8 millions d’arbres morts en forêt suite à la sécheresse de 2015

/, études et statistiques/8 millions d’arbres morts en forêt suite à la sécheresse de 2015

8 millions d’arbres morts en forêt suite à la sécheresse de 2015

Logo France Bois Forêt
La forêt française a payé un lourd tribut lors de la sécheresse 2015 : 8 millions d’arbres plantés sont morts, soit le double de la mortalité moyenne observée ces dix dernières années.

À partir des relevés centralisés par le Département Santé des Forêts du Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt ainsi que des relevés de Météo France, l’ensemble de la France a été impactée, avec une forte concentration dans 44 départements où dans 37 % des plantations installées en 2015, près d’un plant sur deux est mort.

La situation est d’autant plus catastrophique que le changement climatique en marche laisse à penser aux experts que les sécheresses seront de plus en plus fréquentes  dans le futur. Il faut donc une nouvelle dynamique pour sécuriser les plantations et le bon renouvellement de la forêt française ; et ce alors que le rythme des plantations devrait s’accélérer pour adapter la forêt française au changement climatique. Un comble quand on sait que la forêt française capte 20 % des émissions nationales de CO2 et qu’elle contribue à l’atténuation du changement climatique.

Les forestiers, soutenus par l’ensemble de la filière, sont déjà mobilisés pour réparer les dégâts de la sécheresse. Devant l’ampleur de la catastrophe 2015, une cellule de crise interprofessionnelle a été mise en place et a constaté le 17 décembre que les seuls moyens des forestiers réunis ne suffiront pas. Pépiniéristes, reboiseurs, experts forestiers, coopératives forestières, propriétaires forestiers publics et privés demandent au gouvernement le déblocage d’une aide exceptionnelle. Parallèlement, conscients de la nécessité de considérer cette nouvelle donne climatique, ils travaillent à la mise en place de mécanismes garantissant le renouvellement et l’avenir de la forêt française.

 

By |2016-01-05T23:31:44+00:00janvier 6th, 2016|arbre ou arbuste, études et statistiques|2 Comments

About the Author:

Agronome de formation et jardinier passionné depuis sa plus tendre enfance, collectionneur de plantes, Alain Delavie a exercé différents métiers toujours en étroite relation avec le monde végétal et le jardin, en commençant par celui de pépiniériste collectionneur avant de devenir journaliste, spécialisé dans le jardinage et la météorologie. Il est aujourd'hui rédacteur en chef du magazine Rustica Hebdo et conseiller éditorial du site www.rustica.fr

2 Comments

  1. Arnould 7 janvier 2016 at 14 h 06 min

    Sans compter qu’avec cet hiver qui ne vient pas, on risque d’avoir un développement important de tout un tas de parasites. Et en cas d’invasion de scolytes par exemple, la littérature donne peu de conseils autre que l’arrachage+brulage. En préventif on peut utiliser des pièges à phérormones, encore faut-il s’y prendre assez tôt.

  2. jpp 6 janvier 2016 at 11 h 15 min

    Les jeunes arbres de mon verger ont eu chaud en effet : Et de plus : interdictions partielles d’arroser , 500 mètres à faire pour aller chercher de l’eau. ..
    Le principal problème de la filière bois , c’est quels arbres planter pour dans 50 ans : on a aucune idée précise du climat qu’il pourra y avoir.

Leave A Comment


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies and third party services. Oui