météo et climat

Informations diverses, statistiques et bilans, conseils de jardinage en relation avec la météo ou le climat

Météo pourrie, les limaces attaquent !

Horreur, malheur, les limaces attaquent. Elles ont brouté l’une des belles feuilles de mon bégonia rustique (Begonia grandis ssp. evansiana). Rien d’étonnant avec cette météo de m… et ces averses à répétition. Mais au 5ème étage !
Et oui, même sur un balcon situé en hauteur dans les étages, les limaces sont à redouter. Elles n’ont pas fait de l’escalade le long du mur, elles n’ont pas emprunté l’ascenceur ou l’escalier, non, la vérité est plus effroyable. C’est moi, le jardinier, oui moi qui les a introduites dans ma petite jungle urbaine !
Tout simplement avec les petits pots achetés ou rapportés d’une jardinerie, d’une pépinière ou d’une fête des plantes. Bien cachées sous le pot, dans les rainures, ou carrément dans la terre car les limaces les plus terribles sont celles qui ne se montrent que rarement, vivant la journée enfouies dans le sol ou sous les feuillages dans l’ombre la plus humide.
Le week-end dernier en rempotant mes derniers achats, j’en ai déniché quelques unes, des petites grises visqueuses que je me suis empressées de livrer à l’appétit des oiseaux du coin. Grand saut du 5ème, splach silencieux sur le macadam, le meurtre de limace a été rapide… Je n’ai pas poussé le vice jusqu’à les emporter pour les jeter dans le canal, livrées à la voracité des nombreux poissons qui frétillent dans les eaux vertes. Ah, si j’avais une petite poule sur le balcon, je n’aurai plus de problème… Mais il y aurait du pugilat avec Iris la chatte qui ne supporte pas de représentant de la gente ailée. Tant pis, je vais guetter, pister les traces baveuses pour remonter jusqu’au coupable vorace !

Temps humide et frais, gare aux champignons parasites !

Ce début de printemps est décidément très frais et arrosé. Cela joue sur notre moral, à la baisse par manque d’ensoleillement, mais il y a aussi des conséquences dans les jardins. Les maladies commencent à se montrer…

Notamment le blanc (ou oïdium) qui tache déjà les rosiers.
Regardez les feuilles et les boutons de ce rosier parisien : des taches de feutrage blanc grisatre se dessinent sur les feuilles, certains boutons sont recouverts de cette pellicule encore anodine, mais qui va vite se propager si vous n’agissez pas sans tarder.

Le meilleur traitement est préventif, sur des plantes qui ne présentent pas de symptômes d’attaque. Quant le champignon s’est développé, on peut enrayer sa propagation en appliquant des traitements antifongiques (la décoction de prêle est excellente).
Eviter de traiter si le temps est menaçant ou si les prévisions météorologiques prévoient des averses dans les 24 heures. Et pensez à renouveler le traitement après une forte pluie.

7 avril : neige et froid en Ile-de-France



Surprise pour cette deuxième journée de lune rousse !
La neige est tombée cette nuit, laissant une pellicule blanche sur les toits et dans les jardins.
C’est gênant pour ceux qui se déplacent en voiture, en vélo ou autres véhicules, mais au jardin, la neige en faible quantité est plutôt bénéfique.

En couche, elle protège du gel matinal. Quand elle fond, elle apporte de l’eau et un peu d’azote qui enrichit le sol. Il faut juste surveiller les arbustes et arbres persistants si la couche est importante, car elle peut faire ployer et casser les branches.
À Paris ce matin, pas vraiment d’inquiétude côté jardin… Mais un peu de douceur serait la bienvenue !

La lune rousse commence, gare aux coups de froid !

Cette lunaison particulière si redoutée par les jardiniers débute aujourd’hui pour se prolonger jusqu’au 6 mai.

Rassurez-vous, le ciel ne va pas nous tomber sur la tête, même si on pouvait en douter cet après midi !
Il faut juste surveiller les journées qui se terminent avec un temps très clair, un ciel bien dégagé et un peu de vent, car les températures risquent de chuter très vite pendant la nuit. Au petit matin, c’est la gelée assurée. Fatale pour les jeunes pousses fraîchement poussées, tendres et gorgées de sève.
Peut-être pas dans Paris intra-muros, mais en banlieue et plus dans la campagne, il faut penser à poser un voile d’hivernage sur les plantes sensibles aux gelées au coucher du soleil. Surtout avec les nouvelles plantations (géraniums, fleurs annuelles d’été, légumes frileux comme le basilic et les tomates).
Ce petit geste vous évitera bien des déconvenues si vous avez cédé aux tentations proposées par les fleuristes et les jardineries…