Mon coléus très seventies

Mon coléus très seventies

Les coléus hybrides offrent une palette de coloris incroyables qui ne font pas toujours dans le bon goût ou la discrétion. Mais j’adore ces plantes (qui m’aiment beaucoup moins) et j’ai beaucoup de mal à résister à un feuillage délirant. Ma dernière acquisition réunit certaines de mes couleurs préférées dans un mélange très années 70.

Coleus hybride (Solenostemon)

Coleus hybride, mai 2011, photo Alain Delavie

Un coléus hippy !
Avec du violet, du rose indien, de l’orange et du pourpre, le tout bordé d’un vert assez fluo.
Un rien psychédilique, délire, exotique.

Coleus hybride (Solenostemon)

Coleus hybride, mai 2011, photo Alain Delavie

Ma petite potée va rester à l’intérieur, derrière une grande baie vitrée pour recevoir suffisamment de lumière sans soleil direct toutefois. Je n’ai jamais eu la main verte avec les coléus, mais j’espère que celui-ci va prospérer. Imaginez une grosse touffe bariolée…

Pour info, j’ai trouvé cette petite « merveille » sur le quai de la Mégisserie (Paris 1er), chez Bru & Fils (12, quai de la Mégisserie, 75001 Paris, tél. : 01 42 36 41 23), maison que je ne saurais trop vous recommander.

About the Author:

Agronome de formation et jardinier passionné depuis sa plus tendre enfance, collectionneur de plantes, Alain Delavie a exercé différents métiers toujours en étroite relation avec le monde végétal et le jardin, en commençant par celui de pépiniériste collectionneur avant de devenir journaliste, spécialisé dans le jardinage et la météorologie. Il est aujourd'hui rédacteur en chef du magazine Rustica Hebdo et conseiller éditorial du site www.rustica.fr

7 Comments

  1. laurent 24 mai 2011 at 11 h 36 min

    Quand on cultive avec succès les plantes les plus difficiles, ce sont les plus simples qui nous échappent… 😉 Ma mère cultivait sans problème aussi les Coleus (qu’on appelait orties, sans doute à cause de la forme de leur feuillage). Et moi, je n’arrive plus à maintenir la « bête » impatiens à fleurs rose tyrien (que tu as présentée il y a qq années et dont le nom est inconnu) qu’on trouve dans tant de bureaux ou intérieurs négligés. Peut-être est-ce la clé du succès: les oublier un peu… 😉

  2. alain of paris 5 mai 2011 at 22 h 08 min

    Ouf, cela me rassure même si j’ai du mal à comprendre pourquoi… Manque d’humidité atmosphérique ? Sais pas…

  3. alain of paris 5 mai 2011 at 22 h 06 min

    On ne sait jamais, je peux en croiser un autre délirant sur mon chemin… Il ira sur mon balcon ;-)))

  4. Fred 4 mai 2011 at 20 h 57 min

    Je suis heureux de voir que je ne suis pas le seul à craquer pour les coléus, et celui-ci c’est justement un de ceux que je préfère, merci Alain 😉
    Dans mon jardin assez ombragé j’en utilise quelques pieds chaque année en compagnie d’impatiens, fuchsias, hostas, chlorophytum… je les plante en pots ou en pleine terre selon l’utilisation mais gare aux escargots qui en raffolent !

  5. Kristin 4 mai 2011 at 18 h 49 min

    très belles couleurs en effet! rassure toi ; je n’arrive pas à les garder non plus!!

  6. vert citron 4 mai 2011 at 17 h 01 min

    et alors…il brille aussi dans le noir?!! Petite boutade qui me fait penser qu’il flasherait vraiment, si je le mettais au milieu des mes fougères…! il est superbe par son originalité!
    bonne fin d’après midi!

  7. Plantine 4 mai 2011 at 9 h 17 min

    Très jolies ces couleurs ; tu as fais un bon choix.
    A ta place, j’aurais essayé encore d’en mettre un dehors … pour voir. Faut pas rester sur un échec
    Je ne peux pas en avoir ici, sauf à les mettre dehors pour avoir plus de lumière.
    Bonne journée Alain.

Leave A Comment


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies and third party services. Oui