Archive journalières: 6 janvier 2016

Les fruits et les légumes à manger en janvier

Chou de Milan, photo © Monticellllo / FotoliaLa météo particulièrement douce de l’automne et du début de l’hiver a pour effet d’avancer les récoltes de nombreux fruits et légumes d’hiver. Mais ce temps clément n’incite pas les consommateurs à les acheter, des espèces plus estivales comme la tomate continuant à être davantage demandées. Voici donc un petit rappel des fruits et légumes réellement de saison.

Légumes de janvier
Ail, betterave, cardon, carotte, céleri, choux, chou-fleur, chou de Bruxelles, courge, crosne, endive, mâche, navet, oignon, panais, poireau, pomme de terre, potiron et topinambour.

Fruits de janvier
Citron, clémentine, kiwi, mandarine, orange, poire et pomme.

8 millions d’arbres morts en forêt suite à la sécheresse de 2015

Logo France Bois Forêt
La forêt française a payé un lourd tribut lors de la sécheresse 2015 : 8 millions d’arbres plantés sont morts, soit le double de la mortalité moyenne observée ces dix dernières années.

À partir des relevés centralisés par le Département Santé des Forêts du Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt ainsi que des relevés de Météo France, l’ensemble de la France a été impactée, avec une forte concentration dans 44 départements où dans 37 % des plantations installées en 2015, près d’un plant sur deux est mort.

La situation est d’autant plus catastrophique que le changement climatique en marche laisse à penser aux experts que les sécheresses seront de plus en plus fréquentes  dans le futur. Il faut donc une nouvelle dynamique pour sécuriser les plantations et le bon renouvellement de la forêt française ; et ce alors que le rythme des plantations devrait s’accélérer pour adapter la forêt française au changement climatique. Un comble quand on sait que la forêt française capte 20 % des émissions nationales de CO2 et qu’elle contribue à l’atténuation du changement climatique.

Les forestiers, soutenus par l’ensemble de la filière, sont déjà mobilisés pour réparer les dégâts de la sécheresse. Devant l’ampleur de la catastrophe 2015, une cellule de crise interprofessionnelle a été mise en place et a constaté le 17 décembre que les seuls moyens des forestiers réunis ne suffiront pas. Pépiniéristes, reboiseurs, experts forestiers, coopératives forestières, propriétaires forestiers publics et privés demandent au gouvernement le déblocage d’une aide exceptionnelle. Parallèlement, conscients de la nécessité de considérer cette nouvelle donne climatique, ils travaillent à la mise en place de mécanismes garantissant le renouvellement et l’avenir de la forêt française.