Archive journalières: 18 novembre 2012

Dvd de formation en taille japonaise (Niwaki) par Frédérique Dumas

Frédérique Dumas, spécialiste en art du jardin japonais et de la taille japonaise authentique, publie un premier DVD sur la création d’un niwaki au tronc droit ou style « Chokukanshitate ».

DVD Vidéo Niveau 1 - Le cyprès Niwaki tronc droit style "Chokukanshitate" / Frédérique Dumas

Diplômée en agronomie et arboriculture, passionnée par la taille des arbres depuis plus de 35 ans et formée ces dernières années au Japon, Frédérique Dumas est enseignante en art du jardin japonais et de la taille japonaise authentique depuis 2006, auteure des ouvrages « La taille japonaise, le zen au jardin – Niwakizendô » paru en 2009 aux Éditions du Souffle d’Or, ainsi que de « La taille japonaise en pratique » paru en 2010, ré-édité en 2012, toujours aux mêmes éditions.
Depuis 2006, Frédérique Dumas a formé plus de 100 stagiaires venant de France, mais également de Hollande, de Belgique, de Suisse, de Pologne, d’Angleterre et même du Québec. Forte de cette expérience et de ces acquis, elle a décidé de créer ses propres éditions – les Éditions Katsura – qui vont publier, entre autres, cette série de DVD.
Ce DVD est commercialisé par la e-boutique www.niwaki-et-niwashi.com, mais il est disponible également, entre autres, sur AMAZON et à la FNAC.

DVD Vidéo Niveau I – Le cyprès – niwaki au tronc droit style « Chokukanshitate », 70 mn, 29 euros.

Prix Saint-Fiacre 2012 : « Le Jardin Perdu » de Jorn de Précy

Le Prix Saint-Fiacre, Prix des journalistes de jardin, récompense depuis 1971 un ouvrage de langue française, abordant les thèmes du jardin, du jardinage ou ceux du monde végétal. Il reste abordable pour le plus grand nombre : c’est un prix avant tout destiné au grand public. Afin de prendre en compte la diversité des ouvrages sur l’horticulture, le jardinage et la flore, et suivant la richesse des publications de l’année, l’AJJH décerne également des Prix thématiques (mentions) en nombre et à l’intitulé variable. Pour l’année 2012, le lauréat est Le Jardin Perdu de Jorn de Précy (Actes Sud).

Objectifs du prix
Les principaux critères appréciés par le jury sont les suivants :

  •  la qualité du traitement du sujet
  • l’originalité dans le traitement du sujet et/ou sa nouveauté
  • la qualité de son illustration et du support.

Le jury veille par ailleurs à distinguer le travail des maisons d’éditions, quelque soit leur taille ou leur implantation géographique.

Ouvrages concernés
Peuvent concourir les livres de création française de l’année, individuelle ou collective, publiés entre le 1er juin et le 31 mai de l’année suivante. Les traductions ne sont retenues que si elles apportent un éclairage original et d’actualité, encore non traité par un auteur français.

Le Jardin Perdu / Jorn de Précy / Actes Sud

Le Jardin Perdu, de Jorn de Précy, « traduit » par Marco Martella, (Actes Sud)
« Dans notre société actuelle, un livre qui traite de l’esprit du jardin ne peut faire que surprendre et de finir par séduire, s’il est admirablement écrit, intelligent, facile à lire, riche d’enseignements et débordant de poésie… Le Prix Saint-Fiacre 2012 fait partie des livres que l’on garde jalousement avec soi, le temps de tout lire d’une traite ou plutôt de tout déguster. On en reprend des lignes, on se dit qu’on a lu trop vite, qu’on n’a pas bien senti fondre tous les mots. Malgré cela, c’est trop vite quand même qu’on le termine et que l’on découvre le mot de la fin. Surtout, surtout, n’y allez pas tout de go ! Laissez-vous balader aux bras du poète et philosophe qu’est l’auteur, laissez-vous bercer par le plaisir d’imaginer ce jardinier islandais du XIXème siècle qui parle si bien des jardiniers, du jardinage, des jardins, de ceux d’aujourd’hui même, ou plutôt, de ceux qui commencent à voir le jour aujourd’hui. On s’étonne de son esprit d’anticipation, on savoure son esprit tout court, tout en traversant des jardins historiques, des parcs de villes, son jardin… On voudrait retenir sa définition des jardins, du « jardinier-poète », celle du jardinage, sa vision des jardins historiques ou des parcs publics, « la leçon du monde végétal »… Et ce que rappelait son ami philosophe « … les beaux parcs anciens n’étaient pas faits pour les princes mais pour que n’importe qui puisse s’y comporter en prince ». Et puis ceci, pour que les erreurs que nous faisons tous, au jardin, n’entachent pas notre bonheur de jardiner : « C’est toujours bon signe. Cela veut dire que vous avez aménagé votre jardin avec passion, sans prudence, en vous fiant à votre amour plus qu’aux règles de l’art »… On voudrait retenir toutes les phrases de ce livre de Jorn de Précy, « traduit » par Marco Martella, qui dit si bien comment approcher le jardin, comment l’appréhender, le démarrer, l’entretenir, le ressentir, l’aimer…, dans quel esprit. Et qui laisse entendre ce que nombre d’entre nous semblent encore vouloir ignorer : si autrefois la nature a conduit à faire les jardins, on sent bien, comme Jorn de Précy avant nous, qu’aujourd’hui, les jardins nous conduisent à la nature. » (Nadia de Kermel, membre du jury du Prix Saint-Fiacre) (suite…)

Les Troc’Heures, un an après le lancement

Les Troc'Heures (DR)

Depuis le lancement du site en juin 2011, les Troc’Heures ont déjà conquis la France entière. Les Troc’Heures, première plateforme d’entraide, repose sur un principe simple : échanger entre particuliers un savoir-faire et du temps pour bricoler.

S’il est vrai que les hommes sont les plus nombreux à s’être inscrits (3254 membres soit 59%), les femmes sont elles aussi bien représentées avec 2278 membres soit 41%. Les jeunes (25-35 ans) sont majoritaires, mais les séniors (45 ans et plus) représentent les membres actifs les plus importants pour les gros travaux type plomberie et électricité.

Les compétences les plus recherchées
Avec 1972 membres actifs, le jardinage occupe le haut du palmarès des compétences les plus recherchées, mais pas forcément des mieux maîtrisées. Avec 2619 membres actifs, c’est la peinture qui est la mieux maîtrisée, suivi de près par l’aide au nettoyage avec 2462 membres. Si la plomberie / sanitaire est une compétence très recherchée (en 2ème position après le jardinage), ils ne sont que 952 membres actifs à véritablement maîtriser cette discipline. L’installation électrique est plutôt bien maîtrisée avec 976 membres actifs.

Les Troc’Heures par région
En fonction des régions, les compétences recherchées ou maîtrisées varient.
N°1 des régions les plus actives, Paris et la région parisienne occupe le haut du tableau avec 1426 membres et 725 annonces. Les compétences les mieux maîtrisées par les parisiens sont le jardinage, la peinture et l’installation électrique. Mais ils recherchent majoritairement une aide en matière de maçonnerie, plaque de plâtre et cloison, enduits et plomberie.
N°2 des régions les plus actives, le Rhône représente 590 membres et 172 annonces. Les Rhodaniens maîtrisent bien la plomberie, la peinture et l’installation électrique. Les compétences les plus recherchées sont justement la plomberie et l’installation électrique.
N°3 des régions les plus actives, la région PACA représente 519 membres et 172 annonces. Les Pacaïens proposent leur aide en matière de jardinage, peinture et électricité. Cette dernière est une des compétences les plus recherchées par les inscrits de la région avec la maçonnerie et les plaques de plâtre et cloisons.
N°4 des régions les plus actives, le Nord Pas-de-Calais représentent 492 membres et 233 annonces. Ce sont majoritairement des heures de jardinage, de plomberie et d’installation électrique qui sont proposées. La plomberie est la plus recherchée avec des compétences en matière de maçonnerie, de pose de plaque de plâtre et de cloison.
N°5 des régions les plus actives, la Bretagne représent 358 membres et 127 annonces. Parmi les compétences maîtrisées : le jardinage, la plomberie, l’installation électrique et la peinture. Les compétences les plus recherchées sont la plomberie et l’installation électrique.

Pour rejoindre la communauté des Troc’Heures : www.lestrocheures.fr

La filière Semences et Plants exporte l’équivalent de 18 Airbus

Le dynamisme remarquable des exportations françaises de semences et plants ne faiblit pas malgré un contexte économique tendu et permet à la filière d’atteindre le niveau exceptionnel de 1 234 M€. Malgré le bond des importations à 568 M€ (+19%), le solde excédentaire de la balance commerciale atteint un nouveau record de 666 M€.

Ainsi, la filière semences et plants participe à hauteur de 18.6% au solde de la balance commerciale du commerce extérieur français des produits agricoles, sylvicoles et piscicoles qui accuse un recul de 5% en raison d’un net ralentissement des ventes agricoles qui avaient atteint un niveau exceptionnellement élevé en 2010/11. Les entreprises de la filière, en majorité des PME et des coopératives, ont commercé cette année avec près de 155 pays.

La croissance des exportations tirée par les semences de maïs
À l’exception des fourragères et des florales, les exportations de toutes les espèces progressent et le maïs affiche la plus forte croissance. Avec 494 M€ (+54 M€), il représente à lui seul 40% des exportations de la filière. Le trio de tête, constitué du maïs, des potagères (avec 283 M€, soit +42 M€) et des oléagineux (avec 180 M€, soit +29 M€), représente quant à lui près de 80% du total exporté. Cette année, malgré une production nationale record, il a fallu faire appel aux marchés extérieurs de production en contre-saison (Amérique du Sud), afin de pallier la demande supplémentaire française en maïs et tournesol induite par les ressemis de printemps suite au gel de février. Ces importations imprévues ont influencé en partie le solde de la balance commerciale.

L’Union Européenne confirme son rang de première zone cliente de la France
Plus de 70% des exportations de semences françaises sont à destination de l’Union Européenne, avec l’Allemagne qui affirme son poids prépondérant au sein de la zone (221 M€). En termes d’espèces, le maïs et les potagères ont contribué à part égale (+61 M€) à l’augmentation des exportations vers l’Union européenne (+100 M€ sur la période). Les oléagineux et les betteraves ne sont pas en reste avec une contribution supplémentaire de plus de 20 M€ chacun.

Pays tiers : toujours cap à l’Est
Le solde excédentaire des échanges de la France avec les pays tiers enregistre une hausse de 9% pour atteindre la valeur record de 216.5 M€ grâce à des exportations qui ne cessent de se développer (+16.5%), car cette année les importations ont fortement progressé (+31%).
La croissance des exportations sur la CEI Occidentale, première zone cliente hors UE (135 M€) ne faiblit pas, avec deux pays phares : La Russie (69 M€) et l’Ukraine (55 M€), boostée par les ventes de maïs (+87%) et de tournesol (+17%).
Les ventes de semences repartent à la hausse vers le Maghreb (+5%). Elles gagnent 10% sur le Proche et Moyen Orient, mais les importations en hausse de 11% stabilise le solde bénéficiaire de la balance commerciale avec la zone à 40 M€. Les exportations vers l’Afrique sub-saharienne (25 M€) continuent quant à elles d’afficher une croissance rapide et régulière : +20% en moyenne sur quatre ans.
Les exportations vers l’Asie reprennent (+11%) et totalisent 18 M€.
Si le solde de la balance commerciale reste négatif vers les Etats Unis (-20 M€), il enregistre une amélioration de +12% grâce à des exportations qui ne cessent de progresser depuis trois ans maintenant, en particulier des potagères.
Par contre, le déficit ce creuse de nouveau avec l’Amérique Latine (-17 M€) et le Chili notamment.

(Source : GNIS, 14 novembre 2012)

Le Pacte pour le Jardin devient une association

Les 31 signataires de l’opération « Pacte pour le Jardin » ont renouvelé leur engagement pris au printemps dernier en créant le 7 septembre dernier une association de loi 1901 afin de promouvoir les bienfaits et les bénéfices des jardins pour tous. L’association s’inscrit dans la durée afin de constituer à terme un interlocuteur privilégié des pouvoirs publics.

Considérant que le jardin et les jardiniers peuvent jouer un rôle essentiel pour faire de la France un pays exemplaire en matière de biodiversité, de santé et de lien social, le Pacte pour le Jardin s’articule autour de 10 propositions qu’il entend soumettre au débat public pour défendre une vraie politique sur tous les territoires.

  1. Améliorer les conditions de vie et permettre à la nature de se réimplanter en France
  2. Permettre l’adaptation des villes au changement climatique en développant des surfaces végétalisées
  3. Favoriser l’accès des ménages les plus modestes à des fruits et légumes de qualité
  4. Développer la vie de quartier
  5. Encourager les initiatives permettant de réduire les pollutions non agricoles et de restaurer la qualité des eaux
  6. Soutenir la création de jardins en milieux hospitaliers, médicosociaux et tout lieu d’enfermement
  7. Créer dans les espaces publics des vergers et potagers conservatoires
  8. Sensibiliser petits et grands aux enjeux de l’agronomie
  9. Soutenir l’essor du jardin dans les établissements d’enseignement
  10. Soutenir la création artistique dans les jardins

Les 31 partenaires du Pacte en 2012
Association des Applicateurs des Produits PhytosanitairesAssociation Française de Protection des PlantesBotanicChambre syndicale des Améliorants organiques et Supports de cultureVille de Chambly – Conseil National des Jardins Collectifs et Familiaux – Comité 21Domaine de Chaumont-sur-LoireDomaine de Saint-Jean de BeauregardÉcocertAssociation Les Éco MairesÉcole Nationale Supérieure Agronomique de ToulouseFédération Nationale des Jardins Familiaux et CollectifsFédération des Magasins de Bricolage et de l’aménagement de la maisonFédération Nationale des Métiers de la JardinerieFédération des Villes Moyennes – Génération Jardin – Groupement National Interprofessionnel des Semences et plantsJardin Art et SoinJardins et SantéJardiniers de FranceJardinotLe Printemps des JardiniersLe Réseau Arboriste ÉlagueurLa Ligue de l’EnseignementNoé ConservationPromojardinSalon VertLe Savoir Faire Horticole FrançaisSociété Française des GazonsUnion des entreprises pour la Protection des Jardins et des espaces publics

La feuille de route de l’association commence par la préservation de la biodiversité
Quatre groupes de travail ont vu le jour afin de faire échos aux orientations issues de la Conférence environnementale pour la transition écologique de mi-septembre :

  • la biodiversité ;
  • l’éducation à l’environnement et au développement durable ;
  • la santé ;
  • l’énergie et le climat.

Les membres de l’association Pacte pour le Jardin ont conscience que le jardin est au cœur de grands enjeux de société. Le collectif souhaite que le développement de l’action de l’association se situe dans la durée afin de constituer à terme un interlocuteur actif auprs des pouvoirs publics.

Pour rejoindre le Pacte, connectez vous sur le site www.pactejardin2012.com