Quelle biodiversité les citadins d’Île-de-France veulent-ils dans les jardins publics ?

Natureparif vous invite à la restitution de l’étude Jardin virtuel :  « Quelle biodiversité les citadins d’Île-de-France veulent-ils dans les jardins publics ? »

Cette étude a été réalisée par Assaf Shwartz et Hélène Cheval, doctorants au Muséum National d’Histoire Naturelle et à l’Université Paris 1 la Sorbonne qui s’est déroulée au sein de l’AP-HP.

Vendredi 10 février 2012 de 16h à 18h
Hôtel de ville de Paris,
Salle des conférences, 5, rue Lobau, 75004 Paris (Métro : lignes 1 et 11, station Hôtel de Ville).
Journée gratuite.
Inscription individuelle obligatoire auprès de Marjorie Millès, marjorie.milles natureparif.fr (attention, nombre de places limité).
Confirmation d’inscription et pièce d’identité vous seront indispensables pour accéder à l’Hôtel de Ville.

Enquête « Jardin public du bassin parisien »

Nature et biodiversité, deux mots pour des perceptions très différentes…
2010 était l’année mondiale de la biodiversité, elle aura été un moment de communication fort qui a permis au grand public de mieux connaître le terme « biodiversité ». Cependant, pour les citadins, si le concept devient plus clair, l’appréhension de la nature se fait de plus en plus virtuelle et il est nécessaire de comprendre ce qui se cache derrière la demande de nature exprimée de plus en plus fortement par nos concitoyens.

L’enquête Jardin public
Elle s’inscrit dans le cadre d’une thèse pluridisciplinaire écologie-géographie financée par la région Ile-de-France, et codirigée par le Muséum national d’Histoire naturelle et l’Université Paris I- Sorbonne. La thématique porte sur les raisons de favoriser la biodiversité en ville, et questionne dans ce cas précis la demande de biodiversité par les habitants. La méthode consiste à proposer à un panel de franciliens de définir à l’aide d’un logiciel ludique le petit parc urbain qu’ils souhaiteraient trouver près de chez eux (l’enquête s’adresse donc plutôt à des urbains). Le logiciel propose un large choix d’items en lien ou non avec la biodiversité. Bien entendu, le participant n’est pas prévenu à l’avance que l’enquête est focalisée sur cet aspect, puisqu’il s’agit par ce biais de recueillir la demande spontanée de biodiversité.

Dessiner son jardin
L’enquête nécessite 15 à 30 minutes devant un ordinateur avec l’assistance technique permanente d’un encadrant du Muséum. Le participant construit pas à pas son jardin, puis rempli un questionnaire anonyme et bref sur son rapport actuel et dans son enfance à la nature. Aucune question ne concerne sa santé. À l’issue de l’enquête, le participant peut imprimer une image du jardin réalisé s’il le souhaite.

Participation des Hôpitaux
Les patients de certains services qui peuvent se déplacer et qui sont en pleine possession de leur moyen de réflexion peuvent avoir le temps et l’envie de participer à cette enquête présentée comme une étude sur les jardins publics parisiens menée par un laboratoire de la Sorbonne (afin de garder la plus grande neutralité par rapport au thème biodiversité). Dans un lieu public de l’hôpital (par exemple la cafétéria), le dispositif s’est mis en place dans différents hôpitaux de l’AP-HP de mars à juin 2011.

Commentaire (1)

  1. bellaciao

    j’imagine que les résultats doivent être très divers ….. et vont peut être remettre les pendules à l’heure en ce qui concerne la réelle perception de la nature par toute une frange « écolo chic » qui oeuvre un peu à tort et à travers dans ce domaine ….belle idée, ce logiciel, ce serait bien qu’il soit diffusé ……

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.