Archive journalières: 16 janvier 2011

Bouquet de 3 roses de Noël sur mon balcon

La douceur hivernale incite mon pied d’hellébore (Helleborus Gold Collection ‘Josef Lemper’) à fleurir davantage. Les boutons apparaissent les uns après les autres et les fleurs s’ouvrent chaque jour un peu plus. La touffe a maintenant trois belles et larges fleurs, fièrement dressées.

Plante vivace à floraison hivernale

Rose de Noël (Helleborus Gold Collection 'Josef Lemper') sur mon balcon, 15 janvier 2011, photo Alain Delavie

J’aime décidément beaucoup cette variété à grandes fleurs simples d’un blanc très pur.

Plante vivace à floraison hivernale

Rose de Noël (Helleborus Gold Collection 'Josef Lemper') sur mon balcon, 15 janvier 2011, photo Alain Delavie

L’avantage avec les hellébores, c’est que la floraison dure très longtemps, car lorsque les fleurs fanent, elles restent attractives. Rien à voir avec l’éphémère des vraies roses ou des pivoines par exemple.

Plante vivace à floraison hivernale

Rose de Noël (Helleborus Gold Collection 'Josef Lemper') sur mon balcon, 15 janvier 2011, photo Alain Delavie

Mais ce ne sont pas les seules fleurs sur mon balcon. Depuis quelques jours mes deux pieds de Sarcococca répandent un parfum puissant. Leurs petites fleurs se sont ouvertes d’un seul coup et dispensent une senteur capiteuse, accentuée par la douceur des températures. Un grand plaisir !

Bon dimanche…

2010 l’année la plus fraîche de ces 20 dernières années en France

Avec une température annuelle inférieure de 0,3 °C à la moyenne de référence 1971-2000, l’année 2010 se positionne en France métropolitaine comme la plus fraîche de ces deux dernières décennies, avec 1996 (Source : Météo France).

Pour trouver une année plus froide, il faut remonter en 1987 avec une température moyenne inférieure de 0,5 °C à la normale. Ces températures basses ont d’ailleurs concerné l’ensemble de l’Europe du Nord. Mais la France n’est pas un pays comme les autres, car le diagnostic est très différent à l’échelle planétaire. En effet, la température moyenne globale de l’année 2010, terres et océans compris, s’annonce comme l’une des plus chaudes des 130 dernières années (communiqué de presse de l’Organisation Météorologique Mondiale concernant l’année 2010).

Température annuelle en France depuis 1900

Source : Météo France

Cumulée sur l’ensemble du pays, la quantité d’eau recueillie en 2010 a été légèrement déficitaire. Mais ce diagnostic global masque certaines disparités : les précipitations ont été inférieures à la normale sur presque toute la moitié ouest du pays ainsi que sur le nord des Alpes et le Jura. A l’inverse, elles ont été excédentaires sur l’Alsace, le sud de la Bourgogne, l’Auvergne, l’est du Languedoc, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et la Corse.

Les durées d’ensoleillement cumulées sur l’année ont été proches de la moyenne sur la moitié est du pays, et généralement supérieures à la moyenne sur la moitié ouest.

Plusieurs événements météorologiques remarquables ont jalonné cette année 2010 :
– de très fréquentes chutes de neige durant l’hiver 2009-2010,
– la tempête Xynthia les 27 et 28 février accompagnée de surcotes exceptionnelles entraînant de graves inondations,
– plusieurs épisodes pluvieux remarquables notamment le 15 juin sur le Var puis les 6 et 7 septembre sur le Languedoc et la Provence.
– dans les Territoires d’Outre-Mer, deux cyclones ont affecté la Polynésie française : Oli du 1er au 6 février sur les îles de la Société et les îles Australes puis Tomas les 14 et 15 mars sur Futuna.

Le bilan complet de l’année 2010 par Météo France

Ma misère a résisté dehors aux vagues de froid

La fin de l’automne et le début de l’hiver 2010 ont été marqués par une succession de vagues de froid particulièrement précoces et sévères. Mais ce froid n’a pas abimé mon pied de misère, installé dans une de mes jardinières sur mon balcon. Contre toute attente, cette plante d’intérieur s’est montrée bien rustique… jusqu’à présent !

Plante exotique suffisamment rustique en jardinière sur balcon dans Paris

Pied de misère (Tradescantia fluminensis) dans une de mes jardinières sur mon balcon, janvier 2011, photo Alain Delavie

La plante (Tradescantia fluminensis) est installée au pied d’un gros sarcococca qui a certainement atténué les courants d’air froid et un peu protégé cette exotique plus habituée aux intérieurs sous nos latitudes qu’à la vie en plein air à longueur d’année.

L’hiver dernier, toutes mes misères laissées en place dans les jardinières sur mon balcon avaient gelé alors que je les gardais d’une année sur l’autre depuis de nombreuses années dans Paris. Mais cette année, mes deux nouveaux pieds (Tradescantia fluminensis et la variété à feuilles panachées de crème et de rose) replantés au printemps dernier sont toujours bien en vie. Tant mieux, car ces misères sont parfaites pour habiller les bordures des grandes jardinières qu’elles recouvrent en quelques semaines de festons de verdure. Et même de petites fleurs !

Malgré la douceur exceptionnelle de ces derniers jours, l’hiver est loin d’être terminé. Souhaitons que mes petites misères résistent jusqu’au printemps. J’ai quand même prévu du voile d’hivernage que je poserai quand une nouvelle chute des températures sera annoncée. Ce sera plus prudent.