Archive journalières: 19 août 2013

Fenêtre fleurie bleue, blanche et rouge (Paris 18e)

Fenêtre fleurie au 8-10 de la rue d'Orchampt sur la Butte de Montmartre en été, Paris 18e (75)
Fenêtre, mur et supports jardinières blancs, contenants d’un bleu soutenu, des fleurs blanches et roses rouges (beaucoup de géraniums zonales)… Ce petit jardin fleuri suspendu s’admire quand on passe dans la rue d’Orchampt sur la Butte de Montmartre (Paris 18e).

Fenêtre fleurie au 8-10 de la rue d'Orchampt sur la Butte de Montmartre en été, Paris 18e (75)

Ce mini jardin parisien et montmartrois compose un ensemble bleu, blanc, rouge qui évoque tout à la fois les couleurs de la France mais aussi les couleurs des iles grecques surtout quand le soleil darde ses rayons sur la façade de l’immeuble en été. Une touche très fleurie dans cette rue pas vraiment verte, mais très fréquentée par les touristes qui vont voir l’ancienne maison de Dalida située un peu plus loin par rapport à l’immeuble à la fenêtre tricolore. Quant aux géraniums, ils montrent encore une fois combien ils sont florifères, des valeurs sûres pour longtemps encore.

Pariétaire et morelle noire, deux sauvageonnes parisiennes

Morelle noire et pariétaire dans la rue Saint-Vincent sur la Butte de Montmartre en été, Paris 18e (75)
Parmi les nombreuses mauvaises herbes ou plutôt les plantes sauvages qui vivent dans Paris, la morelle noire (Solanum nigrum) et la pariétaire (Parietaria officinalis ou P. judaica ?) sont très communes et poussent avec une belle vigueur.

Morelle noire et pariétaire dans la rue Saint-Vincent sur la Butte de Montmartre en été, Paris 18e (75)
Sur les deux photos, la grande plante au centre avec les petites boules vertes, c’est la morelle noire, dénommée également tue-chien ou raisin du loup. À son pied, en tapis dense le long du mur, c’est la pariétaire, qui porte aussi les noms de casse-pierre, perce-muraille ou épinard des murailles. Des appellations très évocatrices !

La première est annuelle, toxique et appartient à la famille des Solanacées, la seconde est vivace et fait partie des Urticacées.

Très envahissantes quand elles s’installent, ces herbes sauvages sont faciles à arracher. Le plus tôt avant la formation des baies ou des graines permettant d’éviter une propagation vite incontrôlable.

 

Athyrium nipponicum ‘Ursula’s Red’

Athyrium nipponicum 'Ursula's Red' dans la jardinerie Truffaut d'Ivry-sur-Seine (94)
Les fougères ne se plaisent guère sur mon balcon pourtant ombragé où je peine à les réussir sans trop savoir pourquoi, mais chaque fois que j’en découvre une nouvelle variété, je suis attiré par la beauté et la délicatesse du feuillage. En passant dans la jardinerie Truffaut d’Ivry-sur-Seine (94), j’ai remarqué cette espèce au feuillage vert teinté d’argent avec des nervures pourpres.

Athyrium nipponicum 'Ursula's Red' dans la jardinerie Truffaut d'Ivry-sur-Seine (94)

Les « plumes » qui composent une fronde de cette variété de fougère peinte japonaise ont l’air d’avoir été délicatement dessinées. (suite…)