Archive journalières: 18 août 2013

Une fleur d’althéa

Fleur d'althéa (Hibiscus syriacus) sur la Butte de Montmartre en été, Paris 18e (75)
J’aime les hibiscus exotiques avec leurs grandes fleurs aux couleurs souvent incroyables, mais j’apprécie tout autant notre hibiscus rustique, l’althéa (Hibiscus syriacus), un arbuste qui fleurit tout au long de l’été avec générosité. Les variétés à fleurs simples ont ma préférence, le moindre rayon de soleil leur donnant une belle transparence.

Fleur d'althéa (Hibiscus syriacus) sur la Butte de Montmartre en été, Paris 18e (75)
Des pétales immaculés, un coeur sanglant, beaucoup d’élégance dans la simplicité. Et une floraison qui se renouvelle sans cesse tout au long de l’été.

(suite…)

Tag Weed 4 life

Weed 4 life, graffiti dans une rue de la Butte de Montmartre en été, Paris 18e (75)

Un graffiti photographié hier dans une rue de la Butte de Montmartre (Paris 18e) où je me baladais pour nourrir mon blog avec de nouvelles idées jardinières et parisiennes. Sur le coup, j’ai traduit « weed » par mauvaise herbe, je trouvais le slogan assez sympa, une mauvaise herbe pour la vie… Mais il n’en est rien, ce tag fait allusion à l’herbe qui se fume, la marijuana, le cannabis (sic !).

N’étant pas du tout un adepte, je n’ai pas reconnu la feuille à sept folioles caractéristique de cette herbe défendue. C’est en tapant « weed 4 life » dans Google que j’ai compris.
Je n’adhère pas à ce slogan (je suis totalement « life without weed »), mais il existe, dessiné dans la capitale… Et il ne parle pas de mauvaise herbe pour celles et ceux qui ne parlent pas l’anglais.

D’où l’intérêt d’avoir toujours le réflexe de vérifier sur Internet ou ailleurs ce que peut signifier une inscription sur un mur, aussi anodine qu’elle puisse paraître parfois et même si elle s’affiche à la vue du plus grand nombre…

Croissance ultra rapide du Sphaeralcea ‘Newleaze Coral’

Sphaeralcea 'Newleaze Coral' (Malvacées) sur mon balcon en été, Paris 19e (75)
Le petit pied acheté lors des Journées des Plantes de Courson l’automne dernier est devenu un bel arbuste de près d’un mètre de hauteur qui dépasse maintenant la rambarde de mon balcon. Et chaque matin, une nouvelle flopée de fleurs d’un bel orange abricot doux s’ouvrent dès que le soleil vient les réchauffer. J’adore !!!

Sphaeralcea 'Newleaze Coral' (Malvacées) sur mon balcon en été, Paris 19e (75)
La plante a des tiges très fines qui se ramifient toutes seules sans avoir besoin de les pincer. Elles sont cassantes comme du verre et il faut tuteurer la touffe pour qu’elle ne souffre pas des coups de vent ou des gestes un peu brusques du jardinier qui doit se faire très mince pour passer sans effleurer l’arbuste de plus en plus volumineux et encombrant. Mais quand on casse une branche pourvu de boutons floraux, elle continue à fleurir si on la place dans un vase rempli d’eau. Bonne nature !

(suite…)

Pinellia pedatisecta, une exotique rustique

Pinellia pedatisecta (Aracées) sur mon balcon en été, Paris 19e (75)
Je cultive cette espèce depuis plus d’une dizaine d’années maintenant sur mon balcon parisien, sans aucune protection hivernale particulière. Chaque année au printemps, les bulbes repoussent et redonnent très vite un feuillage opulent, exotique à souhait, vite suivi par les curieuses inflorescences vert amande. Prolifique, Pinellia pedatisecta produit une grande quantité de graines qu’il faut récupérer avant qu’elles ne tombent, sinon elles se ressèment partout dans les potées et jardinières voisines où j’enlève souvent des semis spontanés.

Pinellia pedatisecta (Aracées) sur mon balcon en été, Paris 19e (75)

Plus que la floraison curieuse, je préfère le feuillage, les grandes feuilles étant profondément découpées et portées par un pédoncule immense taché façon léopard. Une caractéristique que l’on retrouve chez de nombreux Arisaema et Amorphophallus, des espèces de la même famille beaucoup moins faciles à cultiver sur un balcon parisien. Avec Pinellia pedatisecta, la croissance est tellement vigoureuse qu’il faut très vite songer à l’installer dans un pot plus grand. En quelques années, il peut remplir une grande jardinière si on le laisse se développer. Cette espèce se propage à la fois dans le sol en donnant des bulbilles nombreux et en se ressemant, chaque inflorescence donnant un grand nombre de graines qui germent sans difficulté d’une année sur l’autre.

Le pied que j’ai photographié est le résultat en partant d’un tout petit bulbe il y a deux ans… Belle vigueur !