Archive journalières: 2 février 2012

Exposition L’Arbre et le photographe / 3 février – 22 avril 2012

L’exposition L’Arbre et le photographe présente une centaine de photographies du XIXe siècle à nos jours, principalement issues des collections des Beaux-arts de Paris, sur le thème de l’arbre et de la forêt.

Exposition L’Arbre et le photographe, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts

L’arbre a toujours fasciné, visuellement, graphiquement et symboliquement. Riche d’un fonds exceptionnel de plus de 70 000 photographies, l’École nationale supérieure des beaux-arts se propose d’en exposer une centaine consacrée à ce thème. De la vivifiante forêt de Barbizon à la ville paysagée, des nostalgiques promenades d’Atget à l’orientalisme fleurissant, après les peintres, les dessinateurs et les graveurs, les photographes du XIXe siècle ont réussi à en restituer toute la poétique réalité.

L’exposition présente des photographies toutes signées des grands maîtres du XIXe siècle : les familiers de la forêt de Fontainebleau, Alfred Briquet, Paul Berthier, Alexandre Famin, Henry Langerock, Achille Quinet ; les amoureux de la ville, Eugène Atget, Giacomo Caneva, Jean Laurent, Charles Marville, Séraphin Mieusement ; les pionniers des lointains, Désiré Charnay, Félix Bonfils, Luigi Fiorillio, G. Lékégian, Pascal Sebah, Félix Teynard, Zangaki.

Cet ensemble patrimonial trouve un prolongement dans une présentation de photographies contemporaines réalisées par des professeurs de l’École, Jean-Marc Bustamante, Éric Poitevin, et de jeunes artistes diplômés de l’École : Claire Adelfang, Fanny Beguery, Domitille Chaudieu, Lukas Hoffmann, Hermann Wendler ; mais aussi par des artistes de renom tels Anna et Bernhard Blum, Béatrice Caracciolo, Michael Kenna, Sarah Moon, Mark Ruwedel, Tessa Trager…

L’exposition est organisée en trois grands thèmes :

  • l’arbre naturel et « originel », lié à la terre, l’eau, l’air
  • l’arbre et son urbanité : apprivoisé par l’homme, il peuple les villes
  • l’arbre et l’humanité : protection, rêve, jeu, agression, l’homme et l’arbre entretiennent des relations privilégiées.

École nationale supérieure des beaux-arts
Établissement public à caractère administratif sous tutelle du Ministère de la Culture et de la Communication, l’École des beaux-arts développe une formation originale basée sur le travail en atelier, la diversité des pratiques et l’échange avec l’étranger. L’École délivre un diplôme de 1er cycle après trois ans d’études, et le diplôme national supérieur d’arts plastiques (DNSAP) à la fin de la cinquième année, reconnu au grade de master. Elle accorde une grande importance aux nouvelles technologies comme à la transmission des techniques les plus patrimoniales, ainsi qu’aux enseignements théoriques d’un haut niveau. L’École des beaux-arts représente plus de 500 étudiants, 100 professeurs, artistes enseignants et techniciens, plus de 60 accords d’échanges internationaux avec les plus grandes écoles d’art dans le monde entier, une médiathèque proposant, en libre accès, 45 000 ouvrages, des collections d’au moins 500 000 œuvres et plusieurs expositions patrimoniales et d’art contemporain chaque année.

Galeries d’exposition de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts
13, Quai Malaquais, 75006 Paris
Ouverture du mardi au dimanche de 13h à 19h.
Entrée tarif plein : 6€,  tarif groupe : 4€.
Fermeture exceptionnelle du 27 février au 7 mars 2012.
Catalogue : Livre d’images préfacé par Pierre Bergounioux et Olivier Rolin. L’intégralité des œuvres sont reproduites. 28.5x22cm, relié, 180 pages.

Idée cadeau « Fleurie & parfumée » chez Hervé Gambs pour la Saint-Valentin

SAINT-VALENTIN 2012 GAMBS

Pour la Saint-Valentin, Hervé Gambs vous propose un coffret avec une composition florale en tissu à parfumer avec son flacon de parfum d’une contenance de 10 ml.

Une rose éternelle et qui sent bon longtemps, très longtemps…

Un petit cadeau chic et couture pour 49 euros.

L’école Du Breuil accueille le pommier des origines

Ce jeudi 2 février un spécimen de Malus sieversii, le pommier sauvage du Kazakhstan, sera planté dans les jardins de l’École Du Breuil en présence de Fabienne Giboudeaux l’adjointe chargée des espaces verts.

Cet arbre viendra enrichir le verger conservatoire de l’École Du Breuil.

Cet arbre, apparu aux confins de l’Asie centrale il y a 65 millions d’années, est l’ancêtre de toutes les variétés de pommes que nous mangeons aujourd’hui. Naturellement résistant aux maladies, il porte l’espoir d’une arboriculture moins consommatrice de pesticides.

Le spécimen planté à l’École Du Breuil a été donné par l’association Alma, qui œuvre à la préservation de cette espèce aujourd’hui menacée, victime de la déforestation dans son pays d’origine.

Malus sieversii, exposition "L'origine de la pomme", Chai de Bercy, Paris 12e (75), 16 décembre 2011, photo Alain Delavie

Parallèlement, Malus sieversii est la vedette d’une exposition gratuite au Chai de Bercy, dans le 12ème arrondissement de Paris. Ce parcours photographique réalisé dans les forêts de pommiers du Kazhakstan par Catherine Peix, Hélène Bozzi et Elisabeth Leciak se poursuit jusqu’au 5 mars 2012.

Lieu et date de l’événement :
Jeudi 2 février à 15h
École Du Breuil, route de la Ferme Paris 12e.

Personnalités présentes :

  • Fabienne Giboudeaux, adjointe chargée des espaces verts,
  • Catherine Peix, réalisatrice du documentaire « L’origine de la pomme ou le jardin d’Éden retrouvé »,
  • Pascal Heitzler, chercheur au CNRS,
  • Élisabeth Leciak, journaliste scientifique.