Archive journalières: 21 décembre 2009

Solstice d’hiver

Arrivé avant l’heure avec grosses gelées et averses de neige ou de grésil, l’hiver débute officiellement aujourd’hui.

Cette année le solstice d’hiver tombe le 21 décembre à 18 h 46 mn 48 s en heure légale française. Cette date marque le début de la saison. C’est la date où, sous nos latitudes, le Soleil se lève le plus au sud-est et se couche le plus au sud-ouest. C’est également la date où la durée de la nuit est maximale et la durée du jour est minimale. À partir du solstice d’hiver les jours recommencent à croître, mais pas de manière symétrique le matin et le soir. En effet nous utilisons comme échelle de temps un Soleil moyen, ainsi le Soleil continue de se lever en temps moyen de plus en plus tard même après le solstice (jusqu’au 2 janvier), alors qu’en début de mois de décembre, l’heure du coucher du Soleil décroît jusqu’au 13 décembre puis se met à croître.

Le Noël du château de Vaux-le-Vicomte

Le Château de Vaux le Vicomte change d’atmosphère pour fêter son Noël 2009. Forêt enchantée, symphonie de lumières, profusion de décorations… Le Château innove et propose au public un décor totalement inédit en France jusqu’au 3 janvier 2010.


Pour clôturer son programme de festivités, la famille Vogüé présente pour Noël un décor totalement nouveau alliant mise en scène magique et centaines de personnages, animaux, décorations de Noël pour petits et grands. En effet, pour fêter Noël 2009, l’intérieur du château de Vaux le Vicomte change complètement d’atmosphère et crée la surprise avec une étonnante forêt et un décor totalement inédit en France.

Le Grand Salon reste le point d’orgue avec une forêt pas comme les autres. Deux chemins jalonnent cet enchevêtrement d’arbres et croisent de nombreuses surprises : animaux des bois, personnages enchantés et petites clairières féériques.

Ensuite chaque salon d’apparat présente un univers différent où se déploient créativité, foisonnement de couleurs, symphonie de lumières et profusion de décorations de toutes sortes. Loin des canons classiques du décor de Noël, le Château de Vaux le Vicomte innove avec un décor original, spectaculaire, et d’une très grande recherche. La richesse de celui-ci ne manquera pas de ravir les parents et de toucher l’imaginaire des enfants.

À l’extérieur du château, la magie continue d’opérer avec, dès l’arrivée dans la cour d’honneur, une allée de sapins blancs et un tourbillon de neige artificielle qui se met à tomber toutes les heures. Quant au parterre central du jardin de Le Nôtre, il est recouvert d’une multitude de guirlandes lumineuses qui font scintiller buis et boulingrins et laissent apparaître le tracé des magnifiques broderies.

Indépendamment de la visite du château, petits et grands pourront assister à la représentation d’un merveilleux conte de Noël : Cendrillon. Alliant humour et interactivité, actions et féerie, la Compagnie du Thalie Théâtre invite petits et grands à découvrir une adaptation du fameux conte de fées, inspiré de Charles Perrault et des frères Grimm.

Et pour rendre encore plus royale cette journée, les parents pourront louer pour leurs enfants des costumes de princes, princesses, mousquetaires…

Informations pratiques :
Château de Vaux-le-Vicomte, 77950 Maincy.
Tous les jours de 11 h à 18 h 30, 17 h les 24 et 31 décembre, fermeture le 25 décembre et le 1er janvier.

Renseignements au tél. : 01 64 14 41 90, par mél : chateau@vaux-le-vicomte.com et sur le site www.vaux-le-vicomte.com.
Réservations : Billetterie en ligne sur www.vaux-le-vicomte.com, Fnac et autres revendeurs.

Tarifs :
– sans le spectacle de Cendrillon, incluant la visite libre du château et des jardins : 13 € pour les enfants (gratuit pour les moins de 6 ans), 16 € pour les adultes, 52 € pour les familles (deux adultes et deux enfants),
– incluant le spectacle de Cendrillon, la visite du château et la visite des jardins (en costume pour les enfants) : 24 € pour les enfants, 27 € pour les adultes.
– location de costumes pour les enfants : 4 € par costume.

Sale temps pour les plantes exotiques

Après un automne doux et humide, l’arrivée brutale des fortes gelées accompagnées d’un vent glacé et desséchant, puis de la neige, malmène les nombreuses plantes exotiques laissées à l’extérieur.

Grosse potée de palmier par temps de gel et de neige, Bassin de la Villette, Paris 19ème, photo Alain Delavie

Grosse potée de palmier par temps de gel et de neige, Bassin de la Villette, Paris 19ème, photo Alain Delavie

Même pour les plantes suffisamment rustiques (les températures sont descendues à -4 °C aux heures les plus froides), le froid leur donne un aspect inquiétant. Le feuillage pend lamentablement, avec des couleurs ternies. Mais les feuilles se redressent un peu dans la journée, quand les températures redeviennent positives.

Les plus frileuses qui ne supportent pas la moindre gelée, sont maintenant complètement cuites si elles n’avaient pas été protégées avec force voile d’hivernage. J’ai laissé mon pot de Begonia Dragon Wing sans protection comme toutes les plantes que je cultive comme des fleurs annuelles.

Potée de Begonia Dragon Wing gelé sur mon balcon, décembre 2009, photo Alain Delavie

Potée de Begonia Dragon Wing gelé sur mon balcon, décembre 2009, photo Alain Delavie

Aujourd’hui, il a tout d’une salade cuite alors qu’il était encore en fleur la semaine dernière. Encore un hiver fatal aux bégonias ! Je n’ai eu qu’un seul hiver suffisamment doux depuis que je suis dans mon appartement qui avait permis aux plantes vivaces non rustiques (bégonias, impatiens) de passer la mauvaise saison et de repartir au printemps suivant.
J’avais aussi laissé en place une suspension de phalangère (Chlorophytum). J’en ai gardé pendant des années sans protection particulière dehors, mais la vague de froid de ces derniers jours a saisi ma potée et l’a glacée complètement.

Suspension de phalangère gelée sur mon balcon, décembre 2009, photo Alain Delavie

Suspension de phalangère gelée sur mon balcon, décembre 2009, photo Alain Delavie

Mais avec les phalangères, il ne faut pas se précipiter et tout jeter aux premières gelées. J’ai eu des pieds dont le feuillage a complètement gelé et qui sont repartis au printemps suivant, très tardivement. Heureusement, j’avais protégé ou rentré depuis longtemps toutes les belles exotiques que je souhaitais garder. Cette année, je n’aurai pas de sorbet de cactus !