Tag-attacks : mes 12 fleurs médaillées

Taggé avant-hier par Guillaume qui avait lui-même été taggé par Caro, ma co-blogueuse sur le blog de Caro & Alain, voici donc mon palmarès des plantes les plus méritantes et les douze médailles que je décerne bien volontiers :
– Dans la catégorie ultra facile à vivre (en fait les plantes pour un débutant) :
Médaille d’or : Pavonia missonium, un petit cousin des hibiscus rose de Chine, qui se pare de petites fleurs d ‘hibiscus rouge vif en été et qui sur mon balcon a résisté dehors à tous les hivers parisiens.Médaille d’argent : la phalangère (Chlorophytum comosum ‘Variegatum’), aussi à l’aise dans l’appartement que dehors sur le balcon, et qui à Paris résiste à tous les hivers depuis presque dix ans. Médaille de bronze : Pinellia pedatisecta, un cousin curieux de l’arum des jardins, aux fleurs en cornet très effilé d’un joli vert amande.
– Dans la catégorie bonne surprise (les plantes réputées difficiles et qui finalement poussent bien sans trop de soins) :
Médaille d’or : Begonia boliviensis, espèce botanique à la floraison si généreuse, chaque année toujours plus abondante.Médaille d’argent : Hibiscus coccineus, qui, malgré un été pourri, me donne de si grandes fleurs.Médaille de bronze : le coeur-de-Marie grimpant (Dicentra scandens), qui atteint chaque année ses trois bons mètres en tous sens, couvert du printemps jusqu’à la fin de l’été de petites grappes de fleurs jaunes.
– Dans la catégorie plante la plus originale :
Médaille d’or : le sauromatum ou arum cornu (Typhonium venosum) à la fleur si animale et puante, suivie d’immenses feuilles très exotiques.Médaille d’argent : Impatiens namchawarbensis, la plus bleue des impatiens.Médaille de bronze : Dorstenia contrajerva, aux si curieuses fleurs et aux grandes feuilles découpées. Et d’une manière générale, je décerne une grosse médaille à toutes les espèces de Dorstenia, si curieuses.
– Dans la catégorie raté de chez raté (vous lui avez fourni des conditions de culture idéales et pourtant elle végète, elle déçoit) :
Médaille d’or : la menthe verte, belle jusqu’en mai et qui se couvre invariablement d’oïdium le reste de l’été, au point de devenir immangeable, laide.Médaille d’argent : les coleus qui ont toujours végété pour finir couverts d’araignées rouges.Médaille de bronze : le chlorophytum Green Orange, une plante d’intérieur aux tiges orange vif, couleur que j’adore, mais qui n’a jamais voulu pousser chez moi. Tant pis !Après cette belle distribution de médailles, je passe maintenant le relais, s’il l’accepte bien sûr, à JeanJi là-haut dans ch’Nord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez