

Mon coléus très seventies

Les coléus hybrides offrent une palette de coloris incroyables qui ne font pas toujours dans le bon goût ou la discrétion. Mais j’adore ces plantes (qui m’aiment beaucoup moins) et j’ai beaucoup de mal à résister à un feuillage délirant. Ma dernière acquisition réunit certaines de mes couleurs préférées dans un mélange très années 70.

Coleus hybride (Solenostemon)

Coleus hybride, mai 2011, photo Alain Delavie

Un coléus hippy !
Avec du violet, du rose indien, de l’orange et du pourpre, le tout bordé d’un vert assez fluo.
Un rien psychédilique, délire, exotique.

Coleus hybride (Solenostemon)

Coleus hybride, mai 2011, photo Alain Delavie

Ma petite potée va rester à l’intérieur, derrière une grande baie vitrée pour recevoir suffisamment de lumière sans soleil direct toutefois. Je n’ai jamais eu la main verte avec les coléus, mais j’espère que celui-ci va prospérer. Imaginez une grosse touffe bariolée…

Pour info, j’ai trouvé cette petite « merveille » sur le quai de la Mégisserie (Paris 1er), chez Bru & Fils (12, quai de la Mégisserie, 75001 Paris, tél. : 01 42 36 41 23), maison que je ne saurais trop vous recommander.

Préparation du Troc Vert de Montreuil (93)

J’ai profité de mes courtes vacances fin avril pour terminer les repiquages et rempotages des plantes que je souhaite apporter au prochain Troc Vert de Montreuil-sous-Bois (93), qui aura lieu le dimanche 22 mai 2011.

Semis, boutures et jeunes plants divers reipqués et rempotés sur mon balcon

Mon petit coin pépinière sur mon balcon avec les jeunes plants préparés pour le Troc Vert de Montreuil le 22 mai 2011, photo Alain Delavie

Principalement des plantes vivaces et quelques plantes bulbeuses ou d’intérieur, quelques unes que je ne veux plus dans mon petit jardin urbain, d’autres qui se sont multipliées toutes seules (parfois beaucoup trop !) et quelques boutures ou divisions. Le cyclamen blanc n’en fait pas partie, je le garde celui-ci, il est vraiment trop beau ce Bellissima.

Tout est installé dans des plateaux qui me permettent d’arroser facilement le tout, avec le plus de régularité possible. Il ne me reste plus que l’étiquetage à faire. Indispensable avant de partir pour le Troc, car c’est le meilleur moyen de ne pas faire d’erreur d’identification sur place dans la ferveur des échanges.

Comme le site et le blog du Troc Vert n’ont pas encore été mis à jour, voici quelques précisions concernant la future édition :
Dimanche 22 mai 2011 de 10h à 20h
Rue Mainguet, 93100 Montreuil-sous-Bois.

Avril 2011, deuxième mois d’avril le plus chaud depuis 1900

Selon le communiqué de Météo France du 3 mai 2011, la France métropolitaine a connu cette année un mois d’avril exceptionnellement chaud, sec et ensoleillé. Ces conditions météorologiques remarquables ont résulté de l’influence persistante de conditions anticycloniques sur la métropole.

  • La température moyenne a été supérieure de 4 °C à la moyenne de référence, calculée sur la période 1971-2000.
  • Avril 2011 se place au deuxième rang des mois d’avril les plus chauds depuis 1900, derrière avril 2007 (+4,3 °C), loin devant les mois d’avril 1945 (+ 2,8 °C), 1961 et 1949 (+ 2,6 °C).
  • Les écarts sont plus marqués pour les températures maximales de l’après-midi (+ 5,5 °C) que pour les températures minimales de fin de nuit (+ 2,5 °C).
  • À l’exception de quelques jours plus proches de la normale autour du 15 avril, les températures quotidiennes se sont maintenues autour de valeurs bien supérieures tout au long du mois. Entre le 6 et 11 avril, elles ont même atteint des valeurs sans égal depuis 1947 pour une première quinzaine d’avril.
  • Plusieurs records mensuels de température maximale quotidienne ont été battus dans la moitié sud de la France ainsi que dans les Alpes et localement en Bretagne.
  • Le mois d’avril 2011 se situe parmi les plus secs depuis 1959, à l’image d’avril 1984 et 1982 (les précipitations sur la France n’avaient représenté que 29% de la moyenne de référence établie sur la période 1971-2000), 1960 (36%) et 1997 (37%).
  • Le début de l’année 2011 était nettement déficitaire sauf sur les régions méditerranéennes. Ce nouveau déficit, conjugué aux fortes chaleurs, a conduit à une sécheresse extrême des sols superficiels pour une fin de mois d’avril sur la majeure partie du pays.
  • La moitié nord de la France connaît des niveaux de sécheresse des sols superficiels jamais atteints fin avril au cours des cinquante dernières années.
  • L’ensoleillement en avril a été aussi remarquable. Sur la quasi totalité de la France, à l’exception de l’extrême sud, les durées d’ensoleillement ont été plus d’une fois et demie supérieures à la moyenne de référence établie pour la période 1991-2000. En Rhône-Alpes et dans quelques régions avoisinantes, des records d’ensoleillement pour un mois d’avril ont été battus sur certains villes.

Les prévisions météorologiques saisonnières pour les mois de mai, juin et juillet annoncent des températures moyennes en métropole qui devraient être plus chaudes que la normale. Mais il n’y a aucun scénario pour les cumuls de précipitations.