À propos des plantes sauvages, non cultivées.

Le moindre interstice permet aux plantes sauvages de pousser

Il ne faut pas grand chose pour permettre à la nature de reprendre ses droits dans la ville. Les plantes savent trouver le moindre emplacement qui leur permettra de se développer et peut-être de se reproduire. Démonstration en photos prises sur l'Île de la Cité près de la statue d'Henri IV et le Pont Neuf.

Anthrisque ou cerfeuil des bois, si joli au début du printemps

J'avais déjà remarqué cette belle fleur sauvage sur un talus ombragé de la Petite Ceinture dans Paris la semaine dernière, mais j'ai pu en admirer des tapis lors de mon récent séjour en Normandie, notamment dans le parc de l'Abbaye de Jumièges.

Par |2019-04-27T19:00:26+02:0027 avril 2019|fleur, plante sauvage|5 Commentaires

Matricaire camomille, florifère et résistante à la sécheresse et canicule

Tapis dense de feuillage finement découpé et bien vert foncé et constellations de petites marguerites, telle se présente la matricaire camomille (Matricaria recutita) dans les jardins et les parcs assoiffés et écrasés par la chaleur estivale. Avouez que cela vaut bien certains anthémis ou d'autres fleurs annuelles...

Réséda sauvage, fleur de Paris

Le réséda pousse à l'état sauvage dans Paris et la région parisienne. En passant dans la rue des Ardennes (Paris 19e), le long de la Petite Ceinture, j'ai photographié ces beaux pieds couverts d'épis de fleurs. Spectacle sympathique qui montre combien la nature peut bien faire les choses, même dans une grande ville...