Les plumes d’or de la célosie

Il faut attendre le coeur de l’été pour admirer les célosies (Celosia argentea groupe Plumosa) dans toute leur splendeur. Les plates-bandes très fleuries du Parc floral de Paris (75) en montrent quelques beaux exemplaires jaune d’or en ce moment.

Fleurs d'été

Célosies et rudbeckias, parc floral de Paris (75), août 2010, photo Alain Delavie

Rien à voir avec les jeunes plants courts sur tige proposés dans les jardineries au printemps. Quand la célosie est installée dans un sol riche et bien arrosé, elle peut atteindre jusqu’à 60 cm de hauteur, déployant de beaux panaches plumeux. Une belle plante qui joue avec les rayons du soleil qui la font presque scintiller.

Fleur d'été

Célosies, parc floral de Paris (75), août 2010, photo Alain Delavie

Les célosies plumeuses doivent être installées dans un emplacement très ensoleillé, car ces cousines des amarantes (elles appartiennent à la famille des Amarantacées) aiment la chaleur. Il faut leur éviter les coups de soif et une atmosphère trop sèche qui les rend sensibles aux attaques d’araignées rouges.

Elles peuvent être associées à la plupart des fleurs annuelles aimant le plein soleil, comme les rudbeckias (en photos), les tournesols, les amarantes, les cosmos, les lavatères, les sauges, les coréopsis, les oeillets et roses d’Inde, etc.

Fleurs d'été

Célosies et rudbeckias, parc floral de Paris (75), août 2010, photo Alain Delavie

Les célosies se multiplient par semis, au début du printemps. Il faut les semer sous abri, dans une mini serre par exemple, avec une température de 20 à 22 °C. Les graines ne doivent pas être recouvertes de terreau. La lumière est indispensable pour qu’elles germent. La germination s’effectue en sept à dix jours.

Quand les plants ont deux ou trois feuilles, il faut les repiquer individuellement dans des godets où ils grossiront jusqu’à leur mise en place en avril ou mai, voire juin quand le printemps est trop frais. Ces plantes poussent aussi bien en pleine terre qu’en pot, dans un sol léger et riche. Ce sont en fait des plantes vivaces, mais elles ne résistent pas aux gelées.

Commentaires (5)

  1. anne

    merci pour le nom des rudbeckias
    je reviens du festival des jardins de Chaumont , ravie . Dommage que je ne puisse joindre ici des photos, car tout est différent depuis le mois de mai ! le personnage de métal au sol, est complètement entouré de verveines de Buenos aires , c’est époustouflant , » le pas de deux  » est devenu un grand jardin rempli de hts feuillages ,  » hommage à Lady Day  » est un gd espace de fleurs roses hautes , surtout des échinacées , la pièce d’eau des  » cheveux d’anges « est pleine de beaux nénuphars etc etc presque tout m’a plu .C’est à voir absolument en ce moment

  2. Sylvaine

    « Mon truc en plumes »… lol
    Elles sont superbes avec leur belle couleur presque fluo et doivent rayonner sous le soleil 🙂

  3. BKL

    les célosies sont très jolies c’est vrai mais les chenilles les adorent comme nous=) en tout cas chez difficile à maintenir en vie..
    bon weekend

  4. alain of paris (Auteur de l'article)

    Les variétés n’étaient pas identifiées, mais ces rudbeckias sont certainement des ‘Prairie Sun’. Bon week-end.

  5. anne

    comment s’appelle la variété de rudbekias de la 1ère photo , en haut ? merci d’avance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez