Archives par auteur: Alain Delavie

Au sujet de Alain Delavie

Agronome de formation et jardinier passionné depuis sa plus tendre enfance, collectionneur de plantes, Alain Delavie a exercé différents métiers toujours en étroite relation avec le monde végétal et le jardin, en commençant par celui de pépiniériste collectionneur avant de devenir journaliste, spécialisé dans le jardinage et la météorologie. Il est aujourd'hui rédacteur en chef du magazine Rustica Hebdo et conseiller éditorial du site www.rustica.fr

Vernissage de l’exposition Botanique à l’Orangerie du Sénat (Paris 6e)

Affiche de l'exposition "Botanique", Akira Inumaru, orangerie du Sénat, jardin du Luxembourg, Paris 6e (75), juillet 2018
Ne manquez pas le vernissage de l’exposition Botanique réalisée par l’artiste japonais Akira Inumaru dans l’Orangerie du Sénat (Paris 6e). C’est aujourd’hui mardi 17 juillet 2018 de 17h à 19h30.

Carton d'invitation pour le vernissage de l'exposition "Botanique", Akira Inumaru, orangerie du Sénat, jardin du Luxembourg, Paris 6e (75), juillet 2018Je compte bien assister à ce vernissage et j’espère avoir le plaisir de vous y rencontrer…

CESE, un avis qui compte pour la nature en ville

Logo du Conseil économique, social et environnemental (CESE)Le 11 juillet 2018, l’Assemblée plénière du Conseil économique, social et environnemental (CESE) a adopté le projet d’avis intitulé « La nature en ville : comment accélérer la dynamique ? », en présence de M. Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire.

L’Interprofession VAL’HOR salue l’adoption de ce rapport dont les préconisations sont en phase avec l’argumentaire pour une Cité Verte développé depuis de nombreuses années. Les 22 préconisations sont déclinées autour de 5 axes :

  • donner toute sa place à la nature dans les politiques publiques,
  • connaître et faire connaître les bienfaits de la nature en ville,
  • répondre aux besoins des habitants et accueillir la nature en ville,
  • faire de la nature un élément structurant de l’aménagement urbain,
  • contribuer à la solidarité de la ville avec son territoire.

Avec des pistes concrètes et s’appuyant sur les bonnes pratiques de villes pionnières et des auditions de personnalités qualifiées, l’avis vise « à généraliser à l’ensemble des villes françaises de métropole et d’outre-mer une dynamique qui donne une meilleure place à la nature dans la ville et qui insère mieux la ville dans la nature » Annabelle Jaeger, rapporteure pour la section Environnement du CESE.

Une place importante est donnée aux bienfaits de la nature et du végétal en ville, ainsi qu’à la nécessité de créer ou préserver des espaces verts et bleus qualitatif et efficients pour la biodiversité. Citons également le souhait de M. Nicolas Hulot, exprimé à la tribune du CESE, que « chaque habitant puisse avoir accès à un espace de nature à moins de 15 minutes ».

Cliquez pour retrouver la synthèse de l’avis sur le site Cité Verte.

Trio estival d’alcathéa, pigamon et clématite

Clématite 'Blue River', Alcahtea suffrutescens 'Parkalle' et Thalictrum 'Splendide White' en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
Mon pied de pigamon (Thalictrum ‘Splendide White’) a poussé parmi les immenses tiges de l’Alcathea suffrutescens ‘Parkallee’ et la clématite ‘Blue River’, toujours prête à partir à l’assaut d’un nouveau support, est venu s’agripper sur les grandes hampes florales. Un joyeux mélange fleuri que tout le monde dans la rue peut admirer.

Clématite 'Blue River', Alcahtea suffrutescens 'Parkalle' et Thalictrum 'Splendide White' en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)L’année dernière, mon pied de pigamon était dans une autre jardinière, mais je l’ai déplacé pour qu’il puisse prendre davantage ses aises. Et c’est ce qu’il a fait ! Il faut dire que dans cette jardinière, il ne manque jamais d’eau.

Je profite moins de la floraison de la clématite, car je l’ai laissée pousser librement et ses guirlandes fleuries sont parties du côté de la rue, en retombant le long de la rambarde. Je vois l’arrière des fleurs toujours aussi nombreuses et belles.

Episcia ‘Cleopatra’ pour les amateurs de feuillage panaché

Episcia 'Cleopatra', Gesnériacées, plante d'intérieur, Paris 19e (75)Cette variété d’Episcia présente un feuillage tricolore vert pâle, blanc et rose sur lequel se détache des fleurs d’un rouge vermillon éclatant. Curieux mélange, plus surprenant que véritablement joli.

Comme tous les épiscias, ‘Cleopatra’ doit être cultivée dans une atmosphère humide. Je garde mon jeune plant dans un grand terrarium, sous éclairage artificiel. Et cela semble plutôt lui réussir. J’ai maintenant 6 espèces et variétés qui poussent bien, toutes à l’abri d’un terrarium.

Lancement de la charte « Jardiner en préservant sa santé et l’environnement en Île-de-France »

Logo charte jardiner en préservant sa santé et l'environnement, Fredon, Mieux jardinerAvec 113 tonnes (chiffres 2015) de produits de protection des plantes pour un usage amateur en Île-de- France et face aux forts enjeux de préservation de la ressource en eau de notre région, Fredon Île-de-France lance la charte « Jardiner en préservant sa santé et l’environnement ».

Au 1er janvier 2019, les jardiniers amateurs n’auront plus accès aux produits chimiques de protection des plantes. Afin d’accompagner les distributeurs de ces produits et leurs clients vers des solutions alternatives, la Fredon Île-de-France et ses partenaires lancent, fin juin 2018, la charte « Jardiner en préservant sa santé et l’environnement ».

Une charte pour qui, pour quoi ?
Cette charte proposée à la signature des enseignes (jardineries, pépiniéristes, GMS…) a pour objectifs de diminuer durablement la consommation de produits de jardins conventionnels en orientant les consommateurs, aussi souvent que possible, vers des solutions alternatives. Ces solutions préconisées peuvent être préventives (empêcher l’apparition de ravageurs ou maladies, tout comme le paillage empêche les adventices de pousser) ou curatives (afin de solutionner un problème au jardin, comme par exemple l’utilisation de coccinelle pour attaquer des pucerons).

En Île de France, 398 magasins sont agréés pour la distribution de produits de protection des plantes vers le grand public et représentent autant d’opportunités d’être relais de la charte. La démarche se veut fédératrice, et les partenaires du projet (AESN, DRIAAF, AQUI’Brie, ARB, PNR de Chevreuse) attendent une importante visibilité sur le terrain, marquant l’arrivée de 2019 et la suppression des pesticides pour le grand public.

Comment se présente la charte ?
Les enseignes signataires s’engagent à exposer sur leur surface de vente différents supports de communication : fiches techniques, livrets, plaquette, affiches etc. Ces supports ont vocation à être consultés directement par le jardinier amateur et à apporter de l’information sur les bonnes pratiques au jardin. Par ailleurs, les vendeurs sont formés à la fois sur les risques que présentent les produits de protection des plantes et sur les outils disponibles pour répondre à l’ensemble des problématiques sanitaires rencontrées au jardin. Ils seront à même de conseiller au mieux les jardiniers. Enfin, les jardineries et enseignes signataires sont encouragées à organiser des animations avec l’appui de la Fredon sur des thématiques concrètes rencontrées par les particuliers.

Un suivi de cette charte est prévu sur 3 ans afin d’évaluer son déploiement sur la région Île-de-France. Pour plus d’informations sur la charte : http://www.mieux-jardiner.fr/

Le saviez-vous ?
La Fredon Ile de France est une structure de type associatif spécialisée dans la santé du végétal.

Flexitarisme, véganisme, végétalisme, végétarisme, un peu de vocabulaire

Fruits et légumes, photo Fotolia / Esin Deniz
En matière d’alimentation, nous ne mangeons pas tous pareil. Certains adoptent des régimes particuliers, notamment avec moins ou plus du tout de produits carnés. Entre le végétarisme, le végétalisme, le flexitarisme et le véganisme, il n’est pas toujours facile de savoir qui mange quoi, surtout quand on n’est pas un adepte de l’un de ces types d’alimentation.

Le flexitarisme
Les flexitariens réduisent leur consommation de viande en privilégiant la qualité à la surconsommation.

Fruits et légumes, photo Fotolia / Esin DenizLe véganisme
C’est un mode de vie et de consommation qui cherche à exclure les produits liés à l’exploitation des animaux pour son alimentation, son habillement. Les végans sont engagés dans la protection animale et cherchent à vivre sans faire souffrir les animaux. Ils ne portent pas de vêtements en laine, en soie, en cuir, en duvet… Les végans n’utilisent pas de produits pharmaceutiques ou cosmétiques testés sur les animaux, etc.

Fruits et légumes, photo Fotolia / Esin DenizLe végétalisme
Le végétalisme est un régime alimentaire qui ne comporte que des aliments issus du monde végétal. Les végétaliens ne mangent pas de viandes, de poissons, de fruits de mer, ni de produits laitiers, d’œufs et autres produits d’origine animale comme le miel, la gélatine, la présure. Ce régime rend très difficile la satisfaction des besoins en acides aminés indispensables, en fer, en calcium et en certaines vitamines. À long terme, ce régime fait courir des risques pour la santé, notamment pour les enfants, les femmes enceintes et les femmes qui allaitent.

Fruits et légumes, photo Fotolia / Esin DenizLe végétarisme
Le végétarisme est un type d’alimentation qui exclut la viande et les produits carnés, les poissons et les fruits de mer. On distingue plusieurs tendances :

  • Le semi-végétarisme : on consomme du poisson (pescetariens), des fruits de mer et parfois de la volaille ;
  • Le lacto-ovo-végétarisme : on consomme du lait et des œufs ;
  • Le lacto-végétarisme : on consomme des produits laitiers mais pas d’œufs.

Fruits et légumes, photo Fotolia / Esin DenizLe saviez-vous ?
Nous devons ingérer 1 gramme de protéines (animales et/ou végétales) par kilo de poids et par jour. La spiruline, avec 60 à 70g de protéines pour 100g, est l’aliment végétal le plus riche en acides aminés et protéines.